Catégories
Métiers Professions Sapeurs-pompiers

Incendies à La Romagne

En raison des constructions (en bois et en torchis) et des stockages de paille, les incendies sont nombreux à La Romagne…


Les départs de feux sont assez fréquents à La Romagne jusqu’à la première guerre mondiale, compte tenu des matériaux utilisés dans la construction d’une part, et le stockage de paille et de foin d’autre part. Ils permettent également (dans l’inconscient collectif d’une société étroite) des accusations à l’encontre de personnes peu appréciées. Ces griefs ne sont pas toujours fondés, loin s’en faut, ce qui se traduit au XIXe siècle (lorsque ces affaires sont jugées devant les divers tribunaux) par un certain nombre d’acquittements, faute de preuves recevables.

Jusqu’en 1764, les habitants qui avaient le malheur d’être incendiés n’obtenaient pour tout secours que d’être exemptés de taille et de corvées de chemin pendant trois ans. A partir de cette date, l’intendant décide qu’il sera octroyé des secours pécuniaires, à condition que les bâtiments ne soient plus recouverts de paille.


Portrait de monseigneur Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord, cardinal de la Sainte Église romaine, archevêque-duc de Reims (1777-1816).
Monseigneur Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord, cardinal, archevêque-duc de Reims (1777-1816).

Concomitamment, dès 1779 dans le diocèse de Reims, on établit un bureau des incendiés composé essentiellement d’ecclésiastiques. Des quêtes sont faites plusieurs fois par an, afin de pouvoir distribuer dans les paroisses du matériel contre l’incendie (pompes, seaux, échelles, etc.). Elles permettent aussi d’accorder des indemnités pour le changement des couvertures des bâtiments, afin de rendre moins fragiles les maisons et les granges.

Armoiries de monseigneur Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord, cardinal, archevêque-duc de Reims (1777-1816).
Armoiries de monseigneur Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord.

Le 24 mars 1780, Claude Lambert, habitant de La Romagne, perd sa maison et ses meubles. La même année, Jean-Baptiste Bienfait et sa femme sont à leur tour victimes d’un incendie, dans lequel une partie de leurs meubles et effets disparaît. En 1783, ils sont exonérés de taille pour la troisième et dernière année[1]. Vers 1782, un incendié de La Romagne refuse de se conformer aux instructions du bureau des incendiés, relativement à la reconstruction de ses bâtiments : il est privé du secours auquel il avait droit.

Ce n’est pas le seul village à être touché par les incendies : Wasigny en l’espace de quelques mois en est victime deux fois (décembre 1798 et février 1799), Sery est concerné en 1807. Draize en 1832 voit disparaître douze de ses maisons, tandis qu’une dizaine brûle à Saint-Jean-aux-Bois en juillet 1833.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Châlons-en-Champagne, C 953 [série C =  administrations provinciales, cotes C 749-965 = intendance de Champagne, fonds concernant les finances, l’assiette et la répartition des impositions, la taille (1593-1793)].


Armoiries de monseigneur Jean-Charles de Coucy.
Monseigneur Jean-Charles de Coucy, archevêque de Reims (1817-1824).

La première caisse des incendiés née à l’initiative du diocèse avant la révolution pâtit de cette période troublée, mais une institution quelque peu semblable renaît en 1805 sous l’Empire et est renouvelée en 1818 lors de la Restauration. Elle est sous la responsabilité du préfet et sous la protection de l’archevêque de Reims. Elle comprend dans chaque canton un ou plusieurs correspondants : messieurs Beaudet (maire de Remaucourt) et Macquart (juge de paix à Saint-Jean-aux-Bois) le sont durant quelque temps.

Armoiries de monseigneur Jean-Charles de Coucy, archevêque de Reims (1817-1824).
Armoiries de monseigneur Jean-Charles de Coucy.

Tout comme précédemment, il est fait une collecte annuelle : au niveau du canton de Chaumont-Porcien la somme récoltée est d’environ 1100 francs, tout en sachant que cette somme progresse en fonction de l’intérêt croissant des habitants pour cette institution. Dans chaque commune, lorsque la collecte est terminée, l’argent recueilli est versé entre les mains du percepteur. Tout habitant qui a fait une offrande, s’il est victime d’un incendie, reçoit un secours proportionnel à son versement, à condition, s’il s’agit de l’incendie d’un bâtiment, de le recouvrir de tuiles ou d’ardoises lors des réparations. Pour La Romagne, on n’a aucun versement en 1827, mais un en 1828, qui s’élève à 14,75 francs pour 9 participants, alors qu’à Draize on notait 79 participants et 43 à Adon[1].

Les infractions en relation avec le fléau qu’était un incendie étaient dûment répertoriées et faisaient l’objet de poursuites auprès du juge de paix. Plusieurs habitants de La Romagne et de bien d’autres villages se trouvent poursuivis comme l’est un des habitants le 7 avril 1859 pour imprudence et pour « avoir circulé dans les granges avec une chandelle allumée ». Il est condamné à une amende et au paiement des frais. Il n’y a pas, heureusement, de conséquences (justice de paix du canton de Chaumont-Porcien).

Le blason communal de Chaumont-Porcien est d'azur à la croisette surmontée d'un croissant, accosté de deux fleurs de lis et soutenue d'un lion, le tout d'argent.
Le blason communal de Chaumont-Porcien est d’azur à la croisette surmontée d’un croissant, accosté de deux fleurs de lis et soutenue d’un lion, le tout d’argent.

[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 7J 58 [série J = archives privées, documents entrés par voie extraordinaire, sous-série 7J = fonds de l’archevêché de Reims (1637-1963)].


Vers 1860, un incendie éclate un dimanche aux Houïs et l’un des habitants de ce hameau est accusé par certains de ses voisins d’en être l’incendiaire, d’autant qu’il avait souscrit une police d’assurance (ce qui était loin d’être courant à l’époque). Il est arrêté et, après un jugement en cours d’assises, il est acquitté non sans avoir passé plusieurs mois en prison.

Un important incendie entre le 4 et 5 décembre 1895 semble avoir nécessité l’aide des sapeurs-pompiers des villages voisins[1]. Un autre éclate dans la nuit du 4 au 5 janvier 1897 vers minuit et prend dans le grenier à foin d’une maison. Une remise, un cellier, et le grenier au-dessus de celui-ci sont touchés, mais l’incendie a pu être maîtrisé. Les dégâts sont importants et s’élèvent à plus de 1400 francs.

Un autre, dont la cause est inconnue, éclate à la fin de cette même année et ravage des bâtiments à usage de culture, ne laissant indemne que le corps de logis. Les pertes sont importantes (2500 francs) mais couvertes[2].


[1] Archives départementales des Ardennes, compte rendu du conseil municipal en date du 16 août 1896.

[2] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 36, « Chronique locale et régionale », in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. 1re année, n° 1 du 31 mars 1880-35e année, n° 11991 du 25 août 1914. Charleville : [s.n.], 1880-1944, n° 6058, 7 décembre 1897, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].


Pompe à bras Champenois (circa 1840) du musée des sapeurs-pompiers Lyon-Rhône.
Pompe à bras Champenois (circa 1840) du musée des sapeurs-pompiers Lyon-Rhône.

Trois mois après, c’est une tentative d’incendie criminel qui vise un Romanais, alors qu’il était absent. En effet, l’incendiaire avait placé une torche allumée dans un tas de bois près du fournil. Mais sa manœuvre est déjouée, grâce à l’intervention d’un habitant qui réussit à éteindre, seul, ce début d’incendie[1].  Un petit incendie éclate le 31 juillet 1906, entrainant la destruction d’une meule de paille appartenant à un cultivateur   qui perd ainsi une somme égale à 130 francs.

Une nouvelle fois, en septembre 1909, c’est un incendie volontaire (selon les dires d’un gamin qui a vu s’enfuir l’auteur des faits vers Draize). Deux meules de paille appartenant à l’aubergiste sont détruites[2]. Le 28 septembre 1910, débute un nouvel incendie à La Romagne. Il est d’une telle violence qu’il dure plusieurs heures, faisant disparaître un bâtiment et son contenu de foin et d’avoine avant de gagner une maison voisine qui s’enflamme à son tour, ce qui nécessite l’intervention de pompiers « étrangers » (entendons d’autres villages)[3]. En mai 1963, un début d’incendie dans l’ancienne école (devenue une salle des fêtes) est très vite éteint, ne causant que quelques dégâts mineurs.

Véhicules de lutte contre l'incendie utilisés actuellement par les sapeurs-pompiers de La Romagne (collection privée, avec l'aimable autorisation de madame Véronique Sené et de monsieur Daniel Sené).
Véhicules de lutte contre l’incendie utilisés autrefois par les sapeurs-pompiers de La Romagne (collection privée, avec l’aimable autorisation de madame Véronique Sené et de monsieur Daniel Sené).

Chacun de ces incendies soulève la nécessité pour les particuliers de s’assurer. Il faudra du temps pour responsabiliser les habitants et faire évoluer les mentalités, mais aussi le concours du législateur et de particuliers, qui font désormais figurer dans des actes notariés de prêt une clause qui garantit que celui-ci est obligatoirement assuré jusqu’à l’extinction de la dette[4].

Casque tradition porté par les sapeurs-pompiers lors des cérémonies.
Casque tradition porté par les sapeurs-pompiers lors des cérémonies.

[1] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 37, « Chronique locale et régionale », in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. 1re année, n° 1 du 31 mars 1880-35e année, n° 11991 du 25 août 1914. Charleville : [s.n.], 1880-1944, n° 6157, 18 mars 1898, p.2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].

[2] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 60, « Chronique locale et régionale », in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. 1re année, n° 1 du 31 mars 1880-35e année, n° 11991 du 25 août 1914. Charleville : [s.n.], 1880-1944, n° 10211, 25 septembre 1909, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].

[3] Archives départementales des Ardennes, PERH149, L’Espoir [Texte imprimé] : journal politique, littéraire et commercial de l’arrondissement de Rethel [« puis » journal républicain], n° 10200, 1e octobre 1910, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].

[4]  Archives départementales des Ardennes, 3E14/23 [série E = État civil, officiers publics et ministériels, sous-série 3E14/1-324 = archives notariales de Chaumont-Porcien et Seraincourt].

Par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME

Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME est l'administratrice, l'éditrice et l'auteure du blog la romagne.info.