Catégories
Guerres napoléoniennes (1800-1815) Militaires

Les soldats natifs de La Romagne dans les guerres napoléoniennes (1800-1815)

La Romagne a participé aux plus grandes batailles du Premier Empire, dont Austerlitz…


Fondation Napoléon.
La Fondation Napoléon et son site d’histoire napoleon.org.

Le bicentenaire de la mort de l’Empereur sera bientôt commémoré au sein du label « 2021 année Napoléon » (soutenu par la Fondation Napoléon et le Souvenir napoléonien). En hommage à la bataille d’Austerlitz (11 frimaire an XIV, soit le lundi 2 décembre 1805), le blog laromagne.info évoque les soldats romanais qui ont participé aux guerres du Premier Empire.


Devie, Charles Louis, né à La Romagne [date inconnue], † le 22 septembre 1809 dans un hôpital de Vienne (Autriche) à la suite de fièvres, cuirassier au 7e régiment, 3e escadron, 7e compagnie[1].

Armoiries de Vienne (Autriche).
Armoiries de Vienne (Autriche).

[1] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ROMAGNE[LA]/E 12 [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ROMAGNE[LA]/E 12 = registres paroissiaux et d’état civil de La Romagne, an XI-1812], acte de décès, vue 28/43, consultable en ligne.


Devie, Jacques Innocent, né le 16 juin 1784 à la Romagne, † le 13 juin 1846 à La Romagne, fils d’Antoine Devie et de Marguerite Jonet, conscrit de l’an III. Il est au 45e régiment d’infanterie de ligne du 30 septembre 1813 au 24 février 1814[1].


[1] Service historique de la Défense, SHD/GR 21 YC 390 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YC = contrôles de la troupe, section 21 YC = infanterie de ligne, 1er à 156e régiment (1802-1815)].


Napoléon à la bataille d'Austerlitz par François Gérard.
Napoléon à la bataille d’Austerlitz par François Gérard.

Devie, Pierre, né le 7 septembre 1777 à La Romagne, fils de Charles Thomas Devie et de Madeleine Vitter, dragon au 10e régiment. Ses états de service montrent qu’il a parcouru l’Europe en participant aux campagnes d’Italie (Ans IV et V), de Hollande (an VIII). Il rejoint l’armée des côtes de l’Océan (an IX) et se bat à Austerlitz, Eylau et Friedland. Il est même allé en Espagne (Benavente), où il a été blessé au bras gauche, ce qui a mis un terme à sa carrière. Il revient ensuite vivre dans son village (où il se marie) après 16 ans, 4 mois, 4 jours de service[1].

La Bataille de Friedland par Horace Vernet.
La Bataille de Friedland par Horace Vernet.

[1] Service historique de l’armée de terre [devenu le département terre du Service historique de la Défense], GR 2 YF 22041 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YF = dossiers de pensions militaires, section 2 YF = pensions (1801-1817)].


Dupont, Jean-Pierre, né à La Romagne [date inconnue], † le 7 avril 1809 à Pampelune lors de la guerre d’indépendance espagnole, fusilier de la 1e compagnie du 3e bataillon du 28e régiment d’infanterie légère.

Blason communal de Pampelune (Espagne).
Blason communal de Pampelune (Espagne).

La Bataille d'Essling par Fernand Cormon.
La Bataille d’Essling par Fernand Cormon.

Hamel, Jean-Baptiste, né le 27 février 1774 à La Romagne, fils de Robert Hamel et Marie-Nicolle Langlet, volontaire dans le 3e bataillon de la légion des Ardennes le 15 septembre 1792. Il combat aux armées du Nord et de la Moselle de 1792 à l’an II, passe le 14 pluviôse an II dans le 4e régiment de cavalerie (4e régiment de cuirassiers en l’an XI), fait avec ce nouveau corps les guerres de l’an III à l’an IX aux armées de Sambre et Meuse, de Rhin et Moselle, d’Allemagne, du Danube, du Rhin et obtient le grades de brigadier et de maréchal des logis. En garnison à Metz pendant les ans XII et XIII, il sert pendant les campagnes de 1807, 1808 et 1809. Nommé maréchal des logis le 1er mars 1807, adjudant sous-officier le 1er mars 1809, sous-lieutenant puis lieutenant les 3 juin et 1e septembre de la même année. Attaché au corps d’observation de l’Elbe en 1812, fait capitaine le 17 juin de la même année, il a combattu à Essling et a été blessé de deux balles à Wagram. Il est admis à la retraite le 19 novembre1812. Il a été promu au grade de chevalier de la Légion d’honneur à dater du 14 juin 1804[1].

Bataille de Wagram par Horace Vernet.
Bataille de Wagram par Horace Vernet.

Médaille de la Légion d’honneur (avers).
Médaille de la Légion d’honneur (avers).

[1] Archives nationales, LH1261/39 [base de données Léonore, donnant accès aux dossiers nominatifs des personnes nommées ou promues dans l’ordre de la Légion d’honneur depuis 1802 et décédées avant 1977].

Médaille de la Légion d’honneur (revers).
Médaille de la Légion d’honneur (revers).

Hamel, Jean-Baptiste, né à La Romagne [date inconnue], fils de Pierre Hamel et Marguerite Bouillard, carabinier du 1er bataillon du 24e régiment d’infanterie légère tué à Bergfried sur le champ de bataille le 3 février 1807.  Cette bataille se passe lors de la quatrième coalition (1806-1807) entre les troupes dirigées par le maréchal Ney, le maréchal Augereau et le maréchal Soult et l’arrière-garde de Bennigsen, général en chef de l’armée russe d’origine allemande.  Le 24e régiment d’infanterie légère aborde parmi les premiers l’ennemi et essuie un certain nombre de pertes. Cette bataille précède de quelques jours la bataille d’Eylau[1].

Napoléon à la Bataille d'Eylau par Antoine-Jean Gros.
Napoléon à la Bataille d’Eylau par Antoine-Jean Gros.

[1] Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, microfiche, MFICHE 8-LC20-57, Laurent, Paul, « Chronique : les Ardennais morts dans les guerres de la République et de l’Empire (1792-1815) », in Revue historique ardennaise, Paris : A. Picard et fils, 1894-1914, tome cinquième, 1898, p. 336-344. [Nota bene : ce périodique bimestriel édité entre 1894 et 1914 est un titre mort. Il ne saurait être confondu avec la Revue historique ardennaise publiée depuis 1969 à Charleville-Mézières par la Fédération des sociétés savantes des Ardennes, la Société d’études ardennaises (devenue la Société d’histoire des Ardennes) et la Société d’histoire et d’archéologie du Sedanais].


Hamel, Jean-Baptiste, né à La Romagne [date inconnue], † le 13 octobre 1813 à la bataille de Leipzig lors de la sixième coalition à suite d’un coup de feu, carabinier à la compagnie du 1er régiment du train d’artillerie de la garde impériale.

Retraite des Français après la bataille de Leipzig le 19 octobre 1813 par François Louis Couché, dit Couché fils.
Retraite des Français après la bataille de Leipzig (le 19 octobre 1813), gravure de François Louis Couché, dit Couché fils.

Laroche, Jean-Baptiste, né le 2 janvier 1780 à La Romagne, † le 16 décembre 1806 à l’hôpital militaire de Split (actuelle Croatie) lors de la Campagne de Dalmatie, à la suite de fièvres, fils de Hubert Laroche et de Marie Sacré, conscrit de l’an IX, enrôlé à l’armée le 25 ventôse an XI, nommé caporal au 11e régiment d’infanterie de ligne, premier bataillon, 5e compagnie[1].

Comitat de Split-Dalmatie (Croatie).
Comitat de Split-Dalmatie (Croatie).

[1] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ROMAGNE[LA]/E 12 [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ROMAGNE[LA]/E 12 = registres paroissiaux et d’état civil de La Romagne, an XI-1812], acte de décès, vue 24/43, consultable en ligne. Voir aussi Service historique de la Défense, SHD/GR 21 YC 94 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YC = contrôles de la troupe, section 21 YC = infanterie de ligne, 1er à 156e régiment (1802-1815)].


Mauroy, Jean-Baptiste, né le 26 juillet 1771 à La Romagne, fils de Jean Baptiste Mauroy et Antoinette Bolle. Il a participé aux campagnes de 1809, 1810, 1811[1].


[1] Service historique de la Défense, SHD/GR 20 YC 143 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YC = contrôles de la troupe, section 20 YC = gardes consulaire, impériale et royale (1802-1815].


Mauroy, Nicolas François, né en 1778 à la Romagne [date précise inconnue, probablement avant le 11 mars], † le 29 octobre 1810 à l’hôpital Saint-Pierre extra muros à Pampelune (Espagne) à la suite de fièvres, fils de François Mauroy et d’Anne Marie Bolle, époux de Marie Charlotte Germain, nommé caporal le 18 avril 1810 au 50e régiment d’infanterie de ligne[1].

Napoléon recevant la capitulation de Madrid le 4 décembre 1808 par Antoine-Jean Gros (1810).
Napoléon recevant la capitulation de Madrid par Antoine-Jean Gros (1810).

[1] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ROMAGNE[LA]/E 12 [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ROMAGNE[LA]/E 12 = registres paroissiaux et d’état civil de La Romagne, an XI-1812], acte de décès, vue 39/43, consultable en ligne. Voir aussi Service historique de la Défense, SHD/GR 21 YC 420 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YC = contrôles de la troupe, section 21 YC = infanterie de ligne, 1er à 156e régiment (1802-1815)].


Millet, François, né le 18 août 1783 à La Romagne, † le 13 octobre 1830 à La Romagne, fils de Jean Baptiste Millet et de Marie Jeanne Hezette, marié à Marie Jeanne Alloy. Il intègre (du 15 décembre 1813 jusqu’au 23 janvier 1814) le 7e compagnie du 2e régiment d’éclaireurs [rattaché au régiment de dragons]. Puis il rejoint le bataillon des chasseurs à cheval de la ligne à compter du 21 juin 1814[1].


[1] Service historique de la Défense, SHD/GR 20 YC 155 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YC = contrôles de la troupe, section 20 YC = gardes consulaire, impériale et royale (1802-1815].


Thomas, François, né à La Romagne [date inconnue], † le 11 janvier 1810 dans un hôpital de Malines (Belgique) à la suite de fièvres, fusilier de la légion des Ardennes, 1e bataillon 8e compagnie[1].

Blason communal de Malines (Belgique).
Blason communal de Malines (Belgique).

[1] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ROMAGNE[LA]/E 12 [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ROMAGNE[LA]/E 12 = registres paroissiaux et d’état civil de La Romagne, an XI-1812], acte de décès, vue 32/43, consultable en ligne.

Par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME

Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME est l'administratrice, l'éditrice et l'auteure du blog la romagne.info.