Catégories
Enseignants Enseignement Laïcisme Laïcité Métiers Professions

Les certificats d’études et leurs lauréats à La Romagne


Les instituteurs ont à cœur la réussite de leurs élèves au certificat d’études (en général vers l’âge de douze ans). Examen créé en 1866, mais dont certaines modalités sont précisées en 1880, il couronne la fin de la scolarité obligatoire et sanctionne un premier niveau d’études lors d’épreuves se déroulant au chef-lieu du canton.


Elles ont lieu, pour les élèves de La Romagne, à Chaumont-Porcien (Ardennes) sur deux jours, par exemple le 12 juin 1891 pour les filles et le lendemain pour les garçons[1], avant qu’elles ne se déroulent pour tous le même jour quelques années après. Les candidats sont soumis à un examen, dont l’intégralité pour la date citée donne un exemple du niveau attendu dans la dernière décennie du XIXe siècle.


[1] Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, JO-87222, L’Organe du Rethélois : revue hebdomadaire de l’arrondissement de Rethel, 1e année, n° 1 (31 déc. 1882)-4e année, n° 220 (21 févr. 1886) ; 5e année [sic], n° 327 (8 avr. 1888)-27e année, n° 1500 (27 mars 1910) + suppléments [incomplets], Rethel : [s. n.], 1882-1910, imprimé à Sedan, n° 463.


Tout d’abord, la dictée est une épreuve éliminatoire si elle comporte cinq fautes :

Maître de mes loisirs et libre de mes penchants,
Oh ! Combien il me plaît de m’éveiller aux champs !
Comme pour le plaisir, les yeux s’ouvrent sans peine !
Quelle aimable fraîcheur frémit dans chaque veine !
Que notre âme est légère et qu’on se sent joyeux !
D’assister au réveil de la terre et des cieux
De voir l’homme et le jour commencer leur ouvrage
La lumière monter de nuage en nuage
Les informes objets reprendre leurs couleurs,
Et les prés reverdir, et renaître les fleurs ;
Et se rougir au loin les bois, les bois aux mille têtes !
L’étoile du matin est l’astre des poètes ;
Humide de rosée, elle verse des airs
Son éclat aux gazons, sa fraîcheur à nos vers.

Le réveil des champs (P. Lebrun), texte de la dictée du certificat d’études primaires de juin 1891, passé par les élèves de la Romagne (Ardennes) à Chaumont-Porcien (Ardennes).

Puis suivent des questions de toute nature :

1) Expliquez, en les découpant,
le sens des mots « reverdir » et « renaître ».

2) Quel est le plus grand plaisir pour l’auteur du morceau ? Dans quel vers est exprimé ce plaisir ?

3) Qu’appelle-t-on « informes objets » ?
De quels objets parle ainsi l’auteur ?
Les chercher dans le texte.

4) Conjuguez les verbes « reverdir » et « renaître » à la 3e personne du singulier et du pluriel au présent de l’indicatif, du passé défini[1], du futur et du présent du subjonctif.

5) Analysez logiquement
les deux derniers vers « Humide… à nos vers ».

[1] Passé simple.

Questions sur le texte de la dictée du certificat d’études primaires de juin 1891, passé par les élèves de la Romagne (Ardennes) à Chaumont-Porcien (Ardennes).

Une rédaction est ensuite proposée :

« Un bloc de houille sur le point d’être mis dans le poêle raconte son histoire, son origine, son extraction, la vie pénible du mineur, comment il est arrivé à destination. »

Réflexion morale.

Texte de la rédaction du certificat d’études primaires de juin 1891, passé par les élèves de la Romagne (Ardennes) à Chaumont-Porcien (Ardennes).

Enfin, des problèmes mathématiques sont soumis à la sagacité des élèves :

1) Paul et Julie veulent se partager 67 noisettes,
ils écrivent le nombre au tableau noir.

Julie tire un trait vertical entre le 6 et le 7 et dit à Paul : « Choisis ».
Paul choisit la partie de droite (car il a divers défauts).

Quel est, selon vous, le mieux partagé des deux enfants ?
De combien ? Pourquoi ?
 
2) Sur un champ triangulaire de 100 mètres de base et 90 mètres de hauteur, on a répandu du superphosphate de chaux et du nitrate de soude.
 
Le superphosphate[1] vaut 8,70 francs le quintal et s’emploie à raison de 400 kilos à l’hectare ; le nitrate[2] vaut 11,5 francs les 50 kilos et a été employé à raison de 200 kilos à l’hectare.
 
Quel est le montant de la dépense ?

[1] Engrais minéral phosphaté.
[2] Composant chimique naturel (un atome d’azote et trois d’oxygène) utilisé notamment comme engrais.

Problèmes mathématiques du certificat d’études primaires de juin 1891, passé par les élèves de la Romagne (Ardennes) à Chaumont-Porcien (Ardennes).

Les résultats sont donnés quelques jours après, et c’est ainsi que se sont distingués

  • en 1896 : Aurèle Boudsocq, Victor Legros, Elise Laroche, Irma Laroche Blanche Georges (Clovis Dupont obtient le certificat d’études primaires supérieures puis le brevet supérieur).
  • en 1897 : Armand Canneau, Victor Lallement, Lucien Vuilmet et Georgette Pasté.
  • en 1898 : Lucien Panier (seul reçu. Nota bene : on ne connaît pas pour cette année-là le nombre de candidats initiaux).

Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-1421378, Lavisse, Ernest (auteur) ; Conard, Pierre (avec la collaboration de), Histoire de France : cours moyen deuxième année et certificat d'études – classe de 7e des lycées et collèges (garçons et jeunes filles), Paris : Armand Colin, 1935, 3e édition, 1 vol. (348 p.), page non paginée, vue 9/370, consultable en ligne sur Gallica, texte reproduit d’après l’original de la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, 8-L39-1133 (A).
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-1421378, Lavisse, Ernest (auteur) ; Conard, Pierre (avec la collaboration de), Histoire de France : cours moyen deuxième année et certificat d’études – classe de 7e des lycées et collèges (garçons et jeunes filles), Paris : Armand Colin, 1935, 3e édition, 1 vol. (348 p.), page non paginée, vue 9/370, consultable en ligne sur Gallica, texte reproduit d’après l’original de la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, 8-L39-1133 (A).

Ce certificat comporte après la Première Guerre mondiale trois sortes d’épreuves (écrit, oral et gymnastique). L’écrit compte une rédaction, une dictée, de l’arithmétique des sciences ou de l’histoire, puis de l’écriture du dessin ou de la couture pour les filles.


A l’oral, les candidats ont une épreuve de lecture, de récitation et de calcul mental. Le candidat peut être ajourné à l’écrit si l’orthographe est déplorable, ou après l’oral si celui-ci est insuffisant.


L’instituteur, dont la réputation dépend en partie de la réussite des candidats à ce fameux examen, évite d’en présenter certains, lorsqu’il doute sérieusement de leur succès. Il reste alors possible que ces derniers passent les épreuves en candidats libres. Les résultats obtenus ne confirment pas toujours le jugement du maître.


Photo de classe de l'école mixte de La Romagne (Ardennes) en 1931 (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Georges Malherbe).
Photo de classe de l’école mixte de La Romagne (Ardennes) en 1931 (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Georges Malherbe).

Entre juillet 1920 et juillet 1939, plusieurs élèves de la Romagne ont obtenu ce diplôme, pour certains avec mention « bien » ou « très bien ». A noter, les mentions « assez bien » n’ont pas été maintenues tout au long de la période étudiée[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, série T, suppléments 46 à 59 [série T = enseignement, affaires culturelles, sports depuis 1800].


Année du certificat d’études primairesFillesGarçons
1920Aucune candidateDeux candidats (non nommés)
1921[1]

[1] Archives départementales des Ardennes, série T, supplément 46 [série T = enseignement, affaires culturelles, sports depuis 1800].
Aucune candidateAlbertini, Dominique
1922[1]

[1] Archives départementales des Ardennes, série T, supplément 47 [série T = enseignement, affaires culturelles, sports depuis 1800].
Marquigny, Anne-MarieBonhomme, Pierre
1923[1]

[1] Archives départementales des Ardennes, série T, supplément 48 [série T = enseignement, affaires culturelles, sports depuis 1800].
Aucune candidateMacquin, René
1924Collard, HélèneMacquin, Rémi (certificat d’études du second degré)
1925Aucune candidateAucun candidat
1926Bart, Marie MathildeMalherbe, Eugène Jean
Malherbe, René Paul
1927[1]

[1] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 97, « La Romagne. – Examen au C. E. P. E. [certificat d’études primaires élémentaires] » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. Charleville : [s. n.], 1880-1944, quarante-septième année, n° 14395, vendredi 8 juillet 1927, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].
Bart Lucie (mention « bien »)
Courtois, Marthe (1re du canton, avec mention « très bien »)
Mauroy, Augustine (mention « très bien »)
Marandel Pierre (mention « très bien)
Trochain André (1er du canton, avec mention « très bien »)
1928[1]

[1] Archives départementales des Ardennes, série T, supplément 51 [série T = enseignement, affaires culturelles, sports depuis 1800]. Voir aussi Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 99, « Examens du certificat d’études primaires. – Centre de Chaumont-Porcien » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. Charleville : [s. n.], 1880-1944, quarante-huitième année, n° 14705, lundi 2 juillet et mardi 3 juillet 1928, p. 4 [presse locale ancienne, vue 4/6, consultable en ligne].
Mauroy, LéoneAucun candidat
1929Aucune candidateAucun candidat
Résultats des élèves de La Romagne (Ardennes) au certificat d’études primaires élémentaires dans les années 20.

Année du certificat d’études primairesFillesGarçons
1930[1]

[1] Archives départementales des Ardennes, série T, supplément 51 [série T = enseignement, affaires culturelles, sports depuis 1800]. Voir aussi Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 102, « Chaumont-Porcien. – Certificat d’études primaires. – 18 élèves présentés et reçus » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. Charleville : [s. n.], 1880-1944, cinquante-et-unième année, n° 15324, samedi 28 juin 1930, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].
Vuilmet Marcelle (mention « bien »)Malherbe Marcel (mention « très bien »)
Macquin Robert (mention « bien »)
1931[1]

[1] Archives départementales des Ardennes, série T, supplément 52 [série T = enseignement, affaires culturelles, sports depuis 1800]. Voir aussi Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 105, « Certificat d’études primaires élémentaires. – Centre de Chaumont-Porcien » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. Charleville : [s. n.], 1880-1944, cinquante-deuxième année, n° 15637, mercredi 1er juillet 1931, p. 3 [presse locale ancienne, vue 3/4, consultable en ligne].
Collard, CécileAucun candidat
1932Aucune candidateBonhomme, Marcel (mention « bien »)
Carbonneaux, Albert (mention « bien »)
Durand, Georges
Quentin, Fernand
1933Aucune candidateBonhomme, Marcel (certificat d’études du second degré)
Boudsocq [pas de prénom]
Carbonneaux, Robert
Devie [pas de prénom]
Didier, René
Mauroy, Raymond
1934Druart, Raymonde
Legros, Madeleine
Devie, Victor
Legros, Henri
1935Druart, Raymonde (certificat de 2e degré)
Champenois, Fernande
Devie, Marie Louise
Aucun candidat
1936Guillaume, Michelle (mention « bien »)
Jonet, Thérèse (mention « bien »)
Bocquet, Roger
Laroche Jules
1937Modeste Solange (mention « très bien »)Aucun candidat
1938Zadorozny, OlgaBarré, André
Druart, André (candidat libre)
Didier, Raymond
Nice, André
Ravignon, Raymond
Vuilmet [pas de prénom]
1939Aucune candidateDevie, René
Guillaume, Lucien
Résultats des élèves de La Romagne (Ardennes) au certificat d’études primaires élémentaires dans les années 30.

Après l’obtention du certificat d’études du premier degré, il est possible de préparer celui du second degré, soit à l’école du village, soit dans un établissement extérieur (en internat). Cet examen se passe au niveau de l’arrondissement et, en cas de réussite, les élèves ont la possibilité de rejoindre les classes du second degré.


Les communes accordent également de l’importance à l’enseignement en organisant des distributions de prix sous la présidence d’édiles. Une telle cérémonie a lieu le 7 août 1892 pour le canton de Chaumont-Porcien (Ardennes). 


Dans certains villages, la philanthropie des donateurs permet de récompenser généreusement les meilleurs écoliers en leur offrant de nombreux livres.


Les manifestations se déroulent parfois en présence d’un député, et en tout cas de celle des collègues des environs. La participation de l’instituteur de La Romagne est toujours remarquée.


Le village de La Romagne n’a jamais pu le faire, mais on voit de telles cérémonies à Rocquigny (Ardennes) ou à Chaumont-Porcien (Ardennes).


C’est l’occasion pour ceux qui prennent la parole d’affirmer la valeur de la toute jeune école laïque, et des valeurs qu’elle défend : l’altruisme, la solidarité, la ponctualité, l’assiduité et l’importance de l’instruction[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 22, « Rocquigny. – Distribution solennelle des prix » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. Charleville : [s. n.], 1880-1944, onzième année, n° 3466, lundi 18 août 1890, p. 1 [presse locale ancienne, vue 1/4, consultable en ligne]. Voir aussi Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 58, « Rocquigny. – Distribution de prix » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. Charleville : [s. n.], 1880-1944, vingt-neuvième année, n° 9802, mercredi 5 août 1908, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].


Photo de classe de l'école de garçons de La Romagne (Ardennes) à la fin du XIXe siècle (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Georges Malherbe).
Photo de classe de l’école de garçons de La Romagne (Ardennes) à la fin du XIXe siècle (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Georges Malherbe).

La séance traditionnelle de la photo de classe est un autre grand moment pour les familles. Elle immortalise un moment important de la vie, avec d’autant plus de solennité qu’à cette époque, la photographie est bien plus rare qu’aujourd’hui.


Dans un article du Petit Ardennais[1] consacré à l’illettrisme[2] masculin, il est noté que sur les quarante-six soldats maintenus de la classe 1907, seuls deux ne savent ni lire ni écrire : quoique très partiel, ce résultat fait ressortir un pourcentage de 4,34%, ce qui est un taux relativement bas, et qui est dû au développement de l’enseignement obligatoire. Trois n’ont pas eu leur niveau d’instruction vérifié. Qu’en est-il pour La Romagne ?


[1] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 59, « Les illettrés dans les Ardennes » [informations], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. Charleville : [s. n.], 1880-1944, trentième année, n° 10006, dimanche 28 février 1909, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/6, consultable en ligne].

[2] « Incapacité à lire un texte simple en le comprenant » selon le dictionnaire de l’Académie française.


LireLire et écrireLire, écrire, compterNiveau inconnu
19183
Degré d’instruction des trente et une recrues de La Romagne (Ardennes) entre 1869 et 1895, établi d’après le recensement des jeunes gens de la commune.

Lire, écrire, compterCertificat d’études primairesBrevet élémentaireEtudes secondaires et supérieuresNiveau inconnu
616124
Degré d’instruction des vingt-neuf recrues de La Romagne (Ardennes) entre 1940 et 1952, établi d’après le recensement des jeunes gens de la commune.

Certificat d’études primaires délivré par le département des Ardennes, document vierge consultable en ligne sur le site des archives départementales des Ardennes.
Certificat d’études primaires délivré par le département des Ardennes, document vierge consultable en ligne sur le site des archives départementales des Ardennes.

Après la Seconde Guerre mondiale, le mouvement de développement de l’instruction qui s’est amorcé dans l’entre-deux-guerres se poursuit avec la création de collèges ruraux, notamment à Signy-l’Abbaye (Ardennes), ainsi que le ramassage scolaire.


Photo de classe avec monsieur Pierre Fleury [sous réserve], instituteur, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Eric Malherbe).
Photo de classe de la mairie-école de La Romagne (Ardennes) avec monsieur Pierre Fleury [sous réserve], instituteur, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Eric Malherbe).

Dans ce but, La Romagne fait l’acquisition d’un car. Ce service public dépend aujourd’hui du département des Ardennes. Et il n’y a plus aucune école, privée ou publique, à La Romagne.