Catégories
Agriculteurs Agriculture Biens ecclésiastiques Clergé Cultures

Les religieux de Chaumont-Porcien, possesseurs terriens de La Romagne jusqu’à la Révolution

Les prémontrés de Chaumont sont propriétaires de nombreuses terres de La Romagne…


Le blason écclésiastique de l'ordre des chanoines réguliers de Prémontré est d'azur, semé de fleurs de lys d'or, à deux crosses du même passées en sautoir brochant sur le tout.
Le blason écclésiastique de l’ordre des chanoines réguliers de Prémontré est d’azur, semé de fleurs de lys d’or, à deux crosses du même passées en sautoir brochant sur le tout.

En dehors des laïcs, les autres grands propriétaires de terres de la Romagne sont les religieux de l’abbaye de Chaumont-La-Piscine, qui exploitent trois censes : celles de la Marlière, de La Paternotte et la cense de la Bouloi.


Denier tournois de type Paris 1616, portrait de Louis XIII le juste (avers).
Denier tournois de type Paris 1616, portrait de Louis XIII le juste (avers).

La cense de La Marlière, parfois nommée aussi ferme de la Malterie, est le point de départ de la réalisation d’un patrimoine foncier dans le village. Elle a été acquise dès 1243, comme en attestent des recueils de titres de propriétés achetées dans ce secteur. Les religieux l’ont obtenue moyennant le « denier à Dieu » de 12 deniers tournois, 10 sous tournois pour vins et 320 livres tournois de principal auprès de Jean Tribout, Marin Guillaume et Alizon Garnin. Cette propriété se situait en face du chemin menant à la cense Longueval et se composait d’une maison, d’une grange, d’une étable, d’un jardin et pourpris[1], de terres et prés pour une superficie d’environ 30 setiers[2].


[1] Enceinte ou clôture qui entoure un espace.

[2] Ancienne mesure de capacité, variable suivant les époques et les régions.


Bibliothèque nationale de France, image numérisée, IFN-8400504, Tortorel, Jacques (graveur) ; Perrissin, Jean Jacques (graveur), le Massacre fait à Vassy le premier jour de mars 1562, [s.l.] : [s.n.], [s.d.], gravure sur bois de la suite de Perrissin et Tortorel, estampe consultable en ligne sur Gallica. Cet événement, qui a eu lieu à Wassy [orthographe moderne] est le déclencheur de la première des huit guerres de Religion.
Bibliothèque nationale de France, image numérisée, IFN-8400504, Tortorel, Jacques (graveur) ; Perrissin, Jean Jacques (graveur), le Massacre fait à Vassy le premier jour de mars 1562, [s.l.] : [s.n.], [s.d.], gravure sur bois de la suite de Perrissin et Tortorel, estampe consultable en ligne sur Gallica. Cet événement, qui a eu lieu à Wassy [orthographe moderne] est le déclencheur de la première des huit guerres de Religion.

Pendant trois siècles, on ne sait rien des laboureurs qui l’ont exploitée. Ce n’est qu’en 1543 qu’apparaît le nom de Jean Mallet comme censier. Il loue ce bien pour la somme de 20 livres à laquelle s’ajoutent les suppléments habituels (deux livres de cire, deux sols, six deniers des Innocents, deux chapons).

Quarante ans plus tard, Guillaume Robin en prend la succession. Hélas, les temps sont si difficiles avec les guerres de Religion que cette cense, comme toutes les autres que possédait l’abbaye sur le terroir, est victime de divers ravages qui font tomber sa valeur locative à 12 livres en 1624.

Dans l’inventaire qui est établi à ce moment-là, il est question de trente arpents de terre et de trois fauchées de pré[1]. On peut penser que cette augmentation de la superficie est due, d’une part à des acquisitions, et d’autre part à la place laissée par la destruction de la maison et de tout son contour. Ces terrains sont très certainement récupérés pour être cultivés. Il faut attendre 1630 pour en connaître le nouveau censier : Jean Douce.


[1] Surface pouvant être fauchée en une journée.


Saint Norbert recevant les règles augustiniennes de saint Augustin. Au XIIe siècle, une communauté norbertienne de l'abbaye de Cuissy s'est installée à Gerigny avec une donation sur les terres de Givron et de Draize.
Saint Norbert recevant les règles augustiniennes de saint Augustin. Au XIIe siècle, une communauté norbertienne de l’abbaye de Cuissy s’est implantée à Gérigny.

Après leurs démêlés avec le sieur de Bouzonville, les religieux finissent par retrouver la ferme dans un état encore plus lamentable qu’au début du siècle, puisqu’ils ne la louent à Jean Lespinois que pour 9 livres en 1668. Le travail de cet homme pendant plus d’une vingtaine d’années est fructueux, puisque cette propriété retrouve une certaine valeur lorsqu’elle est baillée pour 25 livres à André Douce (habitant de Gérigny, dans la paroisse de Rocquigny).


Les chênes sont cultivés pour leur bois dur, leur écorce (riche en tanins), leurs glands (qui nourrissent les porcs lors des glandées).
Les chênes sont cultivés pour leur bois dur, leur écorce (riche en tanins), leurs glands (qui nourrissent les porcs lors des glandées).

En plus de cette cense, les religieux lui laissent un arpent de broussailles et se réservent une chênaie. Bien soignés, les chênes au nombre de dix-sept atteignent quatre-vingts ans plus tard une belle taille. L’état de cette ferme ne cesse de progresser, puisque le loyer sous la gestion de Jean Chery et Jean Baptiste Canard passe de 50 à 90 livres entre 1767 à 1776. Par la suite, et jusqu’à la vente des biens nationaux, cette cense est incorporée dans les baux de location de la ferme de la place Alit de Givron[1].


[1] Bibliothèque Carnegie, ms. 2450, p. 678 à 682 [passim], Mémoire détaillé de tous les biens de la manse conventuelle de l’abbaye de Chaumont-la-Piscine achevé en 1771, manuscrit consultable en ligne sur la BVMM (Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux) élaborée par l’IRHT-CNRS (Institut de recherche et d’histoire des textes).


Archives départementales des Ardennes, La Romagne C2 1835, le village et le Mont de Vergogne, cadastre ancien, plan parcellaire, consultable en ligne.
Archives départementales des Ardennes, La Romagne C2 1835, le village et le Mont de Vergogne, cadastre ancien, plan parcellaire consultable en ligne.

Lors de la vente des biens de l’abbaye à la Révolution, cette ferme est adjugée à Jean-Charles Dupont, laboureur au Mont de Vergogne, pour la somme de 3825 livres, alors qu’elle avait été mise à prix à 2035 livres[1]. On peut penser qu’il n’en est pas le véritable acquéreur[2] mais un homme de paille.


[1] Archives départementales des Ardennes, Q 145 [série Q = domaines, enregistrements, hypothèques depuis 1790, cotes Q 127-147 = ventes de biens nationaux, fonds concernant les affiches de la vente et enregistrement des affiches de vente par districts, 1790-an IV].

[2] Archives départementales des Ardennes, Q 272 n° 153 [série Q = domaines, enregistrements, hypothèques depuis 1790, cotes Q 272-282 = ventes de biens nationaux, district de Rethel, 1790-an IV].


Bibliothèque Carnegie, ms. 2450, p. 678 à 682 [passim], Mémoire détaillé de tous les biens de la manse conventuelle de l’abbaye de Chaumont-la-Piscine achevé en 1771, manuscrit consultable en ligne sur la BVMM (Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux) élaborée par l’IRHT-CNRS (Institut de recherche et d’histoire des textes).
Bibliothèque Carnegie, ms. 2450, Mémoire détaillé de tous les biens de la manse conventuelle de l’abbaye de Chaumont-la-Piscine achevé en 1771, manuscrit consultable en ligne sur la BVMM (Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux) élaborée par l’IRHT-CNRS (Institut de recherche et d’histoire des textes).

L’abbaye possède aussi au lieu-dit Le Mont Ballard royant[1] au chemin de Saint-Jean-aux-Bois et au terroir de Montmeillant La Cense de La Paternotte dont le nom, selon les uns, serait une déformation de Pater noster alors que plus prosaïquement le rédacteur du mémoire[2] des biens de la manse[3] conventuelle signale qu’il s’agit tout simplement du nom d’un des premiers preneurs.


[1] Pour le sens de « royant à » ou « budant à » (« attenant à »), voir Tamine, Michel, « Le vocabulaire toponymique de la limite : éléments d’un inventaire ardennais (suite et fin) », In Nouvelle revue d’onomastique, Paris : Société française d’onomastique, 1983-, n°33-34, 1999, p. 31-92, Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, 4-X-1826 [périodique, consultable en ligne sur Persée].

[2] Bibliothèque Carnegie, ms. 2450, Mémoire détaillé de tous les biens de la manse conventuelle de l’abbaye de Chaumont-la-Piscine achevé en 1771, manuscrit consultable en ligne sur la BVMM (Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux) élaborée par l’IRHT-CNRS (Institut de recherche et d’histoire des textes).

[3] Exploitation agricole comprenant une habitation rurale avec ses jardins, champs, vergers.


Bibliothèque nationale de France, image numérisée, IFN-7741202, Tavernier de Jonquières (dessinateur) ; Destailleur, Hippolyte (collectionneur), Abbaye de Prémontré, [s.l.] : [s.n.], [178.], dessin à la plume, encre brune et aquarelle, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, image numérisée, IFN-7741202, Tavernier de Jonquières (dessinateur) ; Destailleur, Hippolyte (collectionneur), Abbaye de Prémontré, [s.l.] : [s.n.], [178.], dessin à la plume, encre brune et aquarelle, consultable en ligne sur Gallica.

La constitution de cette ferme date de 1531 environ. Elle repose sur la réunion de terres achetées ou échangées avec messire Jacques de Suzanne (seigneur de Chaumont) et sa femme, et des achats de l’abbaye auprès d’habitants de la Romagne : sept setiers (sis au Bois Couvert et au Beau Champ) viennent de Jean Constant ; trois autres de Pierre Noé ; enfin, une pièce et tenure au Mont Ballard ont pour origine les terres de Geoffroy de Mariaulcourt, laboureur de la paroisse. Les acquisitions se poursuivent ensuite auprès d’autres agriculteurs du village (Jean Bondo dit Leblanc père et fils, Pierre Legros et Pierre Malart), montrant le patient travail des religieux pour agrandir le foncier autour de leur ferme.


Le froment est également appelé blé tendre (Triticum aestivum).
Le froment est également appelé blé tendre (Triticum aestivum).

Dès 1544, après Jean Fondrillon, elle est laissée le temps et espace de vingt-sept ans et vingt-sept dépouilles à Lambert Fondrillon, sa femme Jeanne, leurs enfants, à condition de payer la redevance (trois muids de grains, moitié froment moitié avoine, et les annexes conformes aux us et vigueurs).

Ce contrat ne se borne pas à fixer le montant de la location, mais il répertorie également les devoirs du censier à l’égard de l’abbaye. Ce dernier ne peut ni couper ni aliéner aucune chose de ladite cense sans le consentement des religieux ; de plus, il se doit de planter et enter raisonnablement sur les jardins et les terres, et uniquement dans les lieux les plus convenables. Le censier et sa famille disposent outre les terres d’une superficie voisine de trente-deux arpents, d’une maison d’une grange, d’une écurie et d’un jardin (ce qui semble être la norme).

L'avoine cultivée (Avena sativa) est utilisée comme céréale ou comme plante fourragère.
L’avoine cultivée (Avena sativa) est utilisée comme céréale ou comme plante fourragère.

Le censier suivant que l’on identifie en 1619 est Pierre Legros mais, dans son contrat, il n’est plus question de la maison, ce qui laisse supposer qu’elle a été détruite lors des guerres. La cense passe ensuite en 1643, pour la somme de 60 livres, à Robert Frougneux, puis à Toussaint Decarreaux, avant d’être tenue en 1709 par Philippe Jadart (laboureur de Montmeillant). Lui succède sa veuve, avant que la cense n’échoie à Jean Soret de La Romagne.

Comme celui-ci loue également la ferme de La Bouloi, il rétrocède son bail à Henry Mallet. C’est à l’occasion de la déclaration des terres que fait ce dernier que l’on s’aperçoit que la superficie de cette ferme a diminué d’au moins six arpents.


L'ordre des chanoines réguliers de Prémontré porte un habit et un scapulaire blancs.
L’ordre des chanoines réguliers de Prémontré porte un habit et un scapulaire blancs.

Cette diminution est attribuée à la négligence de certains censiers et aux voisins qui, petit à petit, grignotent sur les terres de La Paternotte lorsqu’ils cultivent les leurs. Une fois de plus, les religieux parviennent à en récupérer une bonne partie, si ce n’est la totalité.

Dans le dernier quart du XVIIIe siècle, plus précisément en 1777, les religieux qui ont beaucoup de mal parfois à louer leurs terres décident de planter des bois à La Paternotte, soit trente-deux arpents.

Lors de la vente des biens nationaux, la ferme de la Paternotte est intégrée à celle de la Bouloi et il ne subsiste de ce lieu de manière indépendante que vingt-huit arpents de bois et cinq quartels de pré[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, Q 528 [série Q = domaines, enregistrements, hypothèques depuis 1790, cotes Q 523-543 = administration du séquestre des biens nationaux, fonds concernant les églises collégiales, les abbayes, les prieurés, les cures, les presbytères et les chapelles, 1790-1840].


Les bouleaux, qui poussent sur les terres pauvres, auraient donné leur nom à la Boulois [orthographe moderne].
Les bouleaux, qui poussent sur les terres pauvres et souvent siliceux, auraient donné leur nom à la Boulois [orthographe de 1835].

La ferme la plus importante possédée par l’abbaye de Chaumont est la ferme de la Bouloi ou de La Boullenoi (dont le nom pourrait provenir du latin betulla[1]). C’est en 1541 que Gobert Coulin, abbé de Chaumont, achète à Nicolas Vasselier (laboureur de La Romagne) cette ferme royée[2] au ban de Montmeillant et budant[3] au Petit Vivier pour la somme de 400 livres tournois. Elle se compose à l’époque d’une maison, d’une grange, d’une écurie, de six muids et demi de terres arables et, en friche, de cinq fauchées de pré. A cela s’ajoutent des terres qui sont rachetées à l’église de La Romagne.


[1] Les bouleaux font partie de la famille des bétulacées et du genre Betula [variante orthographique courante de betulla en botanique]. Ils sont très présents dans la forêt ardennaise.

[2] C’est-à-dire « attenant au ban de Montmeillant ».

[3] Equivalent de « contiguë au Petit Vivier ».


Archives départementales des Ardennes, 1J 1224, Cartulaire de l'abbaye Saint-Berthauld de Chaumont contenant des actes de 1087 à 1543, pièce de 1543 remise par monsieur Jacques Lucas avec le soutien de l’ASPP (Association de Sauvegarde du Patrimoine du Portien) le 4 novembre 2009, signalé en ligne.
Archives départementales des Ardennes, 1J 1224, Cartulaire de l’abbaye Saint-Berthauld de Chaumont contenant des actes de 1087 à 1543, pièce de 1543 remise par monsieur Jacques Lucas avec le soutien de l’ASPP (Association de Sauvegarde du Patrimoine du Portien) le 4 novembre 2009, signalé en ligne.

Selon leur origine, certaines de ces terres sont chargées de droits divers, tantôt de cens, tantôt de cens et terrage, tantôt uniquement du terrage. Quoi qu’il en soit, elles sont toutes, selon le vieux cartulaire de l’abbaye, franches de dîmes. Cette exemption pose néanmoins quelques problèmes avec le curé de la paroisse.

Ce même abbé, un peu plus tard, fait de nouvelles acquisitions, tant auprès du premier vendeur que de Jean Jaudart, habitant de la paroisse. A l’issue de tous ces achats, la ferme contient sept muids et deux quartels soit quatre-vingt-quatre arpents et demi de terres et prés, mais continue d’être exploitée par Nicolas Vasselier. L’abbaye la lui loue à rente viagère pour le montant annuel de cinq muids de grains (moitié froment moitié avoine) et les suppléments.


Le blason communal de Sainte-Menehould est d'azur à une porte de ville donjonnée d'argent maçonnée ajourée et ouverte de sable, les deux tours d’angle essorées en dôme d’or, la porte chargée d'un lion d’or, armé et lampassé de gueules, issant du seuil et tenant dans sa patte dextre une épée en barre aussi d’argent, les trois tours sommées chacune d’une aigle essorante du même.
Le blason communal de Sainte-Menehould est d’azur à une porte de ville donjonnée d’argent maçonnée ajourée et ouverte de sable, les deux tours d’angle essorées en dôme d’or, la porte chargée d’un lion d’or, armé et lampassé de gueules, issant du seuil et tenant dans sa patte dextre une épée en barre aussi d’argent, les trois tours sommées chacune d’une aigle essorante du même.

D’après les documents étudiés, Nicolas Vasselier jouit de la ferme de La Bouloi jusque vers 1559 ou 1560, date à laquelle elle est attribuée à Aimand Grauet et Jean Rifflet. Comme ces deux-là se dispensent de payer le prix annuel durant la durée de leur bail, une première sentence est rendue au bailliage de Sainte-Menehould, puis une seconde par le Parlement de Paris condamnant les fermiers à tous les dépens, dommages et intérêts.


Les traités de Westphalie, signés le 24 octobre 1648, mettent fin à la guerre de Trente Ans.
Les traités de Westphalie, signés le 24 octobre 1648, mettent fin à la guerre de Trente Ans.

Avec les évènements qui émaillent le XVIIe siècle (guerre de Trente Ans, la Fronde, etc.), la ferme ne trouve pas preneur et est à bailler à louage, car seuls les prés de cette cense avec les fruits du jardin rendent quelque chose. Comme celles des autres fermes, la maison n’existe plus, ce qui fait que les religieux ne trouvent pas à La Romagne de censiers. Ils doivent alors se tourner vers des habitants de Montmeillant comme Gilles Frangeux, dont le bail est reconduit de 1619 à 1641.


Le blason ecclésiastique de l'archevêché de Reims est d'azur, semé de fleurs de lys d'or, à la croix de gueules brochante sur le tout.
La paroisse de Montmeillant dépend de l’archevêché de Reims, dont le blason ecclésiastique est d’azur, semé de fleurs de lys d’or, à la croix de gueules brochante sur le tout.

En 1652, c’est à nouveau un laboureur de La Romagne, Nicolas Boudsocq, puis ses enfants qui la reprennent et tentent de la remettre en valeur jusqu’après 1701. A cette date, le père Davaux, curé de Montmeillant[1], demande de faire valoir cette ferme, mais il n’obtient pas gain de cause.

Est-ce pour cette raison que ce dernier, après beaucoup de tergiversations, doit se rendre aux injonctions de son archevêque et faire un retour à l’abbaye dont il était issu afin d’y méditer ?


[1] Selon monseigneur Le Tellier, il avait un faible pour la terre et sa culture plutôt que pour sa mission ecclésiastique auprès de ses paroissiens.


Pièce d'or de 24 livres françaises, 1793 (avers).
Pièce d’or de 24 livres françaises, 1793 (avers).

La réunion des deux fermes de La Paternotte et de la Bouloi à partir de 1718 permet la rétrocession d’une partie. Succédant à la veuve de Philippe Jadart, Jean Soret et sa femme, puis ses enfants, s’en occupent jusqu’en 1766. Elle est alors cédée à Thomas Devie pour la somme de 150 livres. Les religieux, en même temps qu’à la Paternotte, plantent treize arpents de bois.


D'abord titres d'emprunt, les assignats deviennent une monnaie de circulation et d’échange en 1791.
D’abord titres d’emprunt, les assignats deviennent une monnaie de circulation et d’échange en 1791.

Pour veiller sur ces nouveaux plants, ils choisissent comme garde un habitant du village, qui reçoit un salaire annuel de 30 livres. Lorsque la Révolution éclate, ces bois et les taillis font partie des ventes de biens nationaux et sont acquis indépendamment des fermes[1].

A sa mise en vente en 1791, la propriété est louée par un bail de neuf ans à Jean-Pierre Letellier, laboureur au Mont de Vergogne, pour la somme de 250 livres et huit livres de beurre. Il conserve l’exploitation de cette ferme jusqu’à l’expiration de son bail, puisque celui-ci avait été signé avant le 2 novembre 1789, ce qui interdit aux nouveaux acquéreurs d’évincer le locataire, même en l’indemnisant, en raison du décret du 14 mars 1790[2].


[1] Archives départementales des Ardennes, Q 528 [série Q = domaines, enregistrements, hypothèques depuis 1790, cotes Q 523-543 = administration du séquestre des biens nationaux, fonds concernant les églises collégiales, les abbayes, les prieurés, les cures, les presbytères et les chapelles, 1790-1840].

[2] Article V du titre I.


Pièce d'or de 24 livres françaises, 1793 (revers).
Pièce d’or de 24 livres françaises, 1793 (revers).

Lors de la vente, cette ferme est adjugée pour la somme de 5475 livres à Nicolas Gabriel Billaudel, châtelain bourgeois demeurant à Rethel[1]. Ce n’est pas la seule acquisition de cet homme dans le village, puisqu’il s’y constitue un joli petit patrimoine, tant en terres qu’en bois.

Passé en quelques siècles des religieux de Chaumont à un privé, c’est tout le paysage foncier de La Romagne qui est redessiné.


[1] Archives départementales des Ardennes, Q 273 n° 372 [série Q = domaines, enregistrements, hypothèques depuis 1790, cotes Q 272-282 = ventes de biens nationaux, district de Rethel, 1790-an IV].

Par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME

Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME est l'administratrice, l'éditrice et l'auteure du blog la romagne.info.