Catégories
Biens ecclésiastiques Clergé Religion

Les protestants de la Romagne

A la suite de la révocation de l’édit de Nantes, plusieurs Romanais sont contraints d’abjurer…


Edit de Nantes promulgué en avril 1598 par le roi de France Henri IV.
L’édit de Nantes en faveur de ceux de la religion prétendue réformée est promulgué en avril 1598 par Henri IV. Ce texte permet aux protestants d’exercer leur culte avec une certaine liberté.

Dès que les conflits opposèrent catholiques et protestants, le Porcien et la Thiérache furent deux lieux de leur violente et farouche opposition, d’autant que certaines familles locales comme les Croÿ étaient partagées entre les deux religions. Pendant toute la génération précédant la promulgation de l’édit de Nantes[1], le pays fut ensanglanté et dévasté, les terres abandonnées faute de laboureurs, car les ligueurs du duc de Guise et la domination espagnole s’étendaient sur toute la région.

L'Assassinat du duc de Guise, peinture d'histoire de Paul Delaroche, musée Condé (1834). Henri Ier de Guise, l’un des principaux ennemis des protestants lors des guerres de Religion, est mort assassiné sur l’ordre d’Henri III le 23 décembre 1588.
Henri Ier de Guise, ennemi des protestants, est mort assassiné le vendredi 23 décembre 1588 (peinture d’histoire de 1834 par Paul Delaroche, exposée au musée Condé, dans le château de Chantilly).

[1] Cet acte législatif allait permettre la pacification et donner des droits aux protestants, comme celui d’avoir leur propre cimetière (celui de Rocquigny date-t-il de cette époque ?).

Vue sur le cimetière protestant de Rocquigny.
Vue sur le cimetière protestant de Rocquigny.

A La Romagne, si on se fie au compte rendu du 2 juillet 1673 rédigé à la suite d’une visite pastorale par monseigneur Le Tellier (archevêque de Reims et frère de Louvois), il y aurait quatre ou cinq ménages protestants qui « vivent sans scandale » et qui « vont au prêche dans le diocèse de Laon », à moins qu’ils ne se rendent à celui « que la dame d’Heurcourt de La Hardoye fait tenir en son château, et auquel assistent les huguenots des villages circonvoisins[1] ».

La croix huguenote est un symbole du protestantisme.
La croix huguenote est un symbole du protestantisme.

[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 2G 252 [série G = clergé séculier, sous-série 2G = fonds de l’archevêché de Reims, cotes 2G 250-252 = administration spirituelle du diocèse, état des paroisses, visites des églises (1348-1789)].


Portrait de Charles-Maurice Le Tellier par Pierre Mignard (1691). Charles Maurice Le Tellier, archevêque-duc de Reims (1642-1710)
Portrait (1691) de Charles Maurice Le Tellier, archevêque-duc de Reims (1642-1710) par Pierre Mignard (1612-1695).

Cette tolérance de l’ecclésiastique est d’autant plus remarquable que le contexte religieux des années postérieures le conduira à prendre des mesures relativement plus rigoureuses. Ce que montrent deux de ses ordonnances, l’une sur le mariage des nouveaux convertis (28 août 1686), l’autre sur le baptême (12 septembre de la même année) :

  • « Note pour les nouveaux convertis qui diffèrent depuis un an de s’approcher des sacrements, refusent de se confesser lorsqu’ils sont sur le point de se marier et de communier avant de recevoir la bénédiction nuptiale : ordonnons aux curés que les fiancés doivent se confesser et communier dans leurs paroisses deux ou trois jours avant et non ailleurs. Défense sous peine de suspense[1] au curé de donner la bénédiction nuptiale à ceux qui auront été absous de leur hérésie mais qui ne voudront pas se préparer à recevoir le sacrement de mariage par une bonne confession et une sainte communion. Lecture de cette ordonnance au prône de la messe de paroisse et par trois dimanches consécutifs[2] ».
  • « Ne peuvent être parrain et marraine les personnes suspectes d’hérésie ou qui ne veulent pas promettre de vivre et de mourir dans la foy[3] catholique. Même défense pour ceux qui ne se sont pas confessés dans l’année et qui n’ont pas fait leur communion pascale. Sont interdits tous les nouveaux convertis qui n’auront pas communié depuis leur abjuration ou qui dans la suite ne se seront pas confessés pendant l’année et n’auront point fait leur communion pascale ou ceux qui ne voudront pas promettre de vivre et de mourir dans la foy[4] de l’Eglise catholique[5] ».

[1] Mesure de droit canonique qui consiste à suspendre un prêtre de ses fonctions (ou de l’usage de son bénéfice).

[2] Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, département des Manuscrits, Français 20720, pièce 13 [ensemble de 57 documents = XIV (mandements, ordonnances, etc. 1676-1709) de Charles Maurice Le Tellier, archevêque-duc de Reims (1642-1710)].

[3] [Sic, id est « foi »].

[4] [Sic, id est « foi »].

[5] Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, département des Manuscrits, Français 20720, pièce 20 [ensemble de 57 documents = XIV (mandements, ordonnances, etc. 1676-1709) de Charles Maurice Le Tellier, archevêque-duc de Reims (1642-1710)].


L'édit de Fontainebleau a été signé par Louis XIV le 18 octobre 1685.
L’édit de Fontainebleau signé par Louis XIV le 18 octobre 1685 révoque l’édit de Nantes et vise à interdire le culte protestant.

On se rend compte qu’au fur et à mesure du déroulement de son règne, Louis XIV entend que son royaume n’ait qu’une seule religion : pour aboutir à ce résultat, les brimades commencent. C’est ainsi que l’on va assister à des conversions d’abord sporadiques, puis plus fréquentes au cours de son règne. La majorité se déroule après la signature le 15 octobre 1685 de l’édit de Fontainebleau, qui met fin à la liberté religieuse.

La première à abjurer dont on retrouve la trace est Marguerite Crouet, native de la Romagne, qui abandonne sa religion en l’église de Rethel en 1682[1]. Cette date est très significative, car elle correspond à l’intensification des mesures décidées par le roi et son entourage pour lutter contre le protestantisme. Ces dernières sont en réalité déjà assez anciennes : depuis longtemps, le roi et le clergé encouragent les vexations et les avanies au nom du principe politique cujus regio, ejus religio exigeant que la religion du peuple soit nécessairement celle de son souverain.

Des ordonnances royales restreignent les applications de l’édit de Nantes promulgué en 1598, puisqu’elles permettent aux enfants de sept ans de se convertir, sans l’avis de leurs parents. On essaie aussi la corruption : une caisse des conversions est créée, et les nouveaux convertis peuvent toucher la somme de 6 livres (un peu moins de 180 euros actuels).

On apprend grâce aux registres paroissiaux que les conversions à La Romagne se sont déroulées pour leur majorité dans les deux années précédant la révocation de cet édit (qui fut durant 90 années environ la base de la paix civile dans le royaume, fondée sur l’acceptation de la diversité des confessions).


[1] Jailliot, Dr. J., « Le Protestantisme dans le Rethélois et dans l’Argonne jusqu’à la révocation de L’édit de Nantes (suite et fin) : XXIX les conversions dans l’Argonne et le Rethélois », in Revue d’Ardenne & d’Argonne : scientifique, historique, littéraire et artistique [publiée par la Société d’études ardennaises La Bruyère » puis, à partir de mars/avril 1895 par la « Société d’études ardennaises »], 1re année, n° 1 (novembre/décembre 1893) -22e année, n° unique (1915/1923), Sedan : imprimerie Laroche, 1893-1923, 13e année, 1905-1906, p. 216. [Nota bene : la collectivité éditrice du périodique, née en 1888 et morte dans les années 20, ne saurait être confondue avec la Société d’études ardennaises fondée le 26 janvier 1955 et devenue la Société d’histoire des Ardennes le 2 mars 2013].


Timbre commémorant l'édit de Nantes, auquel met fin celui de Fontainebleau.
Timbre du 400e anniversaire de la signature de l’édit de Nantes (1598-1998) et portrait du roi Henri IV (1553-1610).

Le 4 novembre 1683, Anne Boucquerie (femme de Pierre Crouet) abjure, tandis qu’une quinzaine de jours plus tard ce dernier fait de même. Il est bientôt suivi de Daniel et Jeanne Crouet (âgée de 90 ans) et Favet L’Escollier (nom qu’on trouve parfois orthographié Lescoyer ou Lescuyer). Ensuite, c’est le tour de Lazare Barré, Daniel de Troye, Pierre Bouquerie, Daniel L’Escholier et sa femme Marie Roland, Marie Crouet et Pierre Lanenant (plus probablement Lallement), dont la plupart réside aux Houis. Le 22 novembre 1685, on note l’abjuration de Daniel Coulon, un autre natif de La Romagne[1] (mais demeurant à L’Echelle[2]).


[1] Archives départementales des Ardennes, 49J 72 [série J = archives d’origine privée (entrées par voie d’achat, don, legs ou dépôt), sous-série 49J = collections généalogiques].

[2] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ECHELLE[L’]/E 1 [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ECHELLE[L’]/E 1 = registres paroissiaux et d’état civil de l’Echelle, 1669-1717], acte d’abjuration, vue 108/334, consultable en ligne.


Après ces reniements, on retrouve des traces de l’intégration de ces anciens protestants. Lazare Barré, marié à Marçon Petitfrère, a un fils Pierre en 1694 puis une fille en avril 1697, dûment baptisés et enregistrés dans le registre paroissial. Marguerite Crouet, épouse d’Abraham Vaché (dont le prénom biblique laisse supposer d’anciens liens avec le protestantisme[1]), met au monde en 1696 un garçon, dont le parrain est « Jean-Baptiste Dehaulme en lieu et place de frère Norbert Dehaulme » (ce dernier n’étant autre que le curé de la paroisse), et la marraine Louise Duguet (épouse de messire de Canelle).

De même, lors de la rédaction du testament de Jean Pronier et de sa femme Poncette Maupin, le curé choisit Daniel L’Escholier pour l’accompagner et lui servir de témoin. Ce choix peut montrer la volonté de réintégrer au sein de la paroisse des anciens adeptes de la religion réformée. Néanmoins, et probablement malgré les efforts déployés par le curé, il reste quelques farouches religionnaires : le 13 février 1714, à l’occasion de son mariage avec Michel Lefèvre (manouvrier[2] de la paroisse de Montmeillant), Claude Barjolle (fille de Jean Barjolle et de Rachel Barré) se convertit au catholicisme juste avant la célébration de la cérémonie. La renonciation se fait en présence du prieur de Montmeillant et « de la plus grande partie de la paroisse « ensemblée[3] » [sic, id est « assemblée »], marquant ainsi une certaine solennité. Comme les deux actes se suivent dans le registre, le lien entre ces deux événements est simple à comprendre.

Après cette date, plus rien n’apparaît dans les registres qui nous sont parvenus. Tous ces exemples prouvent que le protestantisme était bel et bien répandu dans le village et formait un solide foyer qui ne résista pas aux sanctions prévues : le logement des gens de guerre à titre de rétorsion était une véritable calamité. L’influence des curés ou des autorités communales, reflets des pouvoirs religieux et royal, a également beaucoup joué…


[1] On peut s’interroger sur la sincérité de l’adhésion de ce couple au catholicisme malgré les signes extérieurs de sa conversion.

[2] Ouvrier employé à de gros travaux, notamment dans l’agriculture.

[3] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ROMAGNE[LA]/E 2, [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ROMAGNE[LA]/E 2 = registres paroissiaux et d’état civil de La Romagne, 1713-1721], acte d’abjuration, vue 5/34, consultable en ligne.

Par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME

Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME est l'administratrice, l'éditrice et l'auteure du blog la romagne.info.