Catégories
Biens ecclésiastiques Clergé Laïcité Patrimoine culturel Religion

Cimetière et inhumations à La Romagne

Le cimetière de La Romagne, autrefois sous la responsabilité de l’Eglise catholique, relève aujourd’hui de la commune…


Vue extérieure de l'église de La Romagne, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Vue extérieure de l’église de La Romagne, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Pour le catholicisme, les morts, avant le jugement dernier, sont dans un état transitoire ou état de sommeil[1]. C’est en fonction de ce principe que le christianisme a introduit une révolution dans l’aménagement de l’espace funéraire par rapport à la tradition latine : il a voulu que le cimetière soit autour de l’église pour bien montrer les liens qui unissent les vivants et les morts. Celui de La Romagne ne déroge pas à cette tradition.

Le clocher sonnait le glas pour signaler à la communauté villageoise le décès de l'un de ses membres, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Le clocher sonnait le glas pour signaler à la communauté villageoise le décès de l’un de ses membres, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

La fondation du cimetière est contemporaine de la fondation de l’église et, pour les inhumations antérieures à cette date, la question se pose de savoir si elles avaient lieu à Rocquigny.

Traditionnellement, le cimetière doit être clos. En général, il est entouré de haies vives, ce qui fait que sa clôture doit être replantée périodiquement. Lors des visites de paroisses, c’est un des points sur lequel le visiteur porte une attention toute particulière.


[1] Le bas-latin cimiterium dérivé du latin classique coemeterium, désigne un lieu pour dormir, un dortoir.


La tradition d'entourer le cimetière de haies vives perdure, , prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
La tradition d’entourer le cimetière de haies vives perdure, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Après les affres de la guerre de Trente ans (1618-1648) et de la Fronde (1648-1653), celui de la paroisse est encore tout ouvert en 1665, et même postérieurement. La situation s’améliore à partir du début du siècle suivant puisque, lors d’une autre visite, il est dit « qu’il est entouré de toutes parts de hayes vives ». Ces dernières ont dû se détériorer au cours du siècle car, en 1774, le curé signale qu’il y a « quelques hayes vives à l’entour, ce qui ne suffit pas pour le bien fermer ». Une dizaine d’années plus tard, la situation perdure et n’a pas évolué.

Les haies protègent hermétiquement le cimetière, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Les haies protègent hermétiquement le cimetière, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Pour persuader les paroissiens d’entretenir leur cimetière, le doyen brandit la menace de l’interdiction (ou impossibilité d’enterrer les morts dans le cimetière paroissial). C’est ce qui se passe pour celui de celui de Montmeillant s’il n’est pas fermé au plus vite, tandis qu’il montre une certaine indulgence à l’égard des paroissiens de Rocquigny, dont la pauvreté est notoire, puisque ceux-ci s’engagent à le fermer dès que les moyens le leur permettront. Or, la lecture des documents montre qu’il s’écoule beaucoup de temps entre la promesse faite et son exécution. Les représentants de l’église savaient composer avec les paroissiens.


Christ en croix ornant une tombe, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Christ en croix ornant une tombe, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Le cimetière est considéré comme une terre sainte d’où doit être exclu toute activité profane et toute violence. C’est pourquoi les comptes rendus de visite signalent qu’à La Romagne, il n’y a pas « de bestiaux qui paissent dans le cimetière et qu’aucune foire ne s’y tient », alors que ce sujet est abordé à maintes reprises pour d’autres paroisses comme Saint-Jean-aux-Bois ou Fraillicourt. Cependant, le cimetière peut être un lieu de réunion et d’information (puisque le curé y lit les ordres royaux ou autres), tout en étant prioritairement l’endroit obligatoire des inhumations.

Christ en croix, détail d'un monument funéraire, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Christ en croix, détail d’un monument funéraire, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Depuis le décret du 13 prairial an XII (article 16), c’est le maire et non plus le curé qui se voit attribuer la police et la surveillance du cimetière, ainsi que le droit de nommer un ou plusieurs fossoyeurs. Lorsque les visites paroissiales reprennent après le rétablissement de la religion catholique, celle de 1803 dit « qu’il est ouvert et que la grande porte a besoin d’être réparée » tandis que celle de 1807 souligne qu’il est « à l’abandon, sans murs et sans haies pour le défendre[1] ».

Avec sa grille et ses marches, l'entrée du cimetière garde l'esprit de celle de 1883, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Avec sa grille et ses marches, l’entrée du cimetière garde l’esprit de celle de 1883, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

L’entourage du cimetière est un souci pour la communauté villageoise : périodiquement, les lacunes dans les haies sont replantées, tandis qu’en 1883 le remplacement de la porte d’entrée en bois est envisagé au profit d’une porte en fer à claire voie[2]. L’accès aux marches devenant dangereux, des travaux sont décidés en mai 1914. Pour les mener à bien, on utilise des matériaux locaux, dont des pierres provenant de Renwez.


[1] Archives départementales de la Moselle, centre de Saint-Julien-lès-Metz, 29J 370 [série J = archives privées, sous-série 29J = évêché de Metz (1093-1999), articles 29J 130-773 = diocèse depuis 1802, articles 29J 340-396 = contrôle épiscopal, an XIII-1925, articles 29J 355-385 = visites canoniques, enquêtes sur l’état des paroisses, 1803-1886, articles 29J 355-377 = ancien diocèse de Metz, 1803-1886].

[2] Archives départementales des Ardennes, 5O, dossier en cours de reclassement au cours de sa consultation, [série O = administration et comptabilité communales, sous-série 5O = travaux et marchés communaux].


Porche extérieur de l'église, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Porche extérieur de l’église, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

En général, l’inhumation à l’intérieur de l’église est réservée aux personnages importants de la paroisse, comme les seigneurs  ou leurs proches. C’est le cas :

  • le 9 octobre 1693 pour Anne de Bouzonville (69 ans), femme du Sieur de L’Auge ;
  • le 10 octobre 1695 pour demoiselle Renée de l’Auge (32 ans) ;
  • le 18 mars 1698 pour Renée de Bouzonville (femme de René Duguet).

D’autre part, des membres importants de la communauté paroissiale peuvent bénéficier de ce privilège : on relève l’inhumation dans l’église de Marie Béchet le 14 décembre 1695, ou celle d’un jeune enfant âgé de 17 jours (né le 24 février 1702), fils de François Boudsocq[1]. En dernier lieu, certains curés sont inhumés dans le chœur de l’église de La Romagne : c’est le cas de Louis Potin et de Jean Bataille, tandis que Philippe Hennezel[2] a souhaité, en signe d’humilité, être inhumé dans l’allée et à proximité du porche, pour que les paroissiens marchent sur sa tombe.

Allée centrale de l'église, prise de vue effectuée le dimanche 3 septembre 2017. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Allée centrale de l’église, prise de vue effectuée le dimanche 3 septembre 2017. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

En 1776, une déclaration royale interdit désormais l’inhumation dans l’église, ce qui traduit les préoccupations sanitaires des autorités. La paroisse de La Romagne se soumet à ces nouvelles règles. Le sieur Pâté (curé et doyen de Rethel) et Pierre Baudesson (vicaire de Rethel) confirment lors de leur visite de 1783 que « l’on n’enterre pas dans l’église et que les fosses ont la profondeur qu’elles doivent avoir » tandis que lors de la visite à Rocquigny la même année, ils ont remarqué que « les fosses n’étaient pas assez profondes[3]».


[1] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ROMAGNE[LA]/E 1 [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ROMAGNE[LA]/E 1 = registres paroissiaux et d’état civil de La Romagne, 1693-1702, manque l’année 1700], acte de décès, vue 12/38, consultable en ligne.

[2] Archives départementales des Ardennes, 1J 21 9 [série J = archives d’origine privée (entrées par voie d’achat, don, legs ou dépôt), sous-série 1J = pièces isolées et petits fonds (série ouverte), article 1J 21 = histoire du Porcien (dons Didion et abbé Henry, novembre 1949), cote 1J 21 9 = cahier concernant Montmeillant et La Romagne, des extraits des registres paroissiaux et d’état-civil (1678-1860), les familles Lantenois, Hamel, Mauroy et Picard, des notes par A. Picard].

[3] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 2G 268/7 [série G = clergé séculier, sous-série 2G = fonds de l’archevêché de Reims, cotes 2G 267-268, = doyenné de Rethel (1248-1790)].


L'incinération, condamnée autrefois par l'Eglise catholique, est une alternative à l'inhumation, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
L’incinération, condamnée autrefois par l’Eglise catholique, est une alternative à l’inhumation, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Alors qu’avant la Révolution, les obsèques étaient purement religieuses, elles associent ensuite l’église et la commune, tout au moins en ce qui concerne la gestion du cimetière : la première garde cependant la prééminence. Rares sont les documents de successions qui font allusion aux frais d’obsèques, mais quelques actes font apparaître que les cérémonies s’élevaient à un peu moins de 50 francs, en dehors de la fabrication du cercueil par le menuisier du village (environ 15 francs) et le creusement de la fosse (8 francs)[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 3E 14/67, [série E = état civil, officiers publics et ministériels, sous-série3E = archives notariales, article 3E 14 = dépôt 14, cotes 3E14/1-324 = archives notariales de Chaumont-Porcien et Seraincourt].


Vestige d'une pierre tombale, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Vestige d’une pierre tombale, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

A partir de 1930, la présence d’un fossoyeur communal ou non apparaît dans les comptes-rendus municipaux. Ainsi, Alcide Dupont, Arthur Bart, Aimé Vuillemet occupent successivement cette fonction, avant que les entreprises de pompes funèbres ne se chargent de faire creuser les tombes.

Le Christ en croix est une constante de l'art funéraire religieux, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Le Christ en croix est une constante de l’art funéraire religieux, prise de vue effectuée le dimanche 18 juillet 2021. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Le cimetière de La Romagne est donc tout au long des siècles un lieu d’inhumation pour tous les habitants du village. Il est aussi un endroit de repos pour quelques prêtres qui ont été au service de la paroisse tels :

  • l’abbé Morin (dont Jules Carlier nous dit en 1913 que « La pierre qui supportait la croix en bois érigée sur sa tombe existait encore à fleur de sol et qu’elle se trouvait à quelques pas en avant du portail[1] ») ;
  •  les curés Noiville et Regnier.

En dehors de ces figures, le cimetière a pu accueillir des vagabonds ou des mendiants, comme celui qui fut trouvé mort à Rocquigny mais qui était habitant de La Romagne.


[1] Bibliothèque Carnegie Reims, CHBM 994, Carlier, Jules, Epigraphie campanaire ardennaise : les Cloches du canton de Chaumont-Porcien, Rethel : Huet-Thiérard. 1913, 73 p. [Nota bene : l’ouvrage est un tiré à part donné en 1933 par l’auteur. Ce dernier a rédigé initialement quatre articles imprimés dans un périodique ardennais : la première partie est parue dans Carlier, Jules, « Epigraphie campanaire ardennaise : les Cloches du canton de Chaumont-Porcien » in Annales rethéloises : revue historique et littéraire, Rethel : Huet-Thiérard, 1907-1924 [I-XVIII], septième année, n° 37, janvier-février 1913, p. 1-5 ; La deuxième partie a été publiée dans Carlier, Jules, « Epigraphie campanaire ardennaise : les Cloches du canton de Chaumont-Porcien » in Annales rethéloises : revue historique et littéraire, Rethel : Huet-Thiérard, 1907-1924 [I-XVIII], septième année, n° 38, mars-avril 1913, p. 15-23. La troisième partie a été diffusée dans Carlier, Jules, « Epigraphie campanaire ardennaise : les Cloches du canton de Chaumont-Porcien » in Annales rethéloises : revue historique et littéraire, Rethel : Huet-Thiérard, 1907-1924 [I-XVIII], septième année, n° 40, juillet-août 1913, p. 47 et suivantes. La quatrième partie a été éditée dans Carlier, Jules, « Epigraphie campanaire ardennaise : les Cloches du canton de Chaumont-Porcien » in Annales rethéloises : revue historique et littéraire, Rethel : Huet-Thiérard, 1907-1924 [I-XVIII], septième année, n° 41, septembre-octobre 1913, p. 63 et suivantes].

Par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME

Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME est l'administratrice, l'éditrice et l'auteure du blog la romagne.info.