Catégories
Guerre mondiale (1939-1945) Militaires

Les natifs de La Romagne mobilisés en 1939-1945 (A-Z)


Le blog laromagne.info commémore l'appel du 18 juin 1940 et soutient la pétition du Souvenir français. Son objectif est de conserver : « Aucune cérémonie créée à l’origine pour enraciner le souvenir d’un événement historique local ne doit disparaître. »
Le blog laromagne.info commémore l’appel du 18 juin 1940 et soutient la pétition du Souvenir français. Son objectif est de conserver : « Aucune cérémonie créée à l’origine pour enraciner le souvenir d’un événement historique local ne doit disparaître. »

Bien que les délais de communicabilité des archives publiques ne permettent pas d’en dresser une liste exhaustive dans l’état actuel de la recherche, il reste possible de citer quelques jeunes hommes natifs de La Romagne qui ont été mobilisés pendant la Seconde Guerre mondiale.


Bart, Jean Hubert Joseph, palefrenier, classe de mobilisation 1930, n° de matricule du recrutement 888, né le 18 mars 1910 à La Romagne, fils d’Arthur Hubert Paul Bart et de Marthe Marie Léonie Laroche, rappelé à l’activité par application de l’ordre de mobilisation générale en date du 9 septembre 1939, classé EM 2e groupe du 57e RAD[1] le 4 septembre 1939, puis dirigé sur le dépôt d’artillerie n° 27 à Chaumont (Haute-Marne) pour affectation spéciale le 6 février 1940. Jean Bart est classé dégagé des obligations militaires[2].


[1] Régiment d’artillerie divisionnaire.

[2] Archives départementales des Ardennes, 1R 410 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Monsieur Marcel Bonhomme †, photographie ancienne en noir et blanc sur carte postale, datée du dimanche 30 juin 1940, (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Monsieur Marcel Bonhomme †, photographie ancienne en noir et blanc sur carte postale, datée du dimanche 30 juin 1940, (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Bonhomme, Marcel Fernand, instituteur, classe de mobilisation 1936, n° de matricule du recrutement 444, né le 21 février 1920 à La Romagne, fils de Désiré Vital Bonhomme et de Blanche Georges, rappelé à l’activité le 8 juin 1940, affecté du 11 au 25 juin 1940 auprès du DA[1] n° 341 de sa ZDA[2], démobilisé et radié du corps par le centre de Lourdes.

Il rejoint les chantiers de jeunesse (groupe 10) du 23 octobre 1940 au 2 février 1941 (services comptant comme service militaire). Rappelé à l’activité à compter du 25 juillet 1945, il est affecté au COI[3] n° 106 à Troyes. Marcel Bonhomme est rendu à la vie civile le 24 octobre 1945[4].


[1] Dépôt d’artillerie.

[2] Zone des armées.

[3] Centre d’organisation et d’instruction.

[4] Archives départementales des Ardennes, 1R 468 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Monsieur Albert Carbonneaux †, gendarme, hiver 1939-1940 à La Romagne (Ardennes), photographie ancienne en noir et blanc (avec l'aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †).
Monsieur Albert Carbonneaux †, gendarme, hiver 1939-1940 à La Romagne (Ardennes), photographie ancienne en noir et blanc (avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †).

Carbonneaux, Albert, n° de matricule du recrutement 450, né le 13 février 1920 à La Romagne, fils d’Aristide Carbonneaux et d’Adèle Fétrot. Il rejoint le dépôt d’artillerie tracteurs n° 341 à Fontainebleau (Seine-et-Marne). Démobilisé le 22 mars 1941 par le centre de Montpellier (Hérault), il se retire au moulin de la Bonde près d’Issoudun (Indre). Albert Carbonneaux devient ensuite gendarme[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 468 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Carbonneaux, Maurice André, classe de mobilisation 1925, n° de matricule du recrutement 107, né le 18 février 1905 à La Romagne, fils de Nicolas Aristide Carbonneaux et de Marie-Angèle Fétrot. Maintenu affecté spécial au titre de la SNCF en septembre 1939, Maurice Carbonneaux est démobilisé le 3 août 1943[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 378 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Carbonneaux, Robert, n° de matricule du recrutement 451, né le 22 février 1920 à La Romagne, fils de Marceau Carbonneaux et d’Angèle Ferrasse, versé comme requis civil à la 26e compagnie de jeunesse à Lacourt (Ariège). Robert Carbonneaux est démobilisé le 31 janvier 1941.


Cugnart, Alcide Joseph, cultivateur, n° de matricule du recrutement 2148, né le 13 avril 1897 à La Romagne, fils de Victor Cugnart et de Marie Sidonie Devie, rappelé à l’activité le 27 août 1939, affecté au dépôt n° 23. Renvoyé dans ses foyers le 28 août 1939. Le 2 juin 1940, Alcide Cugnart se retire au château de Châtenay à La Chataigneraie (Vendée).


Devie, Albert Victor, cultivateur, n° de matricule du recrutement 235, né le 29 avril 1902 à La Romagne, fils de Charles Onézime Devie et de Marie Berthe Picard, affecté spécial à la mobilisation générale du 2 septembre 1939 au titre de la SNCF. Maintenu au service auxiliaire par la commission de réforme de Reims (Marne) du 19 mars 1940, Albert Devie est démobilisé le 3 juillet 1941 par le centre de Riom (Puy-de-Dôme)[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 356 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Devie, Paul Emile, cultivateur, n° matricule du recrutement 236, né le 29 avril 1902 à La Romagne, fils de Charles Onézime Devie et de Marie Berthe Picard, rappelé le 24 août 1939 au 348e régiment d’infanterie. Paul Devie passe au 133e régiment d’infanterie de forteresse le 6 avril 1940, puis est attaché au dépôt d’infanterie n° 204[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 356 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Lesein, Numa Edmond, né le 27 mai 1900, fils de Paul Lesein et de Maria Guerlet. Rappelé à l’activité le 24 août 1939, il est affecté à la circulation routière, et maintenu en service auxiliaire. Le 2 juin1940, il se retrouve à La Davière[1] puis à La Caillère-Saint-Hilaire (Vendée). Il est démobilisé par le centre départemental de La Chataigneraie (Vendée) le 27 août 1940. Numa Lesein se retire alors à Saint-Sulpice-en-Pareds (Vendée).


[1] Saint-Sulpice-en-Pareds (Vendée).


Macquin, André Jules, né le 30 décembre 1899 à La Romagne, fils de Paul Eugène Macquin et de Marie-Angèle Lantenois, affecté à la 1e légion de la garde républicaine mobile à Arras (Pas-de-Calais) le 1er février 1940.


Malherbe, Marcel Maurice, cidrier, classe de mobilisation 1938, n° matricule du recrutement 399, né le 13 août 1918 à La Romagne, fils de Georges Malherbe et de Lucie Bonpart, incorporé au 91e régiment d’infanterie de forteresse[1] à Mézières à compter du 1er septembre 1938.

Nommé caporal-chef au 1er mai 1939, il est ensuite affecté au 148e RIF[2] le 2 septembre 1939. Démobilisé le 4 novembre 1940, Marcel Malherbe se retire à Coulanges-sur-Yonne (Yonne)[3].


[1] Unité militaire française spécialisée dans la défense des fortifications de la ligne Maginot, durant les années 1930 jusqu’à 1940.

[2] Régiment d’infanterie de forteresse.

[3] Archives départementales des Ardennes, 1R 457 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Mauroy, Raymond, mécanicien, n° matricule du recrutement 18, classe de mobilisation 1939, né le 9 novembre 1919 à La Romagne, fils d’Henry Mauroy et de Lucie Devie. Il est incorporé au dépôt d’artillerie n° 420, à la 74e batterie, à compter du 9 juin 1940. Il est démobilisé le 31 juillet 1940 à Saint-Girons (Ariège). Le 1e juin 1940, il est réfugié aux Lucs-sur-Boulogne (Vendée) chez monsieur Grelet, garagiste.

Le 1er août 1940, il passe à la 26e compagnie de jeunesse[1]. Il est démobilisé le 31 août 1941. Ce service comptant comme service militaire, conformément à l’instruction 13-172 EMA[2] du 9 décembre 1945[3]. Au 30 novembre 1942, Raymond Mauroy est travailleur en Allemagne à Solingen (Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie)[4].


[1] Par un décret signé le 30 juillet 1940, les hommes incorporés en juin 1940 et relevés de leurs obligations militaires sont versés dans des groupements constitués sous l’autorité du ministre de la Jeunesse et de la famille.

[2] Etat-major des armées.

[3] Archives départementales des Ardennes, 1R 462 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].

[4] Archives départementales des Ardennes, 112 W 11 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Modeste, Axile Fernand Georges, principal clerc de notaire, n° de matricule du recrutement 339, né le 17 octobre 1894 à La Romagne, fils de Florent Joseph Emile Modeste et de Marie Elisabeth Millet. Rappelé le 26 août 1939, il est affecté au 29e régiment régional, rattaché au dépôt d’infanterie n° 24.

Nommé au grade de caporal le 9 février 1940 à La Romagne (ordre du 29e RR[1] n°24, décrets des 10 et 11 février 1940). Il passe au dépôt d’infanterie n° 21 le 12 février 1940. Non prisonnier[2]. Axile Modeste est démobilisé le 12 juillet 1940.


[1] Régiment régional.

[2] Selon la mention inscrite dans son dossier.


Ravignon, Aurèle Adrien, n° de matricule de recrutement 144, né le 25 octobre 1901 à La Romagne, fils de Jean Baptiste Ulysse Ravignon et de Marie Ernestine Philippot. Rappelé à l’activité le 26 août 1939, affecté au 29e régiment régional, 4e bataillon, 14e compagnie. Aurèle Ravignon est démobilisé le 28 octobre 1939.


Robert, Jean-Baptiste Paul, rattaché à la classe de mobilisation 1927, n° de matricule du recrutement 273, né le 11 mai 1911 à La Romagne, fils de Paul Lucien Robert et de Marie Berthe Thonnelier. Rappelé à l’activité et affecté au 148e RI[1], il est classé affecté spécial comme ajusteur outilleur. Jean-Baptiste Robert est renvoyé dans ses foyers le 14 décembre 1939[2].


[1] Régiment d’infanterie.

[2] Archives départementales des Ardennes, 1R 415 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].

Catégories
Anciens combattants Guerre mondiale (1939-1945) Militaires Religion Travailleurs Victimes de guerre

Les natifs de La Romagne prisonniers de guerre en 1939-1945 (A-Z)


Le blog laromagne.info commémore l'appel du 18 juin 1940 et soutient la pétition du Souvenir français. Son objectif est de transmettre : « Aucun élève ne doit quitter sa scolarité sans avoir visité au moins un site mémoriel combattant et avoir participé au moins à une cérémonie patriotique. »
Le blog laromagne.info commémore l’appel du 18 juin 1940 et soutient la pétition du Souvenir français. Son objectif est de transmettre : « Aucun élève ne doit quitter sa scolarité sans avoir visité au moins un site mémoriel combattant et avoir participé au moins à une cérémonie patriotique. »

Bonhomme, Pierre, Georges, charpentier puis militaire de carrière, sous-officier du génie, décoré de la médaille militaire[1], né le 6 janvier 1910 à La Romagne, fils de Désiré Vital Bonhomme et de Blanche Georges, n° de matricule 891. Il est fait prisonnier à Goviller (Meurthe-et-Moselle) le 21 juin 1940[2].


[1] Attribuée par un décret paru au Journal officiel de la République française n° 239 du 9 octobre 1949, page 10146, qui mentionne dix-huit ans de service et six campagnes.

[2] Liste du Frontstalag 162.

Médaille militaire (avers) de monsieur Pierre Bonhomme †, collection personnelle de l'auteure. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Médaille militaire (avers) de monsieur Pierre Bonhomme † (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Attestation du 4 décembre 2008 délivrée par le CICR (Comité international de la Croix-Rouge) de Genève certifiant posséder les renseignement sur le parcours de prisonnier de guerre de monsieur Pierre Bonhomme  †, collection personnelle de l'auteure. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Attestation du 4 décembre 2008 délivrée par le CICR (Comité international de la Croix-Rouge) de Genève certifiant posséder les renseignement sur le parcours de prisonnier de guerre de monsieur Pierre Bonhomme † (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Il est dirigé vers un camp provisoire[1]. D’après une liste officielle des prisonniers français n° 28 du 9 octobre 1940, il est au Frontstalag 162 à Dommartin-lès-Toul (Meurthe-et-Moselle). Il porte le numéro de prisonnier 6987 et se trouve dans le quartier n° 4. Une liste nominative du camp d’Ecrouves (Meurthe-et-Moselle) datée du 13 juillet 1940 indique qu’il s’y trouve à ce moment-là.


[1] Fiche bristol [Karteikarte] du Frontstalag 162 en date du 9 octobre 1940.


L'Allemand sans peine (méthode Assimil éditée en 1941), exemplaire de monsieur Pierre Bonhomme † avec référence manuscrite aux Stalags XVII-B Krems-Gneixendorf et Stalag III-D Berlin, collection personnelle de l'auteure. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
L’Allemand sans peine (méthode Assimil éditée en 1941), exemplaire de monsieur Pierre Bonhomme † avec référence manuscrite aux Stalags XVII-B Krems-Gneixendorf et Stalag III-D Berlin (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

A partir du 4 octobre 1940, il est au Stalag XVII-B Krems-Gneixendorf[1]. C’est dans ce camp qu’il reçoit son immatriculation de prisonnier de guerre[2] n° 53026. Il se retrouve ensuite au Stalag III-B Fürstenberg (arrondissement de l’Oder-Spree), d’après sa fiche bristol[3] du 9 octobre 1940.


[1] Gneixendorf est un village près de Krems-sur-le-Danube (Krems an der Donau) situé dans le Land de la Basse-Autriche.

[2] Kriegsgefangener.

[3] Karteikarte.


Carte de l'emplacement des Stalags en Allemagne (1940-1945).
Carte de l’emplacement des Stalags en Allemagne (1940-1945).

Cette ville correspond à l’actuelle Eisenhüttenstadt (Land du Brandebourg), en Allemagne. Cette ville nouvelle est issue de la fusion en 1961 de Fürstenberg, Staline-Ville[1], et Schönfließ. Cet immense camp se situe dans la vallée de l’Oder est situé à cent vingt kilomètres au sud-est de Berlin et à environ soixante kilomètres de la frontière polonaise[2]. C’est pour les autorités allemandes un camp modèle[3].


[1] Stalinstadt.

[2] La voie ferrée conduisant à Berlin et le canal de l’Oder forment en quelque sorte les limites naturelles du camp.

[3] Modelllager.


Détail de l'emplacement de quelques Stalags en Allemagne (1940-1945).
Détail de l’emplacement de quelques Stalags en Allemagne (1940-1945).

Selon une liste allemande datée du 20 novembre 1940, il est transféré au Stalag III-A Luckenwalde[1] sous le n°53021 le 13 novembre 1940 depuis le Stalag XVII-B Krems-Gneixendorf. Il est présent dans le Stalag III-D Berlin[2] le 24 novembre 1940, selon une carte de capture dont le tampon très effacé semblerait être du 18 décembre 1940.


[1] Land du Brandebourg, en Allemagne.

[2] Berlin-Lichterfelde est un quartier de Berlin dans l’arrondissement de Steglitz-Zehlendorf.


Carte du combattant n° 143757 de monsieur Pierre Bonhomme † (collection personnelle de l'auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Carte du combattant n° 143757 de monsieur Pierre Bonhomme † (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

D’après une liste n° 111 reçue le 24 mars 1941 et une fiche de capture du CICR[1] du 1e décembre1944, il est probable qu’il est arrivé dans ce camp en décembre 1940 ou en janvier 1941. Il semble qu’il y reste jusqu’à la libération de ce camp en avril 1945. D’après sa fiche nominative du Frontstalag 162 à Dommartin-lès-Toul (Meurthe-et-Moselle), Pierre Bonhomme est rapatrié le 27 mai 1945 au centre de Maubeuge (Nord)[2].


[1] Comité international de la Croix-Rouge.

[2] Archives départementales des Ardennes, 1R 410 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Musée de la Reddition du 7 mai 1945 (Reims), numéro d'inventaire R.853, acte de capitulation rédigé par les Alliés, texte dactylographié à l’encre noire, notice consultable en ligne sur le portail officiel des musées de Reims. Crédits photographiques : © Christian Devleeschauwer.
Musée de la Reddition du 7 mai 1945 (Reims), numéro d’inventaire R.853, acte de capitulation rédigé par les Alliés, texte dactylographié à l’encre noire, notice consultable en ligne sur le portail officiel des musées de Reims. Crédits photographiques : © Christian Devleeschauwer.

Fouquet, Henri Albert, n° de matricule du recrutement 411, né le 20 octobre 1907 à La Romagne, fils de Gustave Fouquet et de Marie Carbonneaux, rappelé à l’activité le 2 octobre 1939, affecté au dépôt du génie n° 15. Il est fait prisonnier le 21 juin 1940 à Rambervillers (Vosges). Henri Fouquet[1] est interné au camp de transit de Baccarat (Meurthe-et-Moselle) avant d’être démobilisé par le comité départemental le 28 août 1941.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 392 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Pour nos prisonniers de guerre, timbre  brun carminé en taille douce, collé sur des cahiers de captivité de prisonniers de guerre du Stalag IV-B Mühlberg (1940).
Pour nos prisonniers de guerre, timbre  brun carminé en taille douce, collé sur des cahiers de captivité de prisonniers de guerre du Stalag IV-B Mühlberg (1940).

Lelong, Marceau Alfred, domestique de culture, classe de mobilisation 1927, n° de matricule de recrutement 1308, né le 11 novembre 1912 à La Romagne, fils de Jules Alcide Lelong et de Marie Claire Faveaux, rappelé le 26 août 1939 au 29e régiment régional.

Il passe au 22e régiment régional le 16 janvier 1940. Il est fait prisonnier à Etampes (Essonne) le 15 juin 1940. Interné au Stalag IV-B Mühlberg[1], à une cinquantaine de kilomètres de Dresde. Il a le matricule n° 72021. Rapatrié le 30 mai 1945, Marceau Lelong est démobilisé le 1er juin 1945 par le comité départemental de Charleville[2].


[1] Ville allemande située dans l’arrondissement d’Elbe-Elster (Land du Brandebourg).

[2] Archives départementales des Ardennes, 1R 423 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Monsieur Pierre Bonhomme †, titulaire de la médaille militaire depuis plus de 50 ans (collection personnelle de l'auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Monsieur Pierre Bonhomme †, titulaire de la médaille militaire depuis plus de 50 ans (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Lequeux, Armand Adonis, ferronnier, n° de matricule du recrutement 111, né le 19 mars 1915 à La Romagne, fils de Victor Eugène Lequeux et de Marie Georgette David, convoqué le 29 mars 1939 au 91e régiment d’infanterie, il passe au 295e régiment d’infanterie le 2 septembre 1939.

Fait prisonnier à La Salle[1] (Saône-et-Loire) le 28 juin 1940. Interné au Stalag II-A Neubrandenbourg[2]. Il porte le numéro de prisonnier 66459. Malade, il est rapatrié le 4 juin 1941 et est démobilisé le 9 juillet 1941. Armand Lequeux se retire alors à Saint Cloud (Hauts-de-Seine)[3].


[1] Près de Mâcon (Saône-et-Loire).

[2] Ville d’Allemagne située dans le Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, au nord de Berlin.

[3] Archives départementales des Ardennes, 1R 442 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Macquin, Paul Adolphe, classe de mobilisation 1925, n° de matricule du recrutement 119, né le 7 janvier 1905 à La Romagne, fils de Paul Eugène Macquin et de Marie-Angèle Lantenois, rappelé à l’activité par mesure de mobilisation générale, il est affecté au dépôt ALVF[1] n° 209.

Parti aux armées le 11 février 1940 et affecté au 374e RALVF[2] 13e bataillon le 1er avril 1940. Il est fait prisonnier à « Archambeau[3] » le 20 juin 1940. Interné au Stalag II-C Greifswald[4] sous le n° de prisonnier 3355. Paul Macquin est rapatrié le 28 mai 1945[5].


[1] Artillerie lourde sur voie ferrée.

[2] Régiment d’artillerie lourde sur voie ferrée.

[3] Sic, id est Bourg-Archambault (Vienne).

[4] Ville du nord de l’Allemagne (Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale).

[5] Archives départementales des Ardennes, 1R 378 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Reconnaissance des services rendus à la France par monsieur Pierre Bonhomme † (collection personnelle de l'auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Reconnaissance des services rendus à la France par monsieur Pierre Bonhomme † (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Macquin, Rémi Jean, commis de perception, né le 5 mars 1911 à La Romagne, fils de Paul Eugène Macquin et de Marie Angèle Lantenois, n° de matricule du recrutement 110.

Rappelé à l’activité le 2 septembre 1939, il est fait prisonnier à Saint-Dié (Vosges) le 22 juin 1940. Interné au Stalag XIII-D Nuremberg-Langwasser[1] sous le n° de prisonnier 88022. Libéré le 5 mai 1945 et rapatrié le même jour, Rémi Macquin est démobilisé le 16 mai 1945 par le comité départemental de Charleville[2].


[1] Land de Bavière.

[2] Archives départementales des Ardennes, 1R 415 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Monsieur Jean Malherbe † pose devant sa voiture. Hotchkiss est un constructeur automobile et manufacturier d'armes français, qui a produit des véhicules militaires jusqu'en 1969. Photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l'aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †).
Monsieur Jean Malherbe † pose devant sa voiture. Hotchkiss est un constructeur automobile et manufacturier d’armes français, qui a produit des véhicules militaires jusqu’en 1969. Photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †).

Malherbe, Eugène Jean, employé de commerce, n° de matricule du recrutement 230, né le 20 février 1913 à La Romagne, fils de Georges Malherbe et de Lucie Bonpart, rappelé à l’activité à la 2e section de COMA[1] le 25 août 1939 et affecté au groupe d’exploitation de la 52e division d’infanterie.

Nommé sergent le 21 juin 1940. Fait prisonnier à La Bourgonce (Vosges) le 22 juin 1940. Interné au Stalag XIII-D Nuremberg-Langwasser. Eugène Jean Malherbe est rapatrié le 23 avril 1945 et démobilisé par le centre des Ardennes le 1er juin 1945.


[1] Commis et ouvriers militaires d’administration.


Marandel, Léon André, cultivateur, maréchal-ferrant, classe de mobilisation 1922, soldat au 140e régiment d’artillerie, n° de matricule du recrutement 244, né le 27 janvier 1902 à La Romagne, fils de Alfred Célestin Marandel et d’Eugénie Chéry.Rappelé à l’activité le 23 août 1939, il est fait prisonnier à Epinal (Vosges) et interné au Stalag XII-D Trier[1]/Petrisberg sous le n° de prisonnier 1564. Rapatrié, Léon Marandel est démobilisé le 5 novembre 1945 par le comité départemental d’Amiens[2].


[1] Trèves est une ville du sud-ouest de l’Allemagne (Land de Rhénanie-Palatinat).

[2] Archives départementales des Ardennes, 1R 356 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Marquigny, Henri Emile, ouvrier de culture, classe de mobilisation 1922, né le 20 mars 1906 à La Romagne, mort pour la France[1], n° matricule du recrutement 408, fils de Joseph Louis Emile Marquigny et de Marie Ida Boitte. Rappelé à l’activité le 20 septembre 1939 et affecté au 301e RALP[2].

Après un séjour à l’hôpital de La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret) du 20 octobre 1939 au 24 février 1940 et sa convalescence, il rejoint le dépôt d’artillerie n° 302 le 17 mars 1940. Il est affecté le 29 mars 1940 au parc de munitions d’armée et passe à la 662e compagnie du parc de munitions d’armée.

Fait prisonnier le 12 juin 1940 au fort de La Chaume[3]. Henri Marquigny est rapatrié le 30 mai 1945 et décède quelques mois plus tard à l’hôpital militaire de Mézières le 5 octobre de la même année[4].


[1] Il figure à ce titre sur le monument aux morts de La Romagne.

[2] Régiment d’artillerie légère portée.

[3] Thierville-sur-Meuse, près de Verdun (Meuse).

[4] Archives départementales des Ardennes, 1R 385 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Mauroy[1], Gaston Auguste, n° de matricule du recrutement 269, né le 2 juillet 1902 à La Romagne, fils de Charles Emile Mauroy et de Juliette Léonie Bailly. Il est fait prisonnier à Maubert-Fontaine. Il est interné au Stalag XII-A Limburg an der Lahn[2] sous le n° de prisonnier 21506. Gaston Mauroy est démobilisé le 31 mai 1945 par le comité départemental de Charleville.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 356 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].

[2] Limbourg-sur-la-Lahn (Land de la Hesse).


Monsieur Marcel Mauroy † et d'autres prisonniers de guerre, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Michel Mauroy).
Monsieur Marcel Mauroy † et d’autres prisonniers de guerre, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Michel Mauroy).

Mauroy, Marcel Charles, n° de matricule du recrutement 59, né le 6 mai 1904 à La Romagne, fils de Charles Emile Mauroy et de Marie Juliette Léonie Bailly. Rappelé à l’activité le 24 août 1939, affecté au 17e RAD[1].

Fait prisonnier le 22 juin 1940 à La Bourgonce (Vosges). Il est interné au Stalag XIII-B Weiden/Oberpfalz[2]. Il est rapatrié le 25 mai 1945 sous le matricule 83774. Marcel Mauroy est démobilisé par le comité départemental de Charleville le 30 mai 1945[3].


[1] Régiment d’artillerie divisionnaire.

[2] Weiden in der Oberpfalz (Land de la Bavière).

[3] Archives départementales des Ardennes, 1R 371 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Miclet, Henri Léon, domestique, n° de matricule du recrutement 60, né le 16 février 1916 à La Romagne, fils de Paul Georges Miclet et de Célestine Constance Destrez. Rappelé à l’activité le 20 août 1939, affecté à la CM[1]. Capturé le 12 juin 1940 à Saint-Valéry-en-Caux (Seine-Maritime), il est au Stalag IX-C Bad Sulza[2] sous le n° de prisonnier 3940. Rapatrié le 9 juin 1941 comme aîné de cinq enfants. Démobilisé par le comité départemental de Guéret (Creuse) le 25 juin 1941[3], Henri Miclet se retire à Lérat (Creuse).


[1] Cavalerie montée.

[2] Land de Thuringe.

[3] Archives départementales des Ardennes, 1R 448 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Miclet, Joseph Emile, charron,classe de mobilisation 1926, n° de matricule du recrutement 434, né le 12 octobre 1906 à La Romagne, fils de Georges Miclet et de Célestine Destrez. Rappelé à l’activité le 25 août 1939 au dépôt d’artillerie n° 2.

Il est fait prisonnier à Redon (Ille-et-Vilaine) le 23 juin 1940, et est interné dans un Frontstalag sous le n° de prisonnier 11303 avant d’être mis en congé de captivité le 18 juillet 1941. Joseph Miclet est démobilisé le 1er août 1941[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 385 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Quentin, Gaston Fernand, militaire, n° de matricule du recrutement 490,décoré de la médaille militaire par décret du 21 décembre1954[1], né le 1er février 1920 à La Romagne, fils de Louis Albert Quentin et de Marie-Juliette Bosserelle.

Engagé en 1938 à l’intendance militaire de Versailles (Yvelines), il est affecté au 2e régiment du génie à Metz (Moselle) et est nommé caporal le 28 juillet 1938 puis sergent le 1er avril 1939. Il est fait prisonnier le 4 juillet 1940 et est interné au Stalag VII-A Moosburg[2] avec le n° de prisonnier 30746.

Il est rapatrié le 23 mai 1945 et, après une permission d’un mois, il est dirigé en septembre 1945 à Bad-Salzig[3] en Allemagne. Gaston Quentin poursuit sa carrière militaire et devient officier[4].


[1] Journal officiel de la République française n° 5 du 5 janvier 1954.

[2] Land du Bade-Wurtemberg.

[3] Land de la Rhénanie-Palatinat.

[4] Archives départementales des Ardennes, 1R 468 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Quentin, Robert Léon, cultivateur puis militaire de carrière, n° de matricule du recrutement 63, né le 13 mai 1914 à La Romagne, fils de Louis Albert Quentin et de Marie Juliette Bosserelle. Après son engagement en 1932 et diverses affectations, il est nommé sergent au 105e régiment d’infanterie en juillet 1939. 

Le 18 septembre 1939, il est affecté à la CHR[1] du dépôt d’infanterie 64. Il est muté le 1e janvier 1940 à une compagnie de passage[2]. Son contrat est maintenu tacitement. Muté à la CBI[3] le 24 mai 1940, il rejoint le DI 83[4] le 15 juin 1940 par ses propres moyens. Fait prisonnier[5] le 24 juin 1940, Robert Quentin est rapatrié le 15 juin 1945[6].


[1] Compagnie hors rang.

[2] Les documents consultés n’ont pas permis d’identifier laquelle.

[3] Compagnie de base et d’instruction.

[4] A Auxerre (Yonne).

[5] Aucun renseignement n’est donné sur le lieu de son emprisonnement.

[6] Archives départementales des Ardennes, 1R 434 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].


Roncin[1], Henri Albert, ouvrier agricole, classe de mobilisation 1928, n° de matricule de recrutement 1093, né le 17 juin 1908 à La Romagne, fils de Calixte Sulpice Roncin et de Valentine Angèle Depurrieux. Rappelé à l’activité le 24 août 1939 et affecté au 348e régiment d’infanterie.

Il est fait prisonnier le 28 juin 1940 à Fontenay-le-Comte (Vendée) et interné au Stalag VIII-C Żagań[2] sous le n° de prisonnier 11136. Henri Roncin est rapatrié et démobilisé le 26 septembre 1942 par le comité départemental de Charleville.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 400 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement].

[2] Ville de Pologne connue aussi sous son nom allemand de Sagan.


Plusieurs hommes du rang nés à la Romagne ont donc été faits prisonniers de guerre en Allemagne dans les Stalags[1] du Troisième Reich. Si le sort des détenus des camps de concentration et d’extermination nazis est aujourd’hui mieux connu, celui des militaires emprisonnés en 1939-1945 reste encore un vaste champ d’étude. Il semble donc important d’expliciter ce que ces militaires romanais ont pu vivre…


[1] Abréviation de Kriegsgefangenen-Mannschafts-Stammlager (camp de base de prisonniers de guerre).


Entre mai et juin 1940, le soldat est le plus souvent envoyé, après sa capture, dans un Frontstalag[1]. C’est un lieu de rassemblement pour prisonniers de guerre de tous grades, doté d’une organisation très structurée, et avec un personnel important.

C’est en quelque sorte un espace de transit, avant l’acheminement vers les camps définitifs, disséminés sur tout le territoire allemand, et répartis entre les diverses circonscriptions militaires[2] du Reich : les hommes de troupe et les sous-officiers rejoignent des Stalags, et les officiers des Oflags[3].


[1] Ou Frontstammlager (camp de prisonniers dans les territoires français occupés).

[2] Wehrkreise.

[3] Offizier-Lager (camps d’officiers).


Les conventions de Genève, timbre de la Croix-Rouge.
Les conventions de Genève, timbre de la Croix-Rouge.

Les prisonniers subissent un long périple ferroviaire vers les camps qui leur sont assignés : entassés parfois à soixante dans des wagons de marchandises ou à bestiaux dépourvus de paille et surtout de sanitaires, ils doivent, à leur arrivée, parcourir à pied, encadrés par des gardes, le chemin séparant la gare de leur lieu de captivité.


Henry Dunant (1828-1910), fondateur de la Croix-Rouge.
Henry Dunant (1828-1910), fondateur de la Croix-Rouge.

Généralement, l’entrée du camp, symbolisée par une porte massive, est précédée d’une ou deux enceintes de barbelés avec, à intervalles réguliers, des miradors d’où des sentinelles surveillent les environs.


Gustave Moynier (1826-1910), fondateur de la Croix-Rouge.
Gustave Moynier (1826-1910), fondateur de la Croix-Rouge.

Le camp, pouvant accueillir plusieurs milliers d’hommes, est constitué de nombreuses baraques en bois ou en brique construites de part et d’autre d’une allée centrale. Elles permettent de concentrer dans un même lieu des prisonniers de différentes nationalités.


Infirmière, timbre de la Croix-Rouge française, gravé en taille-douce.
Infirmière, timbre de la Croix-Rouge française, gravé en taille-douce.

A l’intérieur de chaque baraquement, l’éclairage est chiche, et les châlits[1] à deux ou trois étages. Ces rectangles étroits et spartiates sont recouverts d’une très mince paillasse, et d’une seule couverture. A cet inconfort matériel, s’ajoute la promiscuité. Dans ces conditions, le sommeil du prisonnier de guerre est rarement réparateur.


[1] Cadre de lit en bois ou en métal.


Pour nos blessés, timbre de la Croix-Rouge française, gravé en taille-douce.
Pour nos blessés, timbre de la Croix-Rouge française, gravé en taille-douce.

C’est dans le premier camp où il est affecté que le prisonnier reçoit son immatriculation. Les initiales KG (Kriegsgefangener, c’est-à-dire prisonnier de guerre) sont peintes en blanc sur sa vareuse et sa musette. A partir de ce moment-là, il devient un numéro au sens strict. Cette anonymisation est pour lui une épreuve de plus.


Sauvé, timbre vert de la Croix-Rouge française, gravé en taille-douce.
Sauvé, timbre vert de la Croix-Rouge française, gravé en taille-douce.

D’une part, il doit surmonter la situation dans laquelle il est tombée comme soldat face à un ennemi supérieur en nombre et en matériel, mais il doit affronter d’autre part la mentalité de son époque qui le considère comme un vaincu.


Monsieur Pierre Bonhomme † et d'autres prisonniers de guerre au Stalag III-D, photographie ancienne en noir et blanc (collection personnelle de l'auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Monsieur Pierre Bonhomme † et d’autres prisonniers de guerre au Stalag III-D, photographie ancienne en noir et blanc (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Il est totalement soumis à l’autorité de ses geôliers allemands : lors de son arrivée, il subit le contrôle de son identité, une fouille intégrale lui est imposée. Ses objets personnels (livres, photographies, etc.) sont momentanément confisqués. Il ne les récupère que quelques jours plus tard, dûment tamponnés.

Freigegeben zur Heimsendung Mannschafts-Stammlager III-D se traduit en français par « Validé pour un envoi à domicile. Stalag III-D », verso d'une photographie ancienne en noir et blanc, encre rouge sur papier photo (collection personnelle de l'auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Freigegeben zur Heimsendung Mannschafts-Stammlager III-D se traduit en français par « Validé pour un envoi à domicile. Stalag III-D », verso d’une photographie ancienne en noir et blanc, encre rouge sur papier photo (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Reims consacre un salon aux prisonniers le 31 mai 1944.
Reims consacre un salon aux prisonniers le 31 mai 1944.

Il passe ensuite par l’étape de l’épouillage des vêtements et du corps. Les effets enlevés sont passés à l’étuve, avant d’être restitués à leur propriétaire. Pendant ce temps, le prisonnier est badigeonné d’insecticide. Malgré cela, tout au long de sa captivité, il est la proie de la vermine[1] et de la dysenterie.


[1] Insectes (poux, puces, punaises) parasites de l’homme et des animaux.


Pour nos prisonniers de guerre, timbre brun carminé en taille-douce.
Pour nos prisonniers de guerre, timbre brun carminé en taille-douce.

La nourriture est plus que frugale et constamment insuffisante. Le repas consiste en quelques louches de soupe claire, un morceau de pain et un tout petit bout de viande. Très vite, le prisonnier est tenaillé par la faim : il ressent une véritable torture physique, même si le gros cul[1] anesthésie momentanément sa souffrance.


[1] Tabac de troupe inférieur au Scaferlati Caporal (le fameux cube de gris). Le terme s’applique tout d’abord à un gros bâtiment de la marine de guerre. Par métonymie, il désigne un marin puis, par extension, un homme de troupe, un soldat.


Conventions de Genève 22 août 1864, timbre premier jour de la Croix-Rouge française.
Conventions de Genève 22 août 1864, timbre premier jour de la Croix-Rouge française.

La faim, la misère, les souvenirs d’un passé plus heureux atteignent leur moral. La dureté de leur vie est parfois atténuée par l’arrivée de colis ou de lettres, qui sont les seuls liens avec leur famille et leur vie antérieure. Le courrier met entre une dizaine et une quarantaine de jours pour parvenir à son destinataire.

Les prisonniers n’ont le droit pour correspondre avec les leurs qu’à deux lettres et deux cartes postales par mois. Ils ont la possibilité de recevoir mensuellement deux colis familiaux d’un kilo chacun et de temps en temps un paquet de cinq kilos.

En outre, ils reçoivent des cartons de la Croix-Rouge contenant entre autres du corned-beef[1], surnommé « singe » de façon argotique.


[1] Dans les pays francophones et depuis la Seconde Guerre mondiale, le corned-beef est connu une préparation culinaire de viande de bœuf habituellement salée, mise en petits morceaux, vendue dans une boîte de conserve métallique.


Prières du prisonnier, exemplaire de monsieur Pierre Bonhomme †, collection personnelle de l'auteure. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Prières du prisonnier, exemplaire de monsieur Pierre Bonhomme †, collection personnelle de l’auteure. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Pour ce qui est du réconfort spirituel, certains prisonniers éprouvent le besoin d’assister aux offices, qui sont assurés régulièrement. Dès septembre 1940, en France, l’Aumônerie générale des prisonniers de guerre, fondée par le cardinal Emmanuel Suhard, archevêque de Paris, est reconnue.

A partir de décembre, elle envoie dans les camps de prisonniers des « valises-chapelles », qui contiennent ce qui est nécessaire à la célébration de la messe. C’est ainsi qu’est distribué aux captifs un missel intitulé Prières du prisonnier : quelques simples prières pour rencontrer le Seigneur.

Oraisons supplémentaires tirées de Prières du prisonnier, exemplaire de monsieur Pierre Bonhomme †, collection personnelle de l'auteure. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Oraisons supplémentaires tirées de Prières du prisonnier, exemplaire de monsieur Pierre Bonhomme †, collection personnelle de l’auteure. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Famille du prisonnier, timbre vert en taille-douce.
Famille du prisonnier, timbre vert en taille-douce.

Au quotidien, l’organisation du travail est régie par la section III de la convention de Genève du 27 juillet 1929. Son article 27 précise : « Les sous-officiers prisonniers de guerre ne pourront être astreints qu’à des travaux de surveillance, à moins qu’ils ne fassent la demande expresse d’une occupation rémunératrice. »

Bien qu’ils soient comme eux enfermés dans les Stalags, les hommes du rang n’ont pas du tout le même traitement : la plupart du temps, ils sont contraints de travailler dans un Arbeitskommando[1] et donc de rejoindre des fermes, des usines, des carrières.


[1] Kommando concerne ici une unité de travail forcé.


L'Allemand sans peine (méthode Assimil éditée en 1941), exemplaire de monsieur Pierre Bonhomme † avec référence manuscrite aux Stalags XVII-B Krems-Gneixendorf et Stalag III-D Berlin (collection personnelle de l'auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
L’Allemand sans peine (méthode Assimil éditée en 1941), exemplaire de monsieur Pierre Bonhomme † avec référence manuscrite aux Stalags XVII-B Krems-Gneixendorf et Stalag III-D Berlin (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Le réveil est fixé à cinq heures, les sentinelles allemandes s’adressent bruyamment aux prisonniers avec des « Raus ! Raus[1]! » ou des « Schnell ! Schnell[2] ! », les obligeant à se presser pour le rassemblement sur la place du Stalag. Matinal ou vespéral, il peut durer un long moment. Et ce, quelles que soient les conditions atmosphériques…


[1] « Dehors ! Dehors ! ».

[2] « Vite ! Vite ! ».


Avec Moi, René Tardi, prisonnier de guerre - Stalag II-B, Jacques Tardi transpose en bande dessinée les carnets de son père, sur ses années de captivité en Allemagne.
Avec Moi, René Tardi, prisonnier de guerre – Stalag II-B, Jacques Tardi transpose en bande dessinée les carnets de son père, sur ses années de captivité en Allemagne.

Les prisonniers de guerre sont ensuite dirigés sous escorte vers le lieu de leur travail. La durée du labeur peut alors atteindre treize heures. Il n’est pas exclu qu’ils soient retenus, si nécessaire, les dimanches et les jours fériés.


Pour nos prisonniers de guerre, timbre vert en taille-douce.
Pour nos prisonniers de guerre, timbre vert en taille-douce.

Lorsqu’ils sont libérés à partir d’avril 1945, ils sont en grande partie livrés à eux-mêmes et au bon vouloir des Américains ou des Russes. Ils partent sur des routes défoncées, à travers des paysages dévastés, avant que leur retour vers la France ne soit organisé.


Nomination de monsieur Pierre Bonhomme † au titre de la régularisation de l'avancement des ex-prisonniers de guerre (collection personnelle de l'auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Nomination de monsieur Pierre Bonhomme † au titre de la régularisation de l’avancement des ex-prisonniers de guerre (collection personnelle de l’auteure). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Là, ils doivent retrouver leur travail ou réintégrer leurs unités après un mois de permission, se réadapter à leur vie d’avant et garder souvent le silence sur ce qu’ils ont subi en captivité. De nos jours, la détresse et le découragement de ces hommes se sont peu à peu effacés de la mémoire collective…

Catégories
Anciens combattants Guerre mondiale (1939-1945) Militaires Victimes de guerre

Les natifs de La Romagne résistants en 1939-1945 (A-Z)


Le blog laromagne.info commémore l'appel du 18 juin 1940 et soutient la pétition du Souvenir français. Son objectif est d’entretenir : « Aucune tombe de ‘Mort pour la France’ ne doit disparaître des cimetières communaux, aucun monument, aucune stèle combattante ne doit être à l’abandon. »
Le blog laromagne.info commémore l’appel du 18 juin 1940 et soutient la pétition du Souvenir français. Son objectif est d’entretenir : « Aucune tombe de ‘Mort pour la France’ ne doit disparaître des cimetières communaux, aucun monument, aucune stèle combattante ne doit être à l’abandon. »

Il est possible à ce jour de mieux connaître les actions des résistants natifs de La Romagne grâce à l’autorisation de communication par dérogation délivrée par monsieur Léo Davy, directeur des archives départementales des Ardennes, avec l’accord du service départemental de l’ONACVG[1], duquel émanent les documents traités[2].


[1] Office national des anciens combattants et victimes de guerre.

[2] Cette suite favorable accordée à la demande respecte un engagement signé de ne « publier ou de communiquer aucune information susceptible de porter atteinte aux intérêts protégés par la loi, notamment la vie privée des personnes ».


Archives départementales des Ardennes, 1293 W 82 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W], tampon des FFI (Forces françaises de l'intérieur) du secteur de Signy-l'Abbaye, encre violette sur papier quadrillé.
Archives départementales des Ardennes, 1293 W 82 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W], tampon des FFI (Forces françaises de l’intérieur) du secteur de Signy-l’Abbaye, encre violette sur papier quadrillé.

Barré[1], André Eugène Aristide, né le 22 janvier 1925 à La Romagne, fils de Fernand Edmond Barré et de Marie Célina Renée Carbonneaux. Il est enrôlé quelque temps après son retour d’évacuation dans les réseaux de la Résistance par Charles Henri Champenois [2] (de Draize), chef de groupe du maquis de Signy-l’Abbaye, sous les ordres d’Henri Lallement (de Rumigny), et auquel appartiennent en particulier Miser[3], Marchand et Yvette Barré.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1797 W 17 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].

[2] Il appartient aux formations clandestines de l’OCM (Organisation civile et militaire), dans la région C (qui couvre alors les Ardennes et sept autres départements de l’est de la France : Bas-Rhin, Haut-Rhin, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Vosges). Cette zone concerne donc l’Alsace, la Lorraine, et la Champagne-Ardenne. Pour cette dernière, il est à noter que l’Aube fait exception, puisqu’elle est rattachée à la sous-région P3 de la région P.

[3] Le dossier consulté ne permet pas de déterminer s’il s’agit de Fernand ou de Jean.


Archives départementales des Ardennes, 1293 W 82 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W], liste des FFI (Forces françaises de l'intérieur) de Draize, groupe 4, avec une référence à Signy-l'Abbaye ajoutée au crayon à mine.
Archives départementales des Ardennes, 1293 W 82 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W], liste des FFI (Forces françaises de l’intérieur) de Draize, groupe 4, avec une référence à Signy-l’Abbaye ajoutée au crayon à mine.

Au départ, le groupe qu’il rejoint doit trouver des armes, des munitions et des renseignements. Puis il est affecté au groupe de sabotage dirigé par Charles Tinois (de Signy-l’Abbaye) et opère avec lui en avril et mai 1944. Il est impliqué dans le sabotage de la ligne téléphonique du radar de Bégny, de la ligne ferroviaire d’AmagneLucquy, de fours à bois et de scieries fabriquant du bois de gazogène pour l’ennemi, dont celle de Wasigny.

Il participe, avec son groupe, aux combats de la libération à Lépron-les-Vallées, puis poursuit l’ennemi jusqu’à Charleville. André Barré est homologué FFC[1] et FFI[2] selon son dossier individuel de résistant[3]. Il reçoit la carte de combattant volontaire n° 98081 en date du 4 mai 1956.


[1] Forces françaises combattantes.

[2] Forces françaises de l’intérieur.

[3] Service historique de la Défense, site de Vincennes, GR 16P 34597 [série GR = guerre et armée de Terre, sous-série GR P = Deuxième Guerre mondiale (1940-1946), inventaires GR 16 P = dossiers individuels de résistants].


Musée de la Reddition du 7 mai 1945 (Reims), numéro d'inventaire IKE.0.1, notice consultable en ligne sur le portail officiel des musées de Reims. Crédits photographiques : © Christian Devleeschauwer, anonyme français (fabricant), casque Adrian FFI (Forces françaises de l'intérieur), modèle 1926, acier recouvert à l'origine de peinture bleu horizon, cuir, coton, 2e quart 20e siècle.
Musée de la Reddition du 7 mai 1945 (Reims), numéro d’inventaire IKE.0.1, notice consultable en ligne sur le portail officiel des musées de Reims. Crédits photographiques : © Christian Devleeschauwer, anonyme français (fabricant), casque Adrian FFI (Forces françaises de l’intérieur), modèle 1926, acier recouvert à l’origine de peinture bleu horizon, cuir, coton, 2e quart 20e siècle.

Carbonneaux, Robert, né le 22 février 1920 à La Romagne, fils de Marceaux Carbonneaux et d’Angèle Ferrasse. Versé dans les chantiers de jeunesse comme requis civil à la 26e compagnie de jeunesse à Lacourt (Ariège).

Il rejoint les FFI à partir du 1er juin 1943 jusqu’au 6 septembre 1944, date à laquelle il s’engage pour la durée de la guerre à l’intendance militaire de Mézières au titre du train des équipages[1]. Robert Carbonneaux est homologué FFI[2].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 468 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes]

[2] Service historique de la Défense, site de Vincennes, GR 16P 105945 [série GR = guerre et armée de Terre, sous-série GR P = Deuxième Guerre mondiale (1940-1946), inventaires GR 16 P = dossiers individuels de résistants].


En décembre 1942, à 19 ans, le jeune résistant parisien Lionel Dubray (1923-1944), né à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) rejoint les FTP (Francs-tireurs et partisans) groupe Alsace-Lorraine, timbre olive et bleu, en taille-douce, dessiné par André Spitz et gravé par René Cottet.
En décembre 1942, à 19 ans, le jeune résistant parisien Lionel Dubray (1923-1944), né à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) rejoint les FTP (Francs-tireurs et partisans) groupe AlsaceLorraine, timbre olive et bleu, en taille-douce, dessiné par André Spitz et gravé par René Cottet.

Didier[1], Raymond Adolphe, né le 8 août 1925 à La Romagne, fils d’André Paul Didier et de Pauline Leroy. Appelé au STO en janvier 1943, il entre en contact avec Charles Henri Champenois et rejoint le groupement de résistance de Signy-l’Abbaye. Il participe aux diverses opérations de celui-ci (sabotages, parachutage de Lépron-les-Vallées et combats pour la libération du chef-lieu du département). Il reçoit la carte de combattant volontaire de la Résistance n° 116533.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1797 W 17 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Timbre commémorant l'appel à la Résistance du 18 juin 1940.
Timbre commémorant l’appel à la Résistance du 18 juin 1940.

Ravignon[1], Raymond, né le 13 septembre 1925, fils d’Aurèle Adrien Ravignon et de Marie Philomène Quentin. Il obtient la carte de de combattant volontaire n° 195133 le 7 avril 1986 sur la base des témoignages délivrés le 30 juin 1985 par Charles Tinois et Charles Henri Champenois.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1797 W 17 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Timbre de la poste spéciale des FFI (Forces françaises de l'intérieur), à l'effigie du général de Gaulle, surmontant l'inscription MLN (Mouvement de libération nationale), papier gommelé et dentelé imprimé à l'encre bleue.
Timbre de la poste spéciale des FFI (Forces françaises de l’intérieur), à l’effigie du général de Gaulle, surmontant l’inscription MLN (Mouvement de libération nationale), papier gommelé et dentelé imprimé à l’encre bleue.

Il entre dans la Résistance par l’intermédiaire de Fernand Miser en avril 1942, et intègre le groupe de sabotage de Wasigny. Il participe à la récupération d’armes, à la distribution de tracts antiallemands, au sabotage de la scierie allemande de Wasigny, à la destruction de la fosse à eau de Draize, aux sabotages ferroviaires. Il s’empare de la moto de deux soldats allemands.

Il apporte de l’aide aux requis au STO et aux réfractaires. Il est impliqué dans des attaques de convois ennemis entre Signy-l’Abbaye et Lépron-les-Vallées et participe à la libération de Charleville puis du plateau de Berthaucourt, où se sont retirés les Allemands. Raymond Ravignon a un certificat d’appartenance aux FFI du 1er janvier 1944 au 6 septembre 1944.

Catégories
Administration communale Agriculteurs Agriculture Anciens combattants Cultures Guerre mondiale (1939-1945) Militaires Travailleurs Victimes de guerre

La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) à La Romagne


Ordre de mobilisation générale de la Seconde Guerre mondiale, daté du samedi 2 septembre 1939.
Ordre de mobilisation générale de la Seconde Guerre mondiale, daté du samedi 2 septembre 1939.

Dès les premiers jours suivant la mobilisation et la déclaration de guerre le 3 septembre 1939, diverses troupes françaises se trouvent cantonnées, soit à La Romagne, soit dans les villages environnants, comme au hameau Les Duizettes[1].


[1] Commune de Rocquigny.


Campagne de mai et juin 1940 de la 3e brigade de spahis, avec l'aimable autorisation du colonel (er) Thierry Moné.
Campagne de mai et juin 1940 de la 3e brigade de spahis, avec l’aimable autorisation du colonel (er) Thierry Moné.

Les soldats sont chargés de surveiller l’arrivée de parachutistes et de bloquer l’accès des Hauts Sarts et de la Verrerie aux blindés. Fin octobre, les spahis de la 3e brigade[1]  (formée à partir des 2e RSA[2] et RSM[3]) rejoignent Novion-Porcien et stationnent pour une partie d’entre eux à La Romagne.


[1] Moné, Thierry (colonel en retraite), Les Spahis de La Horgne : la 3e brigade de Spahis dans les combats de mai et juin, Valence : la Gandoura & CRCL [Calot rouge et croix de Lorraine], amicale des spahis du 1er Marocains, 2010, 205 p., pages 9 et 16 [exemplaire personnel n° 290 sur 400].

[2] Régiment de spahis algériens.

[3] Régiment de spahis marocains.


Un Romanais qui a vécu cette époque s’en souvient :

« Leurs uniformes rutilants et leurs chevaux barbes[1] font grande impression sur les habitants. »

[1] Cheval de selle de race orientale.

Témoignage écrit de monsieur Pierre Malherbe †.

Une anecdote l’a marqué particulièrement lorsqu’il était un tout jeune homme :

« Un beau matin, tout contre la porte de la cave d’Henri Mauroy, nous avons vu des spahis qui s’affairaient auprès d’un cheval mort. Ils ont commencé par le dépouiller puis ont étendu la peau sur des perches avant de débiter des morceaux de viande. C’était vraiment un spectacle insolite pour nous. »

Témoignage écrit de monsieur Pierre Malherbe †.

Ces spahis quittent le village pour être d’abord cantonnés dans les forêts avoisinantes, avant d’être dirigés sur Monthermé, puis de prendre part le 15 mai 1940 aux combats de La Horgne.


Le village voit passer encore bien d’autres troupes, en particulier le 31e d’artillerie venant de Saint-Brieuc (Bretagne) [1]. Se succèdent encore le 9e génie, le 10e d’artillerie et enfin le 18e (qui s’y repose et peut soigner ses chevaux blessés)[2].


[1] Deux cents hommes stationnent à la ferme de La Bouloi avant de monter sur la Belgique.

[2] Témoignage oral de monsieur Louis Devie (Logny-lès-Chaumont).


Certaines de ces troupes construisent des baraquements en bordure de la gare de Draize – La Romagne, où l’un de ceux-ci sert de buvette et a pour enseigne « Au pou qui tète »[1], tandis qu’à proximité s’entasse de la ferraille de récupération. D’autres creusent une tranchée-abri sur la place.


[1] Témoignage écrit de monsieur Pierre Malherbe †.


Bien avant le début du conflit, en raison des nombreuses occupations subies par les Ardennes au cours des siècles précédents, la préfecture, forte d’exemples encore dans toutes les mémoires, prend des dispositions dès les années 1930 pour organiser le départ des populations du nord du département.

Des trajets sont tracés, pour que le déplacement éventuel puisse se passer dans les meilleures conditions possibles, en passant par le sud des Ardennes. Les villages de Draize et de La Romagne sont prévus pour accueillir provisoirement une partie de la population de Charleville, qui pourrait ensuite être acheminée vers des zones de repli.


En mai 1940, lors de l’offensive sur l’Aisne, le village, où se trouvent ce jour-là des évacués de la Meuse, est bombardé : une torpille aérienne (projectile de gros calibre) et des bombes causent certes de sérieux dégâts matériels, en particulier sur l’église. Elles concernent surtout des pertes humaines, civiles et militaires : Aimé Vuillemet (le garde champêtre qui annonce l’ordre d’évacuation) et Marthe Mauroy sont tués sur le coup. C’est aussi le cas d’un soldat français du nom de Laurent Stéphane Marie Marchand[1]. Deux autres périssent quant à eux aux abords de la Draize, où ils sont enterrés sur place avant de l’être dans le cimetière paroissial.


[1] Service historique de la Défense, site de Caen, AC 21 P 81257, [série AC = victimes des conflits contemporains, sous-série AC 21 P = MPDR (ministère des Prisonniers, déportés et réfugiés) puis MACVG (ministère des Anciens combattants et victimes de guerre), dossiers individuels].


Le sort s’acharne, ce jour-là, sur la famille d’Aimé Vuillemet : son fils Paul est atteint par un éclat de bombe. Pour l’accueil des blessés, deux infirmeries sont établies dans le village, dont l’une au bord du chemin qui mène à la Cour Avril, et l’autre dans la maison de Marceau Carbonneaux[1].


[1] Témoignage oral de monsieur René Lelong †.


Le 10 mai 1940, l’ordre d’évacuer les Ardennes est donné. Le lendemain, tous les habitants de La Romagne quittent le village le cœur gros, la mort dans l’âme de devoir abandonner leurs bêtes. Par exception, quelques-uns restent : monsieur et madame Ledouble, leur fils Jules et madame Pagnié, qui est assez âgée[1].

Alors que, de longue date, un plan d’enlèvement du bétail a été prévu par les autorités et pour chaque canton[2], il ne peut être appliqué en raison de la rapidité de l’avance des troupes allemandes. Les cultivateurs, bouleversés, doivent laisser leurs bêtes dans les prés.


[1] Témoignage écrit de monsieur Pierre Malherbe †.

[2] Archives départementales des Ardennes, 1M 119 [série M = administration générale et économie depuis 1800, sous-série 1M = administration générale (fonds du cabinet du préfet)].


Après avoir bien inutilement fermé leurs maisons, les habitants partent en exode, les uns en automobile, les autres dans des charrettes tirées par les chevaux qui n’ont pas été réquisitionnés par l’armée. Dès le 2 septembre 1939, les principaux cultivateurs voient partir la plupart de ces animaux de trait. En 1941, il n’en reste plus que vingt-sept sur la petite soixantaine que comptait La Romagne juste avant les réquisitions. Les derniers Romanais partent à vélo ou à pied.


Château de Châtenay à La Chataigneraie (Vendée), photographie en couleurs, collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Gréau, président du CHEL (Cercle d'histoire et d'études locales).
Château de Châtenay à La Chataigneraie (Vendée), photographie en couleurs, collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Gréau, président du CHEL (Cercle d’histoire et d’études locales).

L’ordre d’évacuation totale des Ardennes jette sur les routes tous les Ardennais ou presque dans un désordre indescriptible : aucun des plans arrêtés ne peut être mis à exécution, en raison de l’urgence. LesRomanais se replient vers les départements des Deux-Sèvres et de la Vendée. C’est ainsi que la famille Cugnart se retrouve au château de Châtenay à La Chataigneraie (Vendée)[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1M 127 [série M = administration générale et économie depuis 1800, sous-série 1M = administration générale (fonds du cabinet du préfet)].


André Druart (personnage le plus à gauche) à Borcq-sur-Airvault (Deux-Sèvres), photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †).
André Druart (personnage le plus à gauche) à Borcq-sur-Airvault (Deux-Sèvres), photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †).

Eugène François Lesein rejoint Rosnay (Indre) en passant par Mareuil-sur-Lay-Dissais (Vendée). Numa Edmond Lesein atteint Saint-Sulpice-en-Pareds (Vendée), tandis que la famille Druart est à Borcq-sur-Airvault (Deux-Sèvres). Dans cette commune, après des moments difficiles à vivre, une rencontre se concrétisera par un mariage.


Quelques habitants de La Romagne (Ardennes) réfugiés dans une école privée à Gourdon (Lot) en juillet 1940, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †). Sous toutes réserves, les personnes identifiées de gauche à droite et de bas en haut seraient les suivantes : au premier rang, Rosa Malherbe née Bompart (n°2), Euphrasie Bompart née Marandel (n°3), Marcel Malherbe (n°4), Lucie Malherbe (n°5), René Malherbe (n°6), Maurice Malherbe (n°7) ; au deuxième rang : André Legros (n°2), Lucie Legros née Malherbe (n°4), Madeleine Legros (n°6), Alfred Marandel (n°7), Pierre Malherbe (n°9), Pierre Marandel (n°10), René Didier(n°11), Lucie Laroche (n°12), Madame Didier (n°13).
Quelques habitants de La Romagne (Ardennes) réfugiés dans une école privée à Gourdon (Lot) en juillet 1940, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †). Sous toutes réserves, les personnes identifiées de gauche à droite et de bas en haut seraient les suivantes : au premier rang, Rosa Malherbe née Bompart (n°2), Euphrasie Bompart née Marandel (n°3), Marcel Malherbe (n°4), Lucie Malherbe (n°5), René Malherbe (n°6), Maurice Malherbe (n°7) ; au deuxième rang : André Legros (n°2), Lucie Legros née Malherbe (n°4), Madeleine Legros (n°6), Alfred Marandel (n°7), Pierre Malherbe (n°9), Pierre Marandel (n°10), René Didier(n°11), Lucie Laroche (n°12), Madame Didier (n°13).

D’autres habitants trouvent refuge dans des lieux divers, non envisagés au départ. Certains font une étape à Coulanges-sur-Yonne (Bourgogne), avant d’atteindre Gourdon (Lot), où ils retrouvent les familles Malherbe, Legros, Didier, Marandel, etc. Les familles Devie et Bonhomme sont logées près d’Issoudun (Indre), au moulin de la Bonde.


Le préfet des Ardennes, qui se trouve à Sainte-Hermine (Vendée), constate dans un de ses courriers que les conditions dans lesquelles s’est produite l’évacuation n’ont pas toujours permis de diriger la population repliée dans les communes initialement assignées[1]. La Romagne en est l’illustration parfaite.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1M 123 [série M = administration générale et économie depuis 1800, sous-série 1M = administration générale (fonds du cabinet du préfet)].


Portrait de Joseph Dominique Albertini en uniforme militaire, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de madame Marie-Hélène Beltrami).

Quoique l’armistice soit signé le 17 juin 1940, de nombreux Romanais faits prisonniers ne rentrent qu’au bout de plusieurs années : c’est le cas par exemple d’Achille Cotte[1] ou de Dominique Albertini. Pour la plupart, ces soldats ne sont libérés qu’en 1945.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1145 W 10 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Le retour se fait très difficilement, et de manière échelonnée : dès le 1er juillet 1940, une zone interdite située au nord de l’Aisne est établie dans le département, et englobe le village. Pour rentrer, des laissez-passer sont nécessaires. Ils sont accordés selon le bon vouloir des autorités allemandes, qui multiplient les tracasseries administratives.


Les agriculteurs se demandent ce que sont devenues leurs cultures et leurs bêtes en leur absence. Seuls quelques-uns d’entre eux (comme André Didier ou Adolphe Macquin) peuvent rentrer à cette date.

L’absence de la majorité des exploitants permet aux Allemands de s’emparer aussitôt de terres : Alcide Cugnart, Alexis Boudaud et Alfred Devie (mais ce ne sont pas les seuls[1]) se voient confisquer respectivement vingt-quatre, trente-cinq et quarante-deux hectares. En outre, l’occupant leur prend leur matériel (faucheuse, moissonneuse, brabants, tombereaux, herses et râteaux), sous le prétexte fallacieux d’abandon.


[1] Archives départementales des Ardennes, 11R 89 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 11R = services temporaires de la période de guerre 1939-1945].


Le retour définitif du plus grand nombre s’étale sur presque toute l’année 1941, avec un pic en mai. Et ce n’est qu’en novembre que s’effectue le retour du dernier, Aristide Carbonneaux-Fétrot.

Date du retour à La Romagne (Ardennes)Nom du cultivateur
Juillet 1940Didier, André
Novembre 1940Macquin, Adolphe
1er mars 1941Lesein, Edmond
20 avril 1941Cotte, Achille (de retour d’un camp de prisonniers de guerre)
1er mai 1941Bocquet-Huet, Ernest
1er juillet 1941Marquigny, Joseph
3 juillet 1941Devie, Paul (de retour d’un camp de prisonniers de guerre)
1er août 1941Devie, Alfred
11 août 1941Boudaud, Jean-Baptiste
24 septembre 1941Chrétien, Gustave Henry
Non préciséeMarandel, Ernest
Non préciséeCugnart, Alcide
1er novembre 1941Legros, Auguste
9 novembre 1941Carbonneaux-Fétrot, Aristide
Quelques exemples du retour des cultivateurs à La Romagne (Ardennes) après l’exode de mai 1940.

Les Romanais dont le retour a lieu le plus tôt, c’est-à-dire en juillet 1940, retrouvent d’emblée La Romagne occupée par des troupes allemandes, dont une partie s’est installée dans l’école[1], et qui ne quitteront le village qu’en juin 1941.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1 W 5 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


En revanche, ceux qui reviennent après janvier 1941 ont la fâcheuse surprise de découvrir qu’ils ne peuvent réintégrer leur exploitation qu’à condition de travailler comme salariés agricoles de l’Ostland[1].

Cette situation entraîne des frictions et des plaintes auprès du procureur de La République, notamment lorsque certains des derniers rentrés découvrent chez leurs voisins du matériel ou du bétail qui leur appartenait autrefois, et qui aurait été « confié » par les Allemands.


[1] Ostdeutsche Landbewirtschaftung-gesellschaft ou Société agricole d’Allemagne orientale, créée par le ministre de l’Alimentation et de l’agriculture du Reich allemand.


Emprise de la WOL à La Romagne, Archives départementales des Ardennes, 12 R 144, [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 12R = archives des services allemands pendant la guerre de 1939-1945].
Emprise de la WOL à La Romagne, Archives départementales des Ardennes, 12 R 144, [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 12R = archives des services allemands pendant la guerre de 1939-1945].

L’Ostland applique dans les Ardennes un programme de confiscation de terres, comme cela a été fait peu de temps auparavant en Pologne. Cette société est représentée par la WOL[1], à la tête de laquelle se trouve le directeur départemental, établi à Charleville. Un Kreislandwirt[2] est nommé par arrondissement. Un Bezirkslandwirt[3] contrôle chaque canton. Un Betriebsleiter[4] réside dans la commune qu’il supervise, ou vit à proximité immédiate.


[1] Wirtschaftoberleitung (service de mise en culture).

[2] Agriculteur d’arrondissement.

[3] Agriculteur de canton.

[4] Gérant, c’est-à-dire un chef de culture.


Ce dernier est un civil allemand qui applique une nouvelle politique agricole : l’occupant trouve que la culture ardennaise comporte trop de prés et de bois. Les paysans, désormais sous la férule germanique, doivent travailler en commun toutes les terres pour les emblaver[1] le plus possible, sans tenir compte des possessions de chacun[2]. En témoigne l’enlèvement des bornes marquant les limites des propriétés (Il faudra les remettre en place une fois la guerre terminée).


[1] Ensemencer en blé.

[2] Archives départementales des Ardennes, 1 W 35 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Cette prise de terres concerne quelque deux cent un hectares, rien que pour La Romagne (dont cinquante de cultures et cent cinquante et un de pâtures). Pour lui donner un aspect de légalité, les Allemands la notifient au préfet, qui doit à son tour en informer le propriétaire et le maire du village.


Ensuite, ce sont les bâtiments pour abriter les récoltes qui sont réquisitionnés (la grange de La Romagne n’est rendue à son usage premier que le samedi 31 mars 1945). Des maisons sont saisies pour servir de logement à des ouvriers travaillant pour le compte de la WOL de Draize (c’est le cas de bâtiments appartenant à Joseph Marquigny[1]).


[1] Archives départementales des Ardennes, 11R 409 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 11R = services temporaires de la période de guerre 1939-1945].


Au moment de l’invasion allemande, la Romagne compte trente-deux exploitations, dont vingt ont moins de vingt hectares. Parmi les douze restantes, seules deux ont une superficie comprise entre cinquante et cent ha[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 56 W 37 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


La reprise est difficile pour la campagne 1940/1941, car peu de sols peuvent être ensemencés (environ vingt-deux ha), et ce n’est qu’en 1942 que les terres sont à nouveau cultivées. Les exploitants se heurtent alors à de nouvelles obligations, puisqu’ils sont contraints de déclarer leurs récoltes et de les livrer à des organismes stockeurs. S’ils n’ont pas le matériel nécessaire, ils doivent faire appel obligatoirement à l’entrepreneur de battage désigné par l’occupant.


Aussitôt les habitants partis, des vols de bétail se produisent, des troupeaux d’armée sont formés. Le bétail errant devient propriété de la WOL, qui le confie à certains agriculteurs du village. Ce n’est qu’après bien des palabres, des démarches et des menaces que deux cultivateurs (Messieurs Cugnart et Lesein) parviennent à récupérer chacun… une bête[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1050 W 57 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Cette situation contraste fortement avec ce qui se passe du côté allemand, selon un Romanais qui a connu cette période :

« Une quarantaine de vaches confisquées par la WOL se trouvaient à la ferme de La Bouloi et étaient traites par des femmes d’origine polonaise. »

Témoignage oral de monsieur Louis Devie (Logny-lès-Chaumont), dont les parents étaient les propriétaires de cette ferme.

Lorsque la vie agricole reprend à La Romagne en 1941, il ne reste plus que cent un bovins. Les quelques attributions de bétail qui sont accordées sont fort modestes : à plusieurs reprises, une commission cantonale ne concède qu’une ou deux bêtes. Malgré toutes les difficultés endurées, il y en aura deux cent douze à la fin de l’année 1943.

À la suite de la disparition de la WOL, les attributions de bétail sont alors plus importantes. Il ne faut cependant pas croire que le cultivateur dispose comme il l’entend de sa production laitière. Il doit se conformer en cela (et comme pour le reste) aux décisions allemandes.


La Romagne doit fournir trente kilos de beurre par semaine, et la commune de Givron est contrainte d’en procurer cinq. Le responsable de la Kommandantur de la Romagne exige du maire de Montmeillant que tout le beurre fabriqué dans sa commune lui soit livré, sinon il sera arrêté une nouvelle fois.

La production ne peut aller qu’aux Allemands, qui achètent ce beurre 28 francs le kilo. Ces quantités de beurre représentent mille quatre cents à mille cinq cents litres[1] de lait. Pour se rendre compte de l’exigence, il faut savoir qu’une vache laitière en produit environ mille quatre cent soixante litres par an.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1 W 35 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Comme les troupeaux n’ont plus rien à voir avec ceux d’avant-guerre, les laiteries ne peuvent pas s’approvisionner normalement. Ces contraintes provoquent en particulier les doléances des établissements Hutin Frères[1], qui font le ramassage dans tout le secteur depuis longtemps, et qui sont désormais obligés de « faire un long trajet sans obtenir un seul litre de lait, en raison des contraintes de la Kommandantur ».


[1] Laiterie de La Neuville-lès-Wasigny (Ardennes).


D’autre part, les habitants font face à des difficultés de ravitaillement, tant alimentaire que vestimentaire. Les tickets de rationnement font leur apparition et parfois la chasse nocturne aux grenouilles menée par des jeunes gens du village améliore l’ordinaire des quelques habitants qui en bénéficient[1]. Les occupants manifestant un profond dégoût pour ces animaux, ils ne risquent pas de les confisquer à leur profit !


[1] Témoignage écrit de monsieur Pierre Malherbe †.


Adaptation au gazogène du camion de la cidrerie Malherbe à La Romagne (Ardennes), photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l'aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †).
Adaptation au gazogène du camion de la cidrerie Malherbe à La Romagne (Ardennes), photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †).

Pour ce qui est des vêtements, le canton de Chaumont dispose pour l’ensemble des communes qui en font partie d’un certain nombre de points, qui doivent être répartis en fonction du nombre d’habitants de chaque village. Un cahier des attributions est tenu.

C’est ainsi que l’on sait qu’il faut douze points pour acquérir un blouson, et vingt-cinq pour un pantalon de travail. Quant au carburant, il est parcimonieusement attribué, obligeant chacun à modérer son utilisation des moyens de transport.


Rares sont les habitants (pour ne pas dire aucun), qui retrouvent leur maison intacte. La cidrerie, installée dans le village depuis les années vingt, est pillée : l’armée de l’occupant se serait livrée à diverses rapines, dont celui de vins et spiritueux[1].

Ce ne sont certainement pas les seuls responsables : entre le 11 mai (jour du départ des habitants) et la prise du village par les Allemands le 14 mai, des troupes françaises et des réfugiés belges ont traversé la commune et y ont aussi probablement participé.


[1] Archives départementales des Ardennes, 13R 1661 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 13R = dommages de guerre 1939-1945].


Périodiquement, le maire reçoit de la part des autorités allemandes des demandes de cantonnement. Il essaie d’y répondre le plus possible par la négative, arguant de l’état du village, avec ses maisons inhabitables et le pillage déjà subi[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1 W 35 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Les habitants entendent passer régulièrement des bombardiers allemands qui se dirigent vers l’Angleterre.

« Parfois, les avions ennemis perdent en cours de route des réservoirs, ce qui est attesté par ceux retrouvés aux Houis ou dans le bois d’Angeniville. D’autre part, les Allemands ont installé des radars à Doumely, mais aussi entre Marlemont et Signy-l’Abbaye, et un mirador sur la route des Fondys. »

Témoignage oral de monsieur René Lelong †.

Fernand Mennessier récupérant des débris d'avion du côté de Fraillicourt (Ardennes), photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Michel Mauroy).
Fernand Mennessier récupérant des débris d’avion du côté de Fraillicourt (Ardennes), photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Michel Mauroy).

Puis c’est le tour de bombardiers anglais, partant ou revenant de leur mission sur le territoire allemand. Comme ceux-ci, pourchassés par l’aviation ennemie, s’écrasent parfois dans des communes voisines (comme à Novion-Porcien, Fraillicourt ou Rocquigny), ce spectacle ajoute à l’horreur vécue par les populations.


La présence allemande est encore plus pesante lorsque la loi sur le STO[1] est promulguée. Elle concerne des jeunes gens de la commune ou y ayant des attaches, nés entre 1919 et 1923. Une vingtaine d’hommes sont concernés pour ces quatre années, dont Raymond Mauroy, Pierre Malherbe et Robert Laroche.


[1] Service du travail obligatoire.


Couverture de la brochure, non paginée, sans mention d'édition, Travailler en Allemagne, c'est gagner sa vie dans de bonnes conditions, Archives départementales des Ardennes, 1 W 151-3 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].
Couverture de la brochure, non paginée, sans mention d’édition, Travailler en Allemagne, c’est gagner sa vie dans de bonnes conditions, Archives départementales des Ardennes, 1 W 151-3 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].

A partir de 1942, l’Allemagne a besoin de travailleurs, car nombre de ses ouvriers ont été mobilisés sur le front russe. Le recrutement d’ouvriers français volontaires est fondé sur la relève, instaurée dès le mois de juin. Un prisonnier est libéré contre trois ouvriers s’engageant à travailler en Allemagne.

Très rapidement, la donne change et c’est une libération accordée pour sept travailleurs qui s’engagent. Une importante propagande vantant les conditions de travail, de salaire, etc. accompagne la politique de collaboration du régime de Vichy.

Au-delà des avantages sociaux, l'Allemagne nazie vante aux travailleurs français les loisirs mis en place dans ses usines.
Au-delà des avantages sociaux, l’Allemagne nazie vante aux travailleurs français les loisirs mis en place dans ses usines.

En réalité, peu d’hommes se laissent ainsi séduire. C’est pourquoi l’Etat français fait parvenir des notes d’orientation hebdomadaire aux préfets pour rappeler que l’effort de propagande pour la relève ne doit pas se ralentir. L’argument est qu’en partant les ouvriers serviraient la cause de la France[1], ou que les prisonniers seraient d’autant plus nombreux à rentrer que le rythme de départ d’ouvriers serait plus important[2].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1 W 150, note d’orientation hebdomadaire n° 12 en date du 16 octobre 1942 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].

[2] Archives départementales des Ardennes, 1 W 150, note d’orientation hebdomadaire n° 15 en date du 6 novembre 1942 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


La pression des autorités sous l’Occupation se fait sentir de plus en plus : en 1942, elle exige l’envoi de trois cent cinquante manœuvres non spécialisés. En 1943, il y a environ deux mille départs pour tout le département, qui compte deux cent vingt-six mille habitants[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1 W 150 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Chaque travailleur se rendant en Allemagne doit être en possession d’un passeport valable. Cette demande est souscrite avec la plus grande sincérité et exactitude dès son arrivée.

Dans une lettre de la préfecture de police de Paris au préfet des Ardennes à Mézières en date du 2 février 1943, on apprend que Raymond Mauroy se trouve en Allemagne depuis le 30 novembre 1942 et qu’il a fait une demande de passeport le 17 janvier 1943 lors de son arrivée[1] à Solingen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Il sera de même pour Pierre Malherbe et Robert Laroche.


[1] Archives départementales des Ardennes, 112 W 11 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


En vertu d’un arrêté ministériel du 25 novembre 1942 et d’un arrêté préfectoral du 10 décembre 1942, chaque commune est obligée d’effectuer un recensement général des travailleurs disponibles : ce dernier concerne tous les hommes de dix-huit à cinquante ans. Ils sont ensuite répartis en différentes catégories (âge, situation familiale, etc.).

Il apparaît qu’un certain nombre de villages ardennais ne sont pas pressés de répondre à cette demande : c’est le cas de La Romagne, Givron, Rocquigny, Sery, Le Fréty, etc. Ils sont rappelés à l’ordre.


A partir de cette époque, ce recrutement a un caractère quasi obligatoire, et les réfractaires sont poursuivis beaucoup plus activement. Cette recherche, opérée par la gendarmerie, n’est pas sans créer des tensions entre la maréchaussée et la population. Elle entraîne aussi des scrupules chez les gendarmes, si bien que quelques-uns d’entre eux ne manifestent pas pour ce genre de mission une ardeur à toute épreuve.

Ils laissent parfois échapper une information sur la date et le but de leur tournée : les concernés peuvent ainsi trouver refuge dans l’environnement forestier du village. Pour se soustraire à ce recrutement, André Barré rejoint le maquis de Signy-l’Abbaye et le groupe de Draize, sous la direction de Fernand Miser.

Cet insigne des troupes de forteresse (secteur fortifié des Ardennes) est un symbole de résistance.
Cet insigne des troupes de forteresse (secteur fortifié des Ardennes) est un symbole de résistance.

Carte de travail et certificat de libération[ArbeitskarteBefreiungsschein], travail auxiliaire [Hilfsarbeit] dans l’usine de Volkswagen [Volkswagenwerk], ville de la Coccinelle [Stadt des KdF.-Wagens], arrondissement de Gifhorn [Krs. Gifhorn], collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe †.

Dans des rapports en provenance de la brigade de Chaumont-Porcien datant de mars et juin 1943, le brigadier évoque que le regard de la population change à leur égard, dans la mesure où la gendarmerie est intervenue non seulement lors de réquisitions pour l’Allemagne, mais aussi en raison du STO.

Dans son compte rendu de septembre, il insiste sur la répugnance éprouvée par les militaires par rapport aux ordres concernant le STO, soulignant qu’ils n’agissent que par contrainte et discipline, ce qui les met en porte-à faux vis-à-vis de la population.

Dans un autre document, il souligne que, de mars 1943 à mai 1944, quatre-vingt-huit recherches de réfractaires au STO sont restées infructueuses dans le canton. Par là, il laisse flotter l’idée que, sans rien dire, les gendarmes n’auraient pas apporté tout le zèle requis, afin d’être en accord avec leur conscience[1] .


[1] Service historique de la Défense, département de la Gendarmerie, site de Vincennes, 8E 226, registre de correspondance confidentielle au départ (R/4) du 16 septembre 1942 au 14 décembre 1946 [série E = compagnies puis groupements de gendarmerie départementale, sous-série 8E = compagnie de gendarmerie départementale des Ardennes (1917-1946), article 8E 226 = brigade territoriale de Chaumont-Porcien, 1942-1946].


Vadon, Jacques, Secteurs et maquis de la Résistance ardennaise, Archives départementales des Ardennes, 1 Fi 132 [série Fi = documents figurés, cartes, plans, gravures, cartes postales, photographies, dessins, sous-série 1Fi = documents de dimensions 24 * 30 cm et au-dessus].
Vadon, Jacques, Secteurs et maquis de la Résistance ardennaise, Archives départementales des Ardennes, 1 Fi 132 [série Fi = documents figurés, cartes, plans, gravures, cartes postales, photographies, dessins, sous-série 1Fi = documents de dimensions 24 * 30 cm et au-dessus].

Le maquis de Signy-l’Abbaye se livre à des actions ciblées vers les moyens de communications pour déstabiliser l’ennemi. En réaction, ce dernier fait surveiller les chemins de fer, en particulier ceux de la ligne Hirson – Charleville, mais en vain : les partisans continuent leurs opérations. De ce fait, des restrictions de la liberté de circuler pour les habitants du secteur sont appliquées. Le couvre-feu est ramené à 20 heures au lieu de 22 heures.


La Résistance fournit également son aide lors de parachutages (un terrain est créé à Chaumont-Porcien) ou assiste des clandestins qui souhaitent rejoindre les maquisards[1]. De juin à août 1944, son action s’intensifie, tandis que des destructions de matériel ont lieu contre des biens utilisés au profit des Allemands, comme à Saint-Jean-aux-Bois ou à Wasigny[2]. Les voies ferrées sont sabotées afin de retarder l’armée allemande dans son action.


[1] Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, FOL-D1 MON-36, Giuliano, Gérard ; Lambert, Jacques, Les Ardennais dans la tourmente : l’Occupation et la Libération, Charleville-Mézières : Terres ardennaises, 1994, 453 p., page 159 [Contient un choix de documents et de témoignages.]

[2] Archives départementales des Ardennes, 1050 W 116 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Pont du chemin de fer de La Romagne, repérage topographique des lieux-dits de La Romagne (Ardennes) effectué avec monsieur Christian Beltrami le jeudi 24 mars 2022. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Pont du chemin de fer de La Romagne, repérage topographique des lieux-dits de La Romagne (Ardennes) effectué avec monsieur Christian Beltrami le jeudi 24 mars 2022. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Dès le début de l’année, après avoir étudié le plan vert[1], André Point dit « commandant Fournier » [2] propose des déraillements sur certaines lignes, ce qui en rendrait l’exécution beaucoup plus facile.

Les coupures prévues sur la ligne de Liart – Amagne auraient lieu entre Montmeillant et Draize – La Romagne puis entre Novion-Porcien et Amagne[3]. Ces suggestions sont acceptées malgré l’arrestation d’un responsable de la SNCF et d’une équipe plan vert[4].

Elles permettent de répondre aux instructions données par la Résistance de se préparer à une insurrection nationale, en perturbant les transports et en lançant des actions contre les troupes de l’Occupation.


[1] Qui a pour but de neutraliser les voies ferrées.

[2] Chef de la Résistance ardennaise, membre de l’OCM (Organisation civile et militaire).

[3] Archives départementales des Ardennes, 1393 W 9 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].

[4] Archives départementales des Ardennes, 1293 W 17 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Croquis de l'engin explosif trouvé près de la gare de Draize – La Romagne (Ardennes), Archives départementales des Ardennes, 1050 W 144 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].
Croquis de l’engin explosif trouvé près de la gare de Draize – La Romagne (Ardennes), Archives départementales des Ardennes, 1050 W 144 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].

Le 10 juin vers 18 heures, une explosion se produit à deux kilomètres de la gare de Draize – La Romagne, à un endroit où la voie longe la forêt de Signy-l’Abbaye, alors que le train circule au ralenti. Le rail intérieur est déchiqueté et arraché sur une longueur de trois mètres environ, en même temps qu’une traverse. Aussitôt, une patrouille allemande de la Feldgendarmerie[1] fouille les alentours sans rien découvrir, sauf un débris dans le ballast qui semble provenir d’un petit engin explosif.


[1] Police militaire allemande.


Après une immobilisation de quelques heures, le convoi repart vers 21 heures[1]. Le lendemain, c’est une locomotive et cinq wagons qui sont détruits, nécessitant une vingtaine d’heures pour le déblai et les réparations. Le même jour, une autre locomotive et quatre wagons d’un train de matériel déraillent.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1050 W 114 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Pont du chemin de fer à Montmeillant, repérage topographique des lieux-dits de La Romagne (Ardennes) effectué avec monsieur Christian Beltrami le jeudi 24 mars 2022. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Pont du chemin de fer à Montmeillant, repérage topographique des lieux-dits de La Romagne (Ardennes) effectué avec monsieur Christian Beltrami le jeudi 24 mars 2022. Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Le 19 juin vers 23 heures, un train de troupes déraille, obstruant les voies pour une dizaine d’heures. Quelques jours plus tard, c’est un nouveau train de marchandises qui déraille près de Montmeillant. Après le départ des soldats ennemis, un avion allemand aurait mitraillé la gare de Draize – La Romagne[1].


[1] Témoignage oral de monsieur René Lelong †.


Dans la nuit du 21 au 22 juillet, le réseau télégraphique et téléphonique permettant les communications entre les gares de Wasigny et Draize – La Romagne est mis hors service : cinq poteaux ont été abattus[1].

Trois jours après, à la nuit tombée, une explosion en gare de Draize – La Romagne détruit la station d’alimentation en eau, la machine fixe est hors d’usage.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1050 W 114 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


Télégramme du 28 août 1944 par le chef de gare de Wasigny, Archives départementales des Ardennes, 1050 W 114 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].
Télégramme du 28 août 1944 par le chef de gare de Wasigny, Archives départementales des Ardennes, 1050 W 114 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].

Le 28 août vers 20h30 (selon le rapport de la gendarmerie) trois explosions ont lieu à proximité, endommageant un appareil d’aiguillage, provoquant ainsi une interruption de trafic de 24 heures qui fait suite à une action permettant de couper la voie 1 en gare de Draize – La Romagne.

Télégramme du 29 août 1944 par le chef de gare de Wasigny, Archives départementales des Ardennes, 1050 W 114 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].
Télégramme du 29 août 1944 par le chef de gare de Wasigny, Archives départementales des Ardennes, 1050 W 114 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].

André Barré (jeune homme portant des lunettes) et ses compagnons de la Résistance, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de madame Angélique Barré).
André Barré (jeune homme portant des lunettes) et ses compagnons de la Résistance, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de madame Angélique Barré).

Ces diverses actions sont menées par le réseau de résistance de Liart – Signy-l’Abbaye et la section de Draize, mouvements ralliés à différents moments par des jeunes gens de la Romagne[1] : André Barré (homologué FFC[2] et FFI[3])[4], Robert Carbonneaux (homologué FFI)[5], Raymond Ravignon et Raymond Didier en août 1944.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1293 W 58 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].

[2] Forces françaises combattantes.

[3] Forces françaises de l’intérieur.

[4] Service historique de la Défense, site de Vincennes, GR 16P 34597 [série GR = guerre et armée de Terre, sous-série GR P = Deuxième Guerre mondiale (1940-1946), inventaires GR 16 P = dossiers individuels de résistants].

[5] Service historique de la Défense, site de Vincennes, GR 16P 105945 [série GR = guerre et armée de Terre, sous-série GR P = Deuxième Guerre mondiale (1940-1946), inventaires GR 16 P = dossiers individuels de résistants].


Colonne de chars américains le 31 août 1944 sur le chemin de Renneville, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Gilbert Lebrun).
Colonne de chars américains le 31 août 1944 sur le chemin de Renneville, photographie ancienne en noir et blanc (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Gilbert Lebrun).

Fin août, les Américains sont à Liart. Au cours des diverses opérations qui ont lieu lors de la libération du territoire, des soldats allemands sont pris et faits prisonniers à leur tour. C’est un retournement de situation, puisque des habitants du village ont eux-mêmes été capturés lors de la débâcle et libérés, selon leur statut, entre mars 1941 et mai 1945[1].


[1] Cette dernière date s’applique en général aux militaires de carrière.


Quelques–uns de ces prisonniers vivent à La Romagne, soit chez des cultivateurs, soit à la cidrerie où travaillent un ancien pilote de la Luftwaffe et Karl Kleiser (n° de prisonnier 452157).

Fiche de Karl Kleiser, prisonnier à La Romagne, Archives départementales des Ardennes, 44 W 13 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].
Fiche de Karl Kleiser, prisonnier à La Romagne, Archives départementales des Ardennes, 44 W 13 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].

Ce dernier, né le 12 novembre 1926 à Vohrenbach (Land du Bade-Wurtemberg), reçoit son certificat de libération le 5 août 1947 et devient un travailleur libre[1].

Il reste ensuite quelque temps à La Romagne, avant de regagner son pays. Il garde contact avec les personnes chez lesquelles il a été placé, préfigurant la réconciliation franco-allemande qui voit le jour dans les années soixante.


[1] Archives départementales des Ardennes, 44 W 13 [série W = archives publiques entrées par voie ordinaire (hors état civil, officiers publics et ministériels). Nota bene : les fonds contemporains reçoivent, au moment de leur versement, un numéro d’ordre suivi de la lettre W].


La Romagne n’en a pas fini avec la guerre et, même si celle-ci n’est plus sur son territoire, elle est présente avec le départ pour l’Indochine ou l’Algérie de quelques Romanais[1].


[1] Cette partie de l’histoire du village ne peut pas être abordée dans l’état actuel des recherches, en raison de la loi du 15 juillet 2008 sur la publication des archives.

Catégories
Guerre mondiale (1914-1918) Militaires

Les natifs de La Romagne mobilisés en 1914-1918 (A-F)


Désiré Vital Bonhomme en tenue de sapeur du génie (collection privée, © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME).
Désiré Vital Bonhomme en tenue de sapeur du génie (collection privée, © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME).

Bonhomme, Désiré Vital, charpentier, classe de mobilisation 1896, n° matricule du recrutement 2146[1], décoré de la croix de guerre, carte du combattant délivrée le 14 août 1930, né le 14 février 1880 à La Romagne, fils de Barthélemy Bonhomme et d’Elisabeth Olive Dupont.

Croix de guerre 1914-1918 (avers).
Croix de guerre 1914-1918 (avers).

Désiré Vital Bonhomme, affecté au 132e régiment d’infanterie, est rappelé à l’activité par la mobilisation générale (décret du 1er août 1914) et arrive au corps le 12 août 1914 dans la 19e compagnie du 132e d’infanterie, unité combattante. Il y restera apparemment jusque fin septembre ou début octobre 1915.

132e régiment d'infanterie (monument aux morts à Reims).
132e régiment d’infanterie (monument aux morts à Reims).

Ce régiment du 132e est en garnison à Reims. Il se met en route pour se porter vers la Belgique par étapes successives sous une chaleur accablante. Le 23 août au soir, il franchit la frontière et bivouaque entre Sartiau et Beaumont. Dans le lointain, des villages sont en feu. Le 24 août, il reçoit le baptême du feu et se dirige le soir sur Berelles, puis atteint Saint-Hilaire-sur-Helpe. Les jours suivants sont pénibles en raison de la fatigue, de l’encombrement des routes et du manque de ravitaillement. Du 2 au 4 septembre, il suit le mouvement général de retraite et livre un rude combat à Courboin. Le recul se poursuit, et le régiment se retrouve aux environs de Villers-Saint-Georges.

Le 12 au soir, il atteint Trigny (au nord-ouest de Reims) et, le lendemain, il doit se porter sur Prouvais. Il n’y reste pas et, à la suite de combats et sous le feu ennemi, il se porte sur Berry-au-Bac où il franchit l’Aisne. En octobre, il se trouve dans la région sud de Soissons. Le 13, il relève la tranchée entre Vailly et Soupir. Les bombardements sont incessants et le 30, il est cantonné à Limé où il se reforme durant les jours suivants. A partir du 7 novembre, il relève des fractions du premier corps d’armée dans les tranchées entre Vailly et Cys. Durant de longs mois, les soldats ne vont connaître que la vie de tranchées.

La cuirasse, le pot-en-tête et le sigle RF (République française) forment un ensemble typique du casque Adrian de sapeur du génie (modèle de 1915).
La cuirasse, le pot-en-tête et le sigle RF (République française) sont typiques du casque Adrian de sapeur du génie (modèle de 1915).

Désiré Vital Bonhomme rejoint ensuite le 1er génie compagnie 22/63 (le 1er octobre 1915) puis le 21e génie compagnie 22/63 (le 1er juillet 1917). Il est évacué le 1er août 1917 pour blessure à la jambe reçue à Verdun. A ce moment-là, il a le grade de maître-ouvrier. C’est une distinction traditionnelle spécifique de l’arme du génie, qui reconnaît par-là les qualités professionnelles du soldat, bien que le grade officiel soit celui de sapeur.

Bibliothèque de l'Institut de France, ms. 7755, croquis de guerre d’un sapeur, 1914-15-16, Champagne et Argonne, par A. Gayraud, sous-officier, sapeur du 1er génie, vingt-neuf aquarelles de formats divers collées sur des cartons forts gris ou bruns, ensemble consultable en ligne.
Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 7755, Croquis de guerre d’un sapeur, 1914-15-16, Champagne et Argonne, par A. Gayraud, sous-officier, sapeur du 1er génie, vingt-neuf aquarelles de formats divers collées sur des cartons forts gris ou bruns, ensemble consultable en ligne.

La compagnie 22/63 va avoir plusieurs citations, la première à l’ordre du 32e corps d’armée n° 672/A du 10 octobre 1917 : « A toujours fait preuve d’un entrain et d’un courage dignes d’admiration sous la conduite de son chef le capitaine Chalon ; s’est fait particulièrement remarquer par sa ténacité au cours des attaques du 20 août et du 8 septembre 1917 ; a continué ses belles traditions et n’a cessé de montrer les plus précieuses qualités militaires en travaillant sans relâche avec un calme qui ne s’est jamais démenti sous des bombardements journaliers d’une extrême violence et dans des nappes de gaz toxiques. Malgré des pertes sévères, a rempli à l’entière satisfaction de tous, les missions qui lui ont été confiées. Superbe unité, d’un moral des plus élevés, dont le dévouement et l’esprit de sacrifice sont au-dessus de tout éloge ».

Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine, 398AP/36, Tirage gélatino-argentique, masques à oxygène mis au point par le docteur Sicard (1917-1918).
Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine, 398AP/36, tirage gélatino-argentique, masques à oxygène du docteur Sicard (1917-1918).

L’unité reçoit une nouvelle citation à l’ordre de la 3e armée n° 514 du 19 septembre 1918 : « Sous l’énergique impulsion de son chef le capitaine Chalon, la compagnie 22/63 du 21e régiment de génie a continué ses belles traditions et n’a cessé de montrer les plus précieuses qualités militaires. Engagée dans la région de Monchy-Humières, a assuré dans des conditions particulièrement pénibles la construction des passerelles sur l’Aronde, a ensuite coopéré à la défense des positions et contribué par sa bravoure à briser les efforts ennemis pendant les journées du 9 au 11 juin 1918. Le 28 août 1918, brillamment entraînée par son chef le capitaine Paul Chalon, électrisée par l’attitude du sous-lieutenant Gaston Rey, a organisé le franchissement d’une rivière sans souci des lourdes pertes que lui faisaient subir quatre mitrailleuses ennemies installées sous casemate à moins de 50 m. A réussi à assurer avec des moyens de fortune, le passage de tout un bataillon, enthousiasmé par l’attitude héroïque de ses sapeurs ».


Fourragère aux couleurs de la croix de Guerre 1914-1918.
Fourragère aux couleurs de la croix de guerre 1914-1918.

Le droit au port de la fourragère aux couleurs de la croix de guerre a été conféré à la compagnie 22/63 par ordre n° 132F du Général en chef commandant, en date du 3 octobre 1918. Désiré Vital Bonhomme est évacué le 22 mai 1918 pour éclats de grenade à la main gauche avec plaie profonde reçus à « Bois-le-Prêtre » (ambulance 5/69) puis pour blessures [sans plus de précisions] au cours d’opérations militaires (ambulance 15/17) et le 26 juillet 1918 pour avoir été atteint par le gaz moutarde (ypérite) à Soissons. En congé de démobilisation le 21 février 1919.

Bois-le-Prêtre en Meurthe-et-Moselle (Priesterwald pour les Allemands) est un lieu emblématique pour la violence de ses combats (proximité des lignes adverses, combats au corps-à-corps, utilisation de lance-flammes et de gaz de combat et recours au fourneau  de mine pour les explosifs).
Bois-le-Prêtre en Meurthe-et-Moselle (Priesterwald pour les Allemands) est un lieu emblématique pour la violence de ses combats (proximité des lignes adverses, combats au corps-à-corps, utilisation de lance-flammes et de gaz de combat et recours au fourneau de mine pour les explosifs).

[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1266 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne. Voir aussi les archives départementales des Ardennes, 3R2 28 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 3R = anciens combattants et victimes de guerre].


La seconde bataille de Champagne oppose les troupes françaises et les troupes allemandes à partir du 25 septembre 1915 (carte postale ancienne).
La seconde bataille de Champagne oppose les troupes françaises et allemandes à partir du 25 septembre 1915 (carte postale ancienne).

Carbonneaux, Adolphe Alfred Edmond, valet de chambre, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 2212[1], né le 17 avril 1878 à La Romagne, fils d’Auguste Adolphe Carbonneaux et de Marie Domitille Chanonier.

Adolphe Alfred Edmond Carbonneaux, affecté au 150e régiment d’infanterie, tué à l’ennemi le 26 septembre 1915 lors de la bataille de Champagne, est cité pour son action héroïque sur le monument aux morts de la Romagne.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1246 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Bataille de Verdun (21 février-18 décembre 1916), timbre de 2016.
Bataille de Verdun (21 février-18 décembre 1916), timbre de 2016.

Carbonneaux, Marceaux Alfred, peintre en bâtiment, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 618[1], décoré de la croix de guerre et de la médaille militaire par décret du 23 octobre 1933, carte du combattant n° 13579, né le 17 février 1891 à La Romagne, fils de Nicolas Arsène Carbonneaux et de Marie Léa Rose Mauroy.

Médaille militaire (avers).
Médaille militaire (avers).

Marceaux Alfred Carbonneaux a participé à une campagne contre l’Allemagne du 2 août 1914 au 31 octobre 1917. Blessé par éclats d’obus le 27 février 1916 au Fort de Vaux (Meuse) et atteint d’une plaie à la main gauche, il est cité à l’ordre du régiment n°9 du 31 mai 1916 « Soldat plein d’allant et de crânerie s’offrant toujours pour les missions périlleuses. A rempli son rôle d’agent de liaison volontaire avec le plus complet mépris du danger du 21 au 27 février. A été grièvement blessé ». Il a d’ailleurs été réformé suite à ses blessures (pour limitations des mouvements du poignet et des mouvements des doigts) par la commission de Toulouse le 25 juin 1917.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 248 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne. Voir aussi les archives départementales des Ardennes, 3R 241 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 3R = anciens combattants et victimes de guerre].

Le fort de Vaux est l'un des hauts lieux de la bataille de Verdun en 1916 (carte postale ancienne).
Le fort de Vaux est un haut lieu de la bataille de Verdun (carte postale ancienne).

Des centaines de milliers d'hommes ont été mobilisés dès 1914 pour le service de la garde des voies de communication (aquarelle par André Marcy).
Des centaines de milliers d’hommes ont été mobilisés en août 1914 pour le service de la garde des voies de communication (aquarelle par André Marcy).

Carbonneaux, Nicolas Aristide, domestique, classe de mobilisation 1889, n° matricule du recrutement 1545[1], né le 22 avril 1869 à La Romagne, fils de Pierre Hubert Carbonneaux et de Marie Célina Bolle.

Nicolas Aristide Carbonneaux, mobilisé, est affecté au service des gardes des voies de communication. Il est libéré le 24 novembre 1914 puis est convoqué en avril 1915 et détaché en 1917 comme métayer à Sermiers (Marne). Il est renvoyé dans ses foyers le 30 novembre 1918. Il a participé à des campagnes contre l’Allemagne du 1er août 1914 au 22 novembre 1914 puis du 20 avril 1915 au 2 mars 1917.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1151 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Le dessin de Benjamin Rabier fait allusion à l'obusier de 420 mm de diamètre et de 16 calibres de long surnommé « la grosse Bertha ».
Le dessin de Benjamin Rabier fait allusion à l’obusier de 420 mm de diamètre surnommé « la Grosse Bertha ».

Champenois, Arthur, cultivateur, classe de mobilisation non indiquée, n° de matricule du recrutement 1016[1], né le 7 octobre 1882 à La Romagne, fils d’Ernest Joseph Champenois et Marie Léonie Ingebos.

Arthur Champenois a été mobilisé au 164e régiment d’infanterie, puis au 54e le 28 juillet 1916. Il a reçu une blessure de guerre par éclats d’obus. Il a dû subir une énucléation de l’œil droit. L’acuité visuelle de son œil gauche a été réduite à la perception lumineuse.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 185 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

La Fondation des aveugles de guerre reprend l'héritage de l'union créée le 18 décembre 1918 et reconnue d’utilité publique par décret du 9 avril 1921.
La Fondation des aveugles de guerre reprend l’héritage de l’union créée le 18 décembre 1918 et reconnue d’utilité publique par décret du 9 avril 1921.

Chemins de fer de l'Est Ardennes françaises visite champs de batailles de 1918 (affiche).
La Compagnie des chemins de fer de l’Est (Ardennes françaises) a organisé après 1918 des visites des champs de batailles.

Chrétien, Eugène Jean Baptiste, ouvrier agricole, classe de mobilisation non indiquée, n° de matricule du recrutement 81[1], né le 20 mars 1883 à La Romagne, fils de Jean Baptiste Venant Chrétien et de Marie Désirée Cugnard.

Eugène Jean Baptiste Chrétien a été affecté aux chemins de fer de l’Est comme poseur de rails. Il a participé à une campagne contre l’Allemagne du 2 août 1914 au 20 mars 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 177 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


La Macérienne, qui tire son nom des habitants de Mézières (dont la commune n'avait pas encore fusionnée avec Charleville), est une des usines Clément Bayard (carte postale ancienne).
La Macérienne, qui tire son nom des habitants de Mézières (dont la commune n’avait pas encore fusionnée avec Charleville), est une des usines Clément Bayard (carte postale ancienne).

Chrétien, Gustave Henri, employé de commerce puis cultivateur, classe de mobilisation non indiquée, n° de matricule du recrutement 245[1], né le 25 décembre 1887 à La Romagne, carte du combattant, fils de Jean-Baptiste Chrétien et de Marie Désirée Cugnard.

Archives départementales des Hauts-de-Seine, 24FI116, affiche de l’illustrateur Louis-Charles Bombled pour une bicyclette militaire de Clément Paris cycles et automobiles [vers 1910].

Gustave Henri Chrétien, mobilisé au 2e bataillon du 46e Régiment d’artillerie, est ensuite affecté au 161e régiment d’infanterie (le 17 avril 1915). Il est évacué en Champagne pour maladie fin septembre 1915. Il est alors détaché aux établissements Clément Bayard (le 23 octobre 1915). Il rejoint le 71e régiment d’infanterie le 20 juin 1916, puis le 25e régiment d’infanterie le 30 mai 1917. Plus tard, il est affecté à des sections de COA[2]. Il est intoxiqué par des gaz en août 1917. Il a participé à une campagne contre l’Allemagne à partir du 2 août 1914 et a été démobilisé le 18 juillet 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 207 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne. Voir aussi les archives départementales des Ardennes, 3R2 49 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 3R = anciens combattants et victimes de guerre].

[2] Commis et ouvriers militaires d’administration.


Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6239483, Historique du 5e régiment d'artillerie à pied pendant la guerre 1914-1918, Paris ; Nancy ; Strasbourg : Berger-Levrault, [19..], 60 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-323730, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6239483, Historique du 5e régiment d’artillerie à pied pendant la guerre 1914-1918, Paris ; Nancy ; Strasbourg : Berger-Levrault, [19..], 60 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-323730, consultable en ligne sur Gallica.

Chrétien, Pierre Firmin, vannier, classe de mobilisation 1895, n° matricule du recrutement 798[1], né le 26 novembre 1875 à La Romagne, fils de François Emile Chrétien[2] et de Marie Désirée Cugnard.

Pierre Firmin Chrétien passe du 5e au 3e régiment d’artillerie à pied le 7 mai 1916, puis au 70e régiment d’artillerie lourde grande puissance le 1er août 1917. Il a participé à une campagne contre l’Allemagne du 3 août 1914 au 22 janvier 1919.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims,1R 1210 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

[2] Jean Baptiste Venant Chrétien d’après les archives départementales des Ardennes, 2E 369 6 [série E = état civil, officiers publics et ministériels, sous-série 2E = documents de l’état civil en provenance du greffe du tribunal de grande instance de Charleville, cote 369 = fonds concernant La Romagne, sous-cote 6 = décennie 1873-1882].


Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6336301, 2e Escadron du train des équipages militaires : 2e corps d'armée : historique guerre 1914-1918, Amiens : Maurice Laforest imprimeur, [vers 1920], 40 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-181268, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6336301, 2e Escadron du train des équipages militaires : 2e corps d’armée : historique guerre 1914-1918, Amiens : Maurice Laforest imprimeur, [vers 1920], 40 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-181268, consultable en ligne sur Gallica.

Couvin, Armand Joseph, domestique puis cultivateur, classe de mobilisation non indiquée, n° de matricule du recrutement 236[1], né le 3 novembre 1882, fils d’Alfred Fulgence Couvin et de Marie Eugénie Champenois.

Armand Joseph Couvin se trouve en novembre 1914 au 2e escadron du train des équipages puis passe au 82e régiment d’artillerie lourde, avant d’intégrer le 18 décembre 1918 le 85e régiment d’artillerie lourde. Il a été démobilisé le 3 mars 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 165 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Diplôme de garde-voie édité par Marcel Daguet, estampe en couleurs (1917).
Diplôme de garde-voie édité par Marcel Daguet, estampe en couleurs (1917).

Devie, Auguste Gustave, domestique, classe de mobilisation 1887, n° matricule du recrutement 1898[1], né le 15 août 1867 à La Romagne, fils de Nicolas Devie et de Marie Eugénie Lebrun.

Auguste Gustave Devie a été mobilisé et affecté au service des gardes des voies de communication. Il a été délivré de ses obligations le 2 septembre 1914. Il est pris dans les lignes allemandes le 7 septembre. Il ne sera libéré de l’occupation que le 6 novembre 1918. Il a participé à une campagne contre l’Allemagne du 1er août 1918 au 2 septembre 1914.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1131 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Infirmerie et mess des officiers à Mailly-le-Camp, où le baraquement des troupes est organisé depuis 1900 (carte postale ancienne).
Infirmerie et mess des officiers à Mailly-le-Camp, où le baraquement des troupes est organisé depuis 1900 (carte postale ancienne).

Devie, Jean Baptiste Alfred, berger puis cultivateur, classe de mobilisation 1902, n° de matricule du recrutement 195[1], né le 24 février 1888 à La Romagne. Fils de Charles Victor Devie et de Marie Ursule Jennepin.

Jean Baptiste Alfred Devie, mobilisé au 161e régiment d’infanterie, part en convalescence durant 2 mois (du 25 août au 24 octobre 1914 à Chaumont-Porcien). Prisonnier civil, il est évacué par le centre de rapatriement du camp de Mailly. Il passe au 94e régiment d’infanterie le 23 janvier 1919 et est en congé de démobilisation en juillet 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 215 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


La Compagnie des chemins de fer de l'Est convie la France à commémorer la victoire de Verdun (affiche ancienne).
La Compagnie des chemins de fer de l’Est convie la France à commémorer la victoire de Verdun (affiche ancienne).

Devie, Louis Aristide, ouvrier de culture, classe de mobilisation 1908, n° matricule du recrutement 226[1], né le 8 juin 1887 à La Romagne. Fils de Paul Emile Devie et Marie Armande Delaitre.

Louis Aristide Devie est maintenu dans son emploi de temps de paix au titre des sections de campagne de la compagnie des chemins de fer de l’Est du 2 août 1914 au 23 octobre 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 207 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6361616, Historique du 82e R. A. L., Paris : H. Charles-Lavauzelle, 1920, 19 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-320813, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6361616, Historique du 82e R. A. L., Paris : H. Charles-Lavauzelle, 1920, 19 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-320813, consultable en ligne sur Gallica.

Devie, Lucien Jude, ouvrier agricole, classe de mobilisation 1893, n° matricule du recrutement 365[1], né le 15 avril 1873, fils naturel d’Eugénie Arthémise Deville.

Lucien Jude Devie est mobilisé au 5e régiment d’artillerie à pied au 16 avril 1916, puis rejoint le 82e régiment d’artillerie lourde. Il est affecté au 30 avril 1917 au 83e régiment d’artillerie lourde, revient au 82e le 3 octobre avant d’être versé le 21 décembre de la même année au 9e régiment d’artillerie à pied. Blessé le 9 avril 1916 à son poste de combat, il est cité à l’ordre de l’armée : « Bon soldat, courageux, très brave au feu. A été blessé à son poste de combat le 9 avril 1916. » Son congé de démobilisation intervient le 11 janvier 1919.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1187 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

Barrette Dixmude de la croix de guerre 1914-1918 (palme de bronze).
Barrette Dixmude de la croix de guerre 1914-1918 (palme de bronze).

Médaille interalliée commémorative de la première guerre mondiale dite de la victoire (avers).
Médaille interalliée commémorative de la première guerre mondiale dite de la victoire (avers).

Devie, Paul Alfred, cultivateur, classe de mobilisation non indiquée, n° de matricule du recrutement 621[1], décoré de la médaille de la victoire le 23 février 1935, carte du combattant délivrée le 5 novembre 1927, né le 5 septembre 1882 à La Romagne, fils de Gustave Omer Devie et de Marie Emma Célestine Collet.

Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6348015, Le 1er Régiment de marche de zouaves dans la Grande Guerre 1914-1919, Marseille : Imprimerie Ferran jeune, [vers 1920], 78 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-179937, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6348015, Le 1er Régiment de marche de zouaves dans la Grande Guerre 1914-1919, Marseille : Imprimerie Ferran jeune, [vers 1920], 78 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-179937, consultable en ligne sur Gallica.

Paul Alfred Devie, mobilisé au 132e d’infanterie, est passé à la 6e section de COA[2] le 3 mars 1918 et au 1er régiment de zouaves le 6 mai 1918, puis au 355e régiment d’infanterie. Il a participé à une campagne contre l’Allemagne du 12 août 1914 au 4 mars 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 169 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

[2] Commis et ouvriers militaires d’administration.


Ce timbre qui commémore la mobilisation générale du 2 août 1914 montre l'abandon de la moisson par les paysans et le défilé des soldats dans les rues.
Ce timbre qui commémore la mobilisation générale du 2 août 1914 montre le défilé des soldats dans les rues et l’abandon de la moisson par les paysans.

Devie, Paul Emile, domestique de culture, puis découpeur, conducteur d’automobiles, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 188[1], né le 26 janvier 1886 à La Romagne, fils de Paul Emile Devie et de Marie Armande Delaitre.

Paul Emile Devie a participé à une campagne contre l’Allemagne du 2 août 1914 au 11 novembre 1918, au réseau de la Compagnie des chemins de fer de l’Est.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 200 série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Le 106e régiment d'infanterie a le droit de porter la fourragère aux couleurs de la médaille militaire.
Le 106e régiment d’infanterie porte la fourragère aux couleurs du ruban de la médaille militaire.

Devie, Paul Henri, boulanger, classe de mobilisation 1888, n° matricule du recrutement 347[1], né le 21 janvier 1868 à La Romagne, fils naturel d’Eugénie Arthémise Devie.

Paul Henri Devie, parti pour le 106e régiment d’infanterie, rejoint la 6e section des COA[2]. Il est renvoyé dans ses foyers le 19 avril 1915.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1138 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

[2] Commis et ouvriers militaires d’administration.


Ceux de 14 est un recueil de Maurice Genevoix qui comprend plusieurs récits (Sous Verdun, Nuits de guerre, Au seuil des guitounes, La Boue, Les Éparges).
Ceux de 14 est un recueil de Maurice Genevoix qui comprend plusieurs récits (Sous Verdun, Nuits de guerre, Au seuil des guitounes, La Boue, Les Éparges).

Douce Jean Baptiste Emile, ouvrier agricole, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 136[1], né le 21 novembre 1890 à La Romagne, fils de Pierre Louis Isaie Douce et de Marie Estelle Miclet.

Jean Baptiste Emile Douce, tué à l’ennemi le 1e juin 1917, est cité pour son action héroïque sur le monument aux morts de la Romagne.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 234 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


La Compagnie des chemins de fer de l'Est a édité cette affiche pour commémorer la victoire de Verdun.
La Compagnie des chemins de fer de l’Est a édité cette affiche pour commémorer la victoire de Verdun.

Dupont, Jean Baptiste Hippolyte, ouvrier agricole, classe de mobilisation 1894, n° matricule du recrutement 1908[1], né le 15 avril 1874 à La Romagne, fils de Jean Louis Ernest Dupont et Marie Zoé Charbonneaux.

Jean Baptiste Hippolyte Dupont a été maintenu à son emploi de temps de paix au titre des sections de chemins de fer de campagne du 2 août 1914 au 5 janvier 1919.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1201 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

Catégories
Guerre mondiale (1914-1918) Militaires

Les natifs de La Romagne mobilisés en 1914-1918 (G-L)


Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6350372, Historique du 30e régiment de dragons : campagne 1914-1918, Nancy ; Paris ; Strasbourg : Berger-Levrault, [19..], 36 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-180401, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6350372, Historique du 30e régiment de dragons : campagne 1914-1918, Nancy ; Paris ; Strasbourg : Berger-Levrault, [19..], 36 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-180401, consultable en ligne sur Gallica.

Gingembre, Emile, boucher (« sait tuer »), classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 1825[1], né le 8 octobre 1889 à La Romagne, fils d’André Emile Gingembre et de Marie Aline Ronsin.

Emile Gingembre, mobilisé au 30e régiment de dragons, passe au 1er génie à Versailles le 7 janvier 1916 puis au 21e génie le 1er avril 1918. Il a été démobilisé le 27 juillet 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 221 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Grade de caporal-chef ou brigadier-chef.
Le grade de caporal-chef ou brigadier-chef a remplacé celui de caporal-fourrier.

Gosset, Emile Fernand, instituteur, classe de mobilisation 1898, n° matricule du recrutement 2135[1], né le 24 janvier 1879 à La Romagne, fils de Jean Nicolas Joseph Emile Gosset et d’Anne Philomène Trébuchet.

Grade de sergent-chef.
Le grade de sergent-chef a remplacé ceux de sergent-fourrier et de sergent-major.

Emile Fernand Gosset, en unité combattante du 5 août 1914 au 18 février 1918, a été promu caporal-fourrier le 26 juin 1915, sergent-fourrier le 26 janvier 1916, puis sergent-major le 27 juin 1916. Il a été affecté au 9e bataillon du 135e régiment d’infanterie le 14 février 1918 puis au 9ème bataillon du 43ème régiment d’infanterie. Son congé de démobilisation a eu lieu le 20 janvier 1919.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1156 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Le monument aux morts d'Aubérive honore le 103e régiment d'infanterie.
Le monument aux morts d’Aubérive honore le 103e régiment d’infanterie.

Hézette, Louis Julien, manœuvrier puis meuleur, classe de mobilisation 1898, n° matricule du recrutement 796[1], né le 20 mai 1881 à La Romagne, fils de Philomen Paulin Hezette et de Marie Catherine Léa Boudsocq.

Louis Julien Hézette est en unité combattante au 255e régiment, du 3 août 1914 au 13 avril 1916, puis du 9 août 1916 au 27 juillet 1918. Il est ensuite affecté au 103e régiment d’infanterie, où il se trouve du 9 septembre 1918 au 11 novembre. Il se rengage à la fin de la guerre.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 161 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Médaille commémorative de la guerre 1914-1918 (avers).
Médaille commémorative de la guerre 1914-1918 (avers).

Lacour, Marcel Georges, ouvrier agricole, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 2184[1], décoré de la médaille de la victoire, de la médaille commémorative française de la Grande Guerre et de la médaille militaire (par décret du 9 juillet 1928), né le 6 novembre 1880 à La Romagne, fils d’Auguste Lacour et de Florestine Dela.

Barrette Dixmude de la médaille interalliée commémorative de la première guerre mondiale dite de la victoire.
Barrette Dixmude de la médaille interalliée commémorative de la première guerre mondiale dite de la victoire.

Marcel Georges Lacour, parti en 1901 dans le 16e régiment de dragons et envoyé dans la disponibilité le 22 septembre 1904, a rejoint par ordre de mobilisation générale la 6e légion de gendarmerie le 2 août 1914. Il s’y est rengagé après la première guerre mondiale. Il a été admis comme officier de carrière le 1er avril 1928.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1266 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

Barrette Dixmude de la médaille militaire.
Barrette Dixmude de la médaille militaire.

Médaille commémorative de la guerre 1914-1918 (revers).
Médaille commémorative de la guerre 1914-1918 (revers).

Lallement, Elie Abel Félicien, ouvrier maréchal-ferrant, puis maréchal-forgeron, classe de mobilisation 1902, n° matricule du recrutement 2093[1], décoré de la médaille de la victoire et de la médaille commémorative de la Grande Guerre, né le 1er juin 1889 à La Romagne, fils d’Arsène Lallement et de Marie Clotilde Eugénie Cugnart.

Médaille interalliée commémorative de la première guerre mondiale dite de la victoire (revers).
Médaille interalliée commémorative de la première guerre mondiale dite de la victoire (revers).

Emile Abel Félicien Lallement, mobilisé au 3e régiment de cuirassiers, passe ensuite au 33e régiment d’artillerie (le 31 janvier 1916) puis au 49e régiment d’artillerie (le 8 décembre 1916). Du 25 décembre 1916 au 27 mai 1917, il est dirigé sur l’armée d’Orient, non combattante. Il passe au 115e régiment d’artillerie lourde avant d’être réaffecté au 49e (le 27 mai 1917), puis au 33e régiment d’artillerie (le 23 février 1918). Il est démobilisé le 13 février 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 224 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


La croix de guerre de 1914-1918 avec étoile de bronze correspond à une citation à l'ordre du régiment (ou de la brigade).
La croix de guerre 1914-1918 avec étoile de bronze correspond à une citation à l’ordre du régiment (ou de la brigade).

Lallement, Victor Elie, maréchal-ferrant, conducteur d’automobiles, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 193[1], décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze, né le 25 février 1886 à La Romagne, fils d’Arsène Lallement et de Marie Clotilde Eugénie Cugnart.

Barrette Dixmude de la croix de guerre 1914-1918 avec étoile de bronze.
Barrette Dixmude de la croix de guerre 1914-1918 avec étoile de bronze.

Victor Elie Lallement est cité à l’ordre du 155e régiment d’infanterie du 28 novembre 1918 : « soldat brave et dévoué, a toujours donné entièrement satisfaction dans l’accomplissement de ses fonctions et principalement pendant les combats offensifs d’août et septembre 1918 ».


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 200 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6336275, Labrousse-Fonbelle, Louis-Jean-François, Le 61e Régiment d'artillerie de campagne : du 1er août 1914 au 23 juillet 1919, Nancy : Berger-Levrault ; Metz : T. Schneider, 1920, 64 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-181980, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6336275, Labrousse-Fonbelle, Louis-Jean-François, Le 61e Régiment d’artillerie de campagne : du 1er août 1914 au 23 juillet 1919, Nancy : Berger-Levrault ; Metz : T. Schneider, 1920, 64 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-181980, consultable en ligne sur Gallica.

Lambert, Auguste Julien, ouvrier agricole puis poseur au service des voies, classe de mobilisation 1902, carte du combattant n° 7734, n° matricule du recrutement 1351[1], né le 25 juin 1893 à La Romagne, fils de Jules Emile Lambert et de Marie Léontine Fétrot.

Auguste Julien Lambert a été incorporé au 61e régiment d’artillerie de campagne puis au 13e régiment d’artillerie de campagne le 1e juillet 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 270 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

Le Bleuet de France est une œuvre caritative intégrée à l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre. La fleur des champs bien connue des ouvriers agricoles est aujourd'hui un symbole du souvenir.
Le Bleuet de France est une œuvre caritative intégrée à l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre. La fleur des champs bien connue des ouvriers agricoles est aujourd’hui un symbole du souvenir.

Plus de cent ans après, les entonnoirs résultant d'explosions de mines sont toujours visibles aux Éparges.
Plus de cent ans après, les entonnoirs résultant d’explosions de mines sont toujours visibles aux Éparges.

Lambert, Auguste Ulysse, domestique de culture, puis jardinier, classe de mobilisation 1904, n° matricule du recrutement 162[1], carte du combattant délivrée le 28 février 1930, né le 10 avril 1890 à La Romagne, fils de Jules Emile Lambert et de Marie Léontine Fétrot.

Auguste Ulysse Lambert, mobilisé au 132e d’infanterie, est fait prisonnier aux Éparges le 8 mai 1915. Il est évacué par le centre de rapatriement de Nancy et arrive au dépôt transition isolé de la 6e région le 16 décembre 1918, selon un avis du 132e régiment d’infanterie du 14 janvier 1919. Son congé de démobilisation débute le 17 juillet 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 234 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Lange, Pierre Arthur, cultivateur, classe de mobilisation 1887, n° de matricule du recrutement 123[1], né le 29 juillet 1867 à La Romagne, fils d’Auguste Lange et d’Aglaé Eliacime Larmigny.

Cet insigne du Bleuet de France rappelle l’uniforme bleu horizon des jeunes recrues.
Cet insigne du Bleuet de France rappelle l’uniforme bleu horizon des jeunes recrues.

Pierre Arthur Lange, parti le 10 novembre 1888 au 37e régiment d’infanterie, caporal maître-armurier le 25 septembre 1890, rappelé par ordre du 1e août 1914, puis libéré le 2 septembre 1914, est resté en pays envahi pendant toute la durée de l’occupation allemande.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R1128 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Cette émission philatélique commémore le centenaire de la mobilisation générale.
Cette émission philatélique commémore le centenaire de la mobilisation générale du 2 août 1914.

Larchet, Alfred Zéphirin, manœuvrier, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 632[1], décoré de la médaille militaire et de la croix de guerre avec palme, né le 29 avril 1882 à La Romagne, fils de Léon Ponce Larchet et de Désirée Lebrun.

Cette enveloppe premier jour a été émise à l'occasion du cinquantenaire de la croix de guerre 1914-1918.
Cette enveloppe a été émise pour le cinquantenaire 1915-1965 de la croix de guerre 1914-1918.

Alfred Zéphirin Larchet a été cité à l’ordre du régiment par décision 1218 du grand quartier général le 31 juillet 1915 : « A eu les pieds gelés à la suite d’un séjour prolongé dans les tranchées. Il a été amputé du pied gauche et a subi la désarticulation du gros orteil droit. S’est toujours bien conduit, très bon soldat sous tous les rapports ». Il a fait une campagne contre l’Allemagne du 12 août 1914 au 29 avril 1916.

Médaille militaire (revers).

[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 169 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Les Éditions Terres Ardennaises et le Geschichtsverein des Kreises Euskirchen e.V. ont publié ce livre sur l'occupation allemande dans les Ardennes en 1914-1918.
Terres Ardennaises et le Geschichtsverein des Kreises Euskirchen e.V. ont publié ce livre sur l’occupation allemande dans les Ardennes pendant la première guerre mondiale.

Ledouble, Jean Baptiste Jules, sans profession, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 2256[1], né le 31 août 1892 à La Romagne, fils de Jean Baptiste Ovide Ledouble et de Marie Catherine Brodier.

Jean Baptiste Jules Ledouble est exempté de service militaire. Il est pris dans les lignes allemandes le 28 août 1914 et sera délivré de l’occupation le 6 novembre 1918.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 259 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Une croix de guerre pour citation à l'ordre du corps d'armée se distingue par une étoile vermeil.
Une croix de guerre pour citation à l’ordre du corps d’armée se distingue par une étoile vermeil.

Legros, Victor Auguste, boulanger, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 112[1], décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze, né le 1er novembre 1883 à La Romagne, fils de Charles Adolphe Auguste Legros et de Maria Devie.

Victor Auguste Legros a rejoint la 3e section de COA[2] le 15 décembre 1915. Il est affecté au 5e régiment d’infanterie le 23 avril 1916, est incorporé au 35e régiment d’infanterie le 25 septembre 1916, au 242e régiment d’infanterie le 15 décembre 1916, puis au 372e régiment d’infanterie le 30 septembre 1917. Il a fait une campagne contre l’Allemagne du 3 août 1914 au 27 mars 1919. Il est cité à l’ordre du régiment n° 484 du 21 juin 1918 : « Très bon sous-officier au cours de l’attaque du 10 juin 1918, a fait preuve de la plus belle endurance et d’une énergie remarquable ». Son congé de démobilisation date du 27 mars 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 177 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

[2] Commis et ouvriers militaires d’administration.


Le Kronprinz (prince héritier) a dirigé l'occupation des Ardennes en 1914-1918 depuis son quartier général à Charleville.
Le Kronprinz (prince héritier) a dirigé l’occupation des Ardennes en 1914-1918 depuis son quartier général à Charleville.

Lelong, Jules Alcide, cultivateur, classe de mobilisation 1889, n° matricule du recrutement 1502[1], né le 16 octobre 1869 à La Romagne, fils de Jean Baptiste Joseph Lelong et de Zélie Canneaux.

Jules Alcide Lelong, mobilisé, est dégagé de ses obligations militaires le 2 septembre et pris dans les lignes allemandes à La Romagne le 9 septembre 1914. Il a participé à une campagne contre l’Allemagne du 1e août au 2 septembre 1914.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1151 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

Catégories
Guerre mondiale (1914-1918) Militaires

Les natifs de La Romagne mobilisés en 1914-1918 (M-Z)


Affiche de la Compagnie des chemins de fer de l'Est pour les Ardennes françaises.
Affiche de la Compagnie des chemins de fer de l’Est pour les Ardennes françaises.

Macquin, Brice Adolphe, menuisier puis épicier, classe de mobilisation 1900, n° matricule du recrutement 1013[1], né le 8 mai 1884 à La Romagne, fils de François Aristide Macquin et de Marie Sidonie Brodier.

Brice Adolphe Macquin a été maintenu à son emploi de temps de paix au titre des sections de chemins de fer de l’Est. Il a fait une campagne contre l’Allemagne du 2 août 1914 au 20 mars 1919. Il n’a pas sollicité la carte de combattant.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 185 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Le 16e régiment de dragons a occupé la caserne Jeanne-d'Arc à Reims jusqu'en 1914.
Le 16e régiment de dragons a occupé la caserne Jeanne-d’Arc à Reims jusqu’en 1914.

Macquin, Joseph Emile, cultivateur, classe de mobilisation 1906, n° matricule du recrutement 157[1], né le 27 mars 1890 à La Romagne, fils de François Aristide Macquin et Marie Sidonie Brodier.

Joseph Emile Macquin est au 16e régiment de dragons puis au 9e de dragons, avant de rejoindre le 1er groupe de remonte. Il est touché à la joue gauche et au thorax par éclats d’obus le 9 janvier 1918 : « Grenadier d’élite, blessé à son poste qu’il a occupé avec beaucoup de décision et courage sous un bombardement très violent (certificat n°21/4 par ordre du régiment n°27 au 1er février 1918) ». Il a fait une campagne contre l’Allemagne du 2 août 1914 au 29 mai 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 234 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Portrait en uniforme de Paul Eugène Macquin, parti le 12 novembre 1895 au 161e régiment d'artillerie (collection privée, avec l'aimable autorisation de monsieur Raphaël Lacaille).
Portrait de Paul Eugène Macquin, parti le 12 novembre 1895 au 161e régiment d’artillerie (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Raphaël Lacaille).

Macquin, Paul Eugène, vannier, classe de mobilisation 1891, n° matricule du recrutement 1882[1], né le 1er mars 1874 à La Romagne, fils d’Antoine Jude Macquin et de Marie Elvire Devie.

Paul Eugène Macquin est mobilisé au 46e régiment territorial d’infanterie. Il effectue une campagne contre l’Allemagne du 1er août 1914 au 22 novembre 1914. Il est libéré des obligations militaires comme père de six enfants. Il sera rappelé le 5 mars 1915 au 46e régiment d’infanterie territoriale mais sera renvoyé dans ses foyers à la même date.

Le monument aux Morts des 132e, 332e et 46e d’infanterie a été transféré en 1933 place-Léon Bourgeois.
Le monument aux Morts des 132e, 332e et 46e d’infanterie a été transféré en 1933 place Léon-Bourgeois à Reims.

[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1201 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Pendant la première guerre mondiale, le cheval ardennais est très sollicité pour tirer les chariots d'artillerie (photographie d'illustration).
Pendant la première guerre mondiale, le cheval ardennais est très sollicité pour tirer les chariots d’artillerie (photographie d’illustration).

Marandel, Célestin Alfred, maréchal-ferrant, classe de mobilisation 1890, n° matricule du recrutement 403[1], né le 28 octobre 1870, fils de Jean Louis Marandel et de Marie Ernestine Millet.

Célestin Alfred Marandel est convoqué dès la mobilisation à la commission de réquisition des chevaux et voitures du camp de Châlons, puis libéré le 12 août 1914. Il reste ensuite en pays envahi pendant toute l’occupation allemande.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1159 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Grade de caporal ou brigadier.
Grade de caporal ou brigadier.

Marandel, Ernest Florentin, classe de mobilisation 1894, boulanger (« sait cuire »), n° matricule du recrutement n° 1896[1], né le 4 janvier 1874 à La Romagne, fils de Jean Louis Marandel et de Marie Ernestine Millet.

Ernest Florentin Marandel, caporal depuis le 1e décembre 1897, est mobilisé à la 6e section de COA[2], passe ensuite à la 1ère section de COA le 1er février 1916, puis à la 17ème section de COA le 16 mars 1917. Il effectue une campagne contre l’Allemagne du 3 août 1914 au 10 janvier 1919.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1201 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

[2] Commis et ouvriers militaires d’administration.


Affiche de la Compagnie des chemins de fer de l'Est pour la destination de Charleville.
Affiche de la Compagnie des chemins de fer de l’Est pour la destination de Charleville.

Mauroy, Frédéric Henri, manœuvrier, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 239[1], né le 31 octobre 1887 à La Romagne, fils de Louis Alfred Mauroy et de Marie Léonie Devie.

Frédéric Henri Mauroy est maintenu dans son emploi de temps de paix au titre des sections des chemins de fer de campagne du 2 août 1914 au 23 octobre 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 207 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


L'Agence internationale des prisonniers de guerre est un service du CICR (Comité international de la Croix-Rouge) fondé en 1914.
L’Agence internationale des prisonniers de guerre est un service du CICR (Comité international de la Croix-Rouge) fondé en 1914.

Mauroy, Henri Alphonse, menuisier en voitures puis charron carrossier, industriel, permis de conduire 8178 (toutes voitures) classe de mobilisation 1900, n° matricule du recrutement 1001[1], né le 28 juin 1884 à La Romagne, fils de Napoléon Mauroy et d’Irma Varlet. 

Henri Alphonse Mauroy est mobilisé au 5e régiment d’artillerie à pied. Il est fait prisonnier à Givet[2] le 26 août 1914 et passe sa captivité à Konigsbrück. Il est rapatrié le 28 décembre 1918 puis rejoint le 5e régiment d’artillerie en janvier 1919. Il a fait une campagne contre l’Allemagne du 2 août 1914 au 18 mars 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 185 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne. Voir aussi les archives départementales des Ardennes, 3R2 160 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 3R = anciens combattants et victimes de guerre].

[2] Le dossier d’ancien combattant dit « à Longwy ».


Un entonnoir (ici sur la crête des Éparges) est une cavité artificielle creusée par des mines ou des obus.
Un entonnoir (ici sur la crête des Éparges) est une cavité artificielle creusée par des mines ou des obus.

Mauroy, Louis Emile, couvreur puis plombier, conducteur d’automobiles, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 356[1], né le 9 mai 1881 à La Romagne, fils de Napoléon Mauroy et d’Irma Varlet.

Louis Emile Mauroy est mobilisé au 132e Régiment d’infanterie. Caporal le 24 mars 1915, il est détaché à la maison Barthe à Toulouse le 10 mars 1916. Il passe au 23e régiment d’artillerie le 1er juillet 1917. Il est détaché une seconde fois le 25 février 1918 dans une fabrique de Pont-de-Claix (Isère). Il passe le 28 février au 147e régiment d’infanterie. Il, est blessé aux Éparges le 5 avril 1915 par balle au coude gauche. Son congé de démobilisation date du 2 mars 1919.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1272 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6347738, Historique du 37e régiment territorial d'infanterie pendant la guerre 1914-1918, Nancy ; Paris ; Strasbourg : Berger-Levrault, [19..], 18 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-179772, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6347738, Historique du 37e régiment territorial d’infanterie pendant la guerre 1914-1918, Nancy ; Paris ; Strasbourg : Berger-Levrault, [19..], 18 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-179772, consultable en ligne sur Gallica.

Mauroy, Louis Paul, garçon charcutier, classe de mobilisation 1896, n° matricule du recrutement 392[1], décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze, né le 13 juillet 1876 à La Romagne, fils de Pierre Evangéliste Mauroy et de Marie Léa Bolle.

Commémoration philatélique du centenaire de la croix de guerre.
Commémoration philatélique du centenaire de la croix de guerre 1914-1918.

Louis Paul Mauroy est mobilisé au 37e territorial d’infanterie. Ensuite, il passe au 204e régiment d’infanterie le 28 janvier 1915, puis au 27e régiment d’infanterie territoriale le 17 juin 1917. Il a été blessé le 14 juin 1915 à Notre-Dame-de-Lorette (plaies par éclats d’obus). Il a été cité à l’ordre du régiment n° 131 en date du 21 octobre 1917. Son congé de démobilisation date du 27 janvier 1919.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1220 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6347911, Historique du 6e escadron du train des équipages militaires. Campagne 1914-1918, Châlons-sur-Marne : Impr. A. Robat, 1922, 24 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-181186, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6347911, Historique du 6e escadron du train des équipages militaires. Campagne 1914-1918, Châlons-sur-Marne : Impr. A. Robat, 1922, 24 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2012-181186, consultable en ligne sur Gallica.

Mauroy Paulin Pierre, charpentier, classe de mobilisation 1898, n° matricule du recrutement 2190[1], né le 19 avril 1878 à la Romagne, fils de Pierre Evangéliste Mauroy et de Marie Léa Bolle.

La garde mobile de la Marne est l'ancêtre de l'infanterie territoriale développée pendant la première guerre mondiale.
La garde nationale mobile est l’ancêtre de l’infanterie territoriale développée pendant la première guerre mondiale.

Paulin Pierre Mauroy rejoint tout d’abord le 6e escadron du train, puis est détaché auprès de la maison A. Masson : matériel de guerre du génie, rue Preuilly à Auxerre. II passe au 46e régiment d’infanterie le 1er juillet 1917. Il est en congé de démobilisation le 27 février 1919. Il a effectué une campagne contre l’Allemagne du 4 août 1914 au 1er décembre 1915.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1 R 1246 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6216971, 9e Régiment du génie : historique de la compagnie 6/1 pendant la guerre 1914-1918, Nancy ; Paris ; Strasbourg : Imprimerie Berger-Levrault, [19..], 16 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-320394, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6216971, 9e Régiment du génie : historique de la compagnie 6/1 pendant la guerre 1914-1918, Nancy ; Paris ; Strasbourg : Imprimerie Berger-Levrault, [19..], 16 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-320394, consultable en ligne sur Gallica.

Millet, Irénée Alfred, ouvrier agricole, classe de mobilisation 1890, n° matricule du recrutement 400[1], né le 21 avril 1870, fils de François Xavier Millet et d’Elisabeth Esther Deville.

Irénée Alfred Millet a été mobilisé, alors que son pays était envahi. Il rejoint le 9e régiment de génie le 7 septembre 1914. Il est renvoyé dans ses foyers en décembre 1914, mais est rappelé toujours au 9e régiment du génie à partir d’avril 1915. Il passe ensuite au 1er puis au 5e avant d’être affecté au 37e régiment d’infanterie en novembre 1917, pour être ensuite détaché agricole compagnie B à la préfecture de Troyes (Aube). Il est renvoyé dans ses foyers le 1er décembre 1918. Il a effectué des campagnes contre l’Allemagne du 3 août 1914 au 12 décembre 1914 puis du 1er Avril au 26 août 1917.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1159 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6253889, 6e Groupe d'artillerie à pied d'Afrique : historique du corps pendant la campagne contre l'Allemagne 1914-1919, Alger : impr de Imbert, [19..], 76 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-320980, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6253889, 6e Groupe d’artillerie à pied d’Afrique : historique du corps pendant la campagne contre l’Allemagne 1914-1919, Alger : impr de Imbert, [19..], 76 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-320980, consultable en ligne sur Gallica.

Millet, Edmond Abel, ouvrier agricole, classe de mobilisation 1895, n° matricule du recrutement 736[1], né le 27 février 1877 à La Romagne, fils de François Xavier Millet et d’Elisabeth Esther Deville.

Edmond Abel Millet a d’abord été mobilisé au 5e régiment d’artillerie à pied. Il passe ensuite au 6e groupe d’artillerie à pied d’Afrique puis au 10e régiment d’artillerie à pied. Son congé de démobilisation commence le 31 janvier 1919.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1232 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Le lundi 21 février 1916 à 7 h 15, un déluge de feu s'abat sur Verdun.
Le lundi 21 février 1916 à 7 h 15, un déluge de feu s’abat sur Verdun.

Noël, Jean-Baptiste Hubert, ouvrier agricole puis mécanicien sur locomotive, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 127[1], décoré de la croix de guerre, carte du combattant n° 11388 délivrée le 28 mars 1935, né le 7 juin 1885 à La Romagne, fils de Pierre Emile Noël et de Clémence Mauroy.

Le fort de Vaux est aujourd'hui un lieu mémoriel (jeton frappé par la Monnaie de Paris).
Le fort de Vaux est aujourd’hui un lieu mémoriel (jeton frappé par la Monnaie de Paris).

Jean Baptiste Hubert Noël est mobilisé au 19e régiment de chasseurs (le 3 août 1914). Ensuite, il passe au 10e régiment de chasseurs (le 17 février 1915), au 4e régiment des chasseurs d’Afrique (le 31 juillet 1915), au 97e régiment d’infanterie (le 7 septembre 1915), au 152e régiment d’infanterie (le 9 novembre 1916), et enfin au 68e régiment d’artillerie (le 18 septembre 1917). Il est cité à l’ordre du 152e régiment d’infanterie n° 100 en date du 14 juin 1917 : « Fusilier mitrailleur d’un courage et d’un sang-froid au-dessus de tout éloge. S’est distingué d’une façon toute particulière le 28 mai 1917 pendant l’attaque et au moment de la contre-attaque ». Il a été blessé par éclats d’obus à Vaux (Meuse).


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 193 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

Barrette Dixmude de la croix de guerre 1914-1918.
Barrette Dixmude de la croix de guerre 1914-1918.

Carte illustrée allemande de 1914-1918 par Wilhelm-Rögge (1870-1946).
Carte postale allemande du dessinateur de presse Wilhelm-Rögge (1870-1946).

Pagnié, Antoine Elie, cultivateur, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 192[1], né le 16 février 1888 à La Romagne, fils de Jules Pagnié et de Marie Adeline Alixe Noiret.

Antoine Elie Pagnié été convoqué à la mobilisation générale puis renvoyé dans ses foyers le 18 août 1914. Rappelé le 7 novembre 1914, il n’a pas rejoint son régiment : il est présumé être resté en pays envahi, pris dans les lignes allemandes à La Romagne le 28 août 1914 (selon l’avis de la gendarmerie de Chaumont-Porcien en date du 1er mai 1919).


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 215 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Archives municipales de Toulouse, 16Fi22/63, vue intérieure du bâtiment de l'usine de produits explosifs, dite la Poudrerie nationale, photographie consultable en ligne.
Archives municipales de Toulouse, 16Fi22/63, vue intérieure du bâtiment de l’usine de produits explosifs, dite la Poudrerie nationale, ouvrières en habit de travail blanc avec coiffe, photographie numérisée consultable en ligne.

Pagnié, Frédéric Lucien, cultivateur puis propriétaire éleveur, classe de mobilisation 1897, n° matricule du recrutement 315[1], né le 24 septembre 1885 à La Romagne, fils de Jules Pagnié et de Marie Adeline Noiret.

Frédéric Lucien Pagnié est mobilisé au régiment d’infanterie de Toulouse (ville dans laquelle il réside alors). Il est ensuite au 57e régiment d’artillerie, puis détaché à la poudrerie de Toulouse avant d’être au 14e régiment d’infanterie (le 1er juillet 1917). Il est démobilisé le 4 avril 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 193 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6216904, Historique du 14e régiment d'infanterie, Toulouse : Imprimerie et librairie Edouard Privat, 1920, 110 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-324147, consultable en ligne sur Gallica.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6216904, Historique du 14e régiment d’infanterie, Toulouse : Imprimerie et librairie Edouard Privat, 1920, 110 p., texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-324147, consultable en ligne sur Gallica.

La Fondation des aveugles de guerre redonne l'espoir aux victimes de confits qui ont perdu la vue.
La Fondation des aveugles de guerre redonne l’espoir aux victimes de confits qui ont perdu la vue.

Petitti, François Désiré, patron boulanger, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 2288[1], né le 18 septembre 1884 à La Romagne, fils de Bernard Petitti et de Marie Angèle Dupont.

François Désiré Petitti, borgne de l’œil droit, est tout d’abord exempté par la commission de réforme mais, le 26 mai 1917, il doit rejoindre la 22e section COA[2]. Il est placé ensuite en sursis du 15 janvier au 30 juin 1918. Mais ce sursis est annulé et il rentre au corps le 13 avril 1918. Il est démobilisé en mars 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 186 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

[2] Commis et ouvriers militaires d’administration.


Médaille des 46e, 132e et 332e régiments d'infanterie.
Médaille des 46e, 132e et 332e régiments d’infanterie.

Roncin, Calixte Sulpice, maréchal-ferrant, classe de mobilisation 1894, n° matricule du recrutement 1887[1], né le 2 novembre 1874, fils de Chrysostome Sulpice Roncin et de Stéphanie Fressencourt.

Calixte Sulpice Roncin, mobilisé au 46e territorial d’infanterie, est libéré le 20 août 1914. Il a effectué une campagne contre l’Allemagne du 3 août 1914 au 20 août 1914. Il est décédé le 15 août 1917 à Labry (Meurthe et Moselle).


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 1R 1201 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Croix de guerre 1914-1918 (revers).
Croix de guerre 1914-1918 (revers).

Sinet, Jules, ouvrier agricole, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 17[1], décoré de la croix de guerre avec une citation à l’ordre du régiment, carte du combattant n° 10158, né le 24 mai 1879 à La Romagne, fils de Paulin Sinet et de Marie Olive Lelong.

Chemin de fer industriel de la plaine Saint-Denis et d'Aubervilliers.
Chemin de fer industriel de la plaine Saint-Denis et d’Aubervilliers.

Jules Sinet est mis en sursis d’appel (prolongé jusqu’au 31 janvier 1917) au titre de la société anonyme du chemin de fer industriel de la plaine Saint-Denis et d’Aubervilliers. Il est ensuite détaché au 19e régiment de chasseurs à cheval, puis au 72e régiment d’infanterie comme éclaireur monté. Il est démobilisé le 30 janvier 1919. Il a obtenu une citation : « A, sous un bombardement d’une extrême violence, assuré la liaison avec un bataillon engagé dans des circonstances particulièrement difficiles ».


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 149 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.


Le Souvenir français est une association créée en 1887 qui entretient la mémoire des soldats morts pour la France.
Le Souvenir français entretient la mémoire des soldats morts pour la France.

Vuilmet, Lucien Hubert, vannier, classe de mobilisation non indiquée, n° matricule du recrutement 1009[1], né le 18 mai 1884 à La Romagne, fils de Pierre Marcellin Vuilmet et d’Appolline Adoxie Noël.

Lucien Hubert Vuilmet a été maintenu dans son emploi de temps de paix au titre des sections des chemins de fer de l’Est. Il a effectué une campagne contre l’Allemagne du 2 août 1914 au 20 mars 1919.


[1] Archives départementales des Ardennes, 1R 185 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 1R = préparation militaire et recrutement de l’armée, mobilisation, recensement des classes], registre matricule consultable en ligne.

Catégories
Guerres napoléoniennes (1800-1815) Militaires

Les soldats natifs de La Romagne dans les guerres napoléoniennes (1800-1815)


Fondation Napoléon.
La Fondation Napoléon et son site d’histoire napoleon.org.

Le bicentenaire de la mort de l’Empereur sera bientôt commémoré au sein du label « 2021 année Napoléon » (soutenu par la Fondation Napoléon et le Souvenir napoléonien). En hommage à la bataille d’Austerlitz (11 frimaire an XIV, soit le lundi 2 décembre 1805), le blog laromagne.info évoque les soldats romanais qui ont participé aux guerres du Premier Empire.


Devie, Charles Louis, né à La Romagne [date inconnue], † le 22 septembre 1809 dans un hôpital de Vienne (Autriche) à la suite de fièvres, cuirassier au 7e régiment, 3e escadron, 7e compagnie[1].

Armoiries de Vienne (Autriche).
Armoiries de Vienne (Autriche).

[1] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ROMAGNE[LA]/E 12 [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ROMAGNE[LA]/E 12 = registres paroissiaux et d’état civil de La Romagne, an XI-1812], acte de décès, vue 28/43, consultable en ligne.


Devie, Jacques Innocent, né le 16 juin 1784 à la Romagne, † le 13 juin 1846 à La Romagne, fils d’Antoine Devie et de Marguerite Jonet, conscrit de l’an III. Il est au 45e régiment d’infanterie de ligne du 30 septembre 1813 au 24 février 1814[1].


[1] Service historique de la Défense, SHD/GR 21 YC 390 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YC = contrôles de la troupe, section 21 YC = infanterie de ligne, 1er à 156e régiment (1802-1815)].


Napoléon à la bataille d'Austerlitz par François Gérard.
Napoléon à la bataille d’Austerlitz par François Gérard.

Devie, Pierre, né le 7 septembre 1777 à La Romagne, fils de Charles Thomas Devie et de Madeleine Vitter, dragon au 10e régiment. Ses états de service montrent qu’il a parcouru l’Europe en participant aux campagnes d’Italie (Ans IV et V), de Hollande (an VIII). Il rejoint l’armée des côtes de l’Océan (an IX) et se bat à Austerlitz, Eylau et Friedland. Il est même allé en Espagne (Benavente), où il a été blessé au bras gauche, ce qui a mis un terme à sa carrière. Il revient ensuite vivre dans son village (où il se marie) après 16 ans, 4 mois, 4 jours de service[1].

La Bataille de Friedland par Horace Vernet.
La Bataille de Friedland par Horace Vernet.

[1] Service historique de l’armée de terre [devenu le département terre du Service historique de la Défense], GR 2 YF 22041 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YF = dossiers de pensions militaires, section 2 YF = pensions (1801-1817)].


Dupont, Jean-Pierre, né à La Romagne [date inconnue], † le 7 avril 1809 à Pampelune lors de la guerre d’indépendance espagnole, fusilier de la 1e compagnie du 3e bataillon du 28e régiment d’infanterie légère.

Blason communal de Pampelune (Espagne).
Blason communal de Pampelune (Espagne).

La Bataille d'Essling par Fernand Cormon.
La Bataille d’Essling par Fernand Cormon.

Hamel, Jean-Baptiste, né le 27 février 1774 à La Romagne, fils de Robert Hamel et Marie-Nicolle Langlet, volontaire dans le 3e bataillon de la légion des Ardennes le 15 septembre 1792. Il combat aux armées du Nord et de la Moselle de 1792 à l’an II, passe le 14 pluviôse an II dans le 4e régiment de cavalerie (4e régiment de cuirassiers en l’an XI), fait avec ce nouveau corps les guerres de l’an III à l’an IX aux armées de Sambre et Meuse, de Rhin et Moselle, d’Allemagne, du Danube, du Rhin et obtient le grades de brigadier et de maréchal des logis. En garnison à Metz pendant les ans XII et XIII, il sert pendant les campagnes de 1807, 1808 et 1809. Nommé maréchal des logis le 1er mars 1807, adjudant sous-officier le 1er mars 1809, sous-lieutenant puis lieutenant les 3 juin et 1e septembre de la même année. Attaché au corps d’observation de l’Elbe en 1812, fait capitaine le 17 juin de la même année, il a combattu à Essling et a été blessé de deux balles à Wagram. Il est admis à la retraite le 19 novembre1812. Il a été promu au grade de chevalier de la Légion d’honneur à dater du 14 juin 1804[1].

Bataille de Wagram par Horace Vernet.
Bataille de Wagram par Horace Vernet.

Médaille de la Légion d’honneur (avers).
Médaille de la Légion d’honneur (avers).

[1] Archives nationales, LH1261/39 [base de données Léonore, donnant accès aux dossiers nominatifs des personnes nommées ou promues dans l’ordre de la Légion d’honneur depuis 1802 et décédées avant 1977].

Médaille de la Légion d’honneur (revers).
Médaille de la Légion d’honneur (revers).

Hamel, Jean-Baptiste, né à La Romagne [date inconnue], fils de Pierre Hamel et Marguerite Bouillard, carabinier du 1er bataillon du 24e régiment d’infanterie légère tué à Bergfried sur le champ de bataille le 3 février 1807.  Cette bataille se passe lors de la quatrième coalition (1806-1807) entre les troupes dirigées par le maréchal Ney, le maréchal Augereau et le maréchal Soult et l’arrière-garde de Bennigsen, général en chef de l’armée russe d’origine allemande.  Le 24e régiment d’infanterie légère aborde parmi les premiers l’ennemi et essuie un certain nombre de pertes. Cette bataille précède de quelques jours la bataille d’Eylau[1].

Napoléon à la Bataille d'Eylau par Antoine-Jean Gros.
Napoléon à la Bataille d’Eylau par Antoine-Jean Gros.

[1] Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, microfiche, MFICHE 8-LC20-57, Laurent, Paul, « Chronique : les Ardennais morts dans les guerres de la République et de l’Empire (1792-1815) », in Revue historique ardennaise, Paris : A. Picard et fils, 1894-1914, tome cinquième, 1898, p. 336-344. [Nota bene : ce périodique bimestriel édité entre 1894 et 1914 est un titre mort. Il ne saurait être confondu avec la Revue historique ardennaise publiée depuis 1969 à Charleville-Mézières par la Fédération des sociétés savantes des Ardennes, la Société d’études ardennaises (devenue la Société d’histoire des Ardennes) et la Société d’histoire et d’archéologie du Sedanais].


Hamel, Jean-Baptiste, né à La Romagne [date inconnue], † le 13 octobre 1813 à la bataille de Leipzig lors de la sixième coalition à suite d’un coup de feu, carabinier à la compagnie du 1er régiment du train d’artillerie de la garde impériale.

Retraite des Français après la bataille de Leipzig le 19 octobre 1813 par François Louis Couché, dit Couché fils.
Retraite des Français après la bataille de Leipzig (le 19 octobre 1813), gravure de François Louis Couché, dit Couché fils.

Laroche, Jean-Baptiste, né le 2 janvier 1780 à La Romagne, † le 16 décembre 1806 à l’hôpital militaire de Split (actuelle Croatie) lors de la Campagne de Dalmatie, à la suite de fièvres, fils de Hubert Laroche et de Marie Sacré, conscrit de l’an IX, enrôlé à l’armée le 25 ventôse an XI, nommé caporal au 11e régiment d’infanterie de ligne, premier bataillon, 5e compagnie[1].

Comitat de Split-Dalmatie (Croatie).
Comitat de Split-Dalmatie (Croatie).

[1] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ROMAGNE[LA]/E 12 [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ROMAGNE[LA]/E 12 = registres paroissiaux et d’état civil de La Romagne, an XI-1812], acte de décès, vue 24/43, consultable en ligne. Voir aussi Service historique de la Défense, SHD/GR 21 YC 94 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YC = contrôles de la troupe, section 21 YC = infanterie de ligne, 1er à 156e régiment (1802-1815)].


Mauroy, Jean-Baptiste, né le 26 juillet 1771 à La Romagne, fils de Jean Baptiste Mauroy et Antoinette Bolle. Il a participé aux campagnes de 1809, 1810, 1811[1].


[1] Service historique de la Défense, SHD/GR 20 YC 143 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YC = contrôles de la troupe, section 20 YC = gardes consulaire, impériale et royale (1802-1815].


Mauroy, Nicolas François, né en 1778 à la Romagne [date précise inconnue, probablement avant le 11 mars], † le 29 octobre 1810 à l’hôpital Saint-Pierre extra muros à Pampelune (Espagne) à la suite de fièvres, fils de François Mauroy et d’Anne Marie Bolle, époux de Marie Charlotte Germain, nommé caporal le 18 avril 1810 au 50e régiment d’infanterie de ligne[1].

Napoléon recevant la capitulation de Madrid le 4 décembre 1808 par Antoine-Jean Gros (1810).
Napoléon recevant la capitulation de Madrid par Antoine-Jean Gros (1810).

[1] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ROMAGNE[LA]/E 12 [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ROMAGNE[LA]/E 12 = registres paroissiaux et d’état civil de La Romagne, an XI-1812], acte de décès, vue 39/43, consultable en ligne. Voir aussi Service historique de la Défense, SHD/GR 21 YC 420 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YC = contrôles de la troupe, section 21 YC = infanterie de ligne, 1er à 156e régiment (1802-1815)].


Millet, François, né le 18 août 1783 à La Romagne, † le 13 octobre 1830 à La Romagne, fils de Jean Baptiste Millet et de Marie Jeanne Hezette, marié à Marie Jeanne Alloy. Il intègre (du 15 décembre 1813 jusqu’au 23 janvier 1814) le 7e compagnie du 2e régiment d’éclaireurs [rattaché au régiment de dragons]. Puis il rejoint le bataillon des chasseurs à cheval de la ligne à compter du 21 juin 1814[1].


[1] Service historique de la Défense, SHD/GR 20 YC 155 [ensemble GR = guerre et armée de terre, série Y = archives collectives et individuelles du personnel, sous-série YC = contrôles de la troupe, section 20 YC = gardes consulaire, impériale et royale (1802-1815].


Thomas, François, né à La Romagne [date inconnue], † le 11 janvier 1810 dans un hôpital de Malines (Belgique) à la suite de fièvres, fusilier de la légion des Ardennes, 1e bataillon 8e compagnie[1].

Blason communal de Malines (Belgique).
Blason communal de Malines (Belgique).

[1] Archives départementales des Ardennes, EDEPOT/ROMAGNE[LA]/E 12 [série EDEPOT = archives communales déposées, sous-série ROMAGNE[LA]/E 12 = registres paroissiaux et d’état civil de La Romagne, an XI-1812], acte de décès, vue 32/43, consultable en ligne.

Catégories
Guerres napoléoniennes (1800-1815) Militaires

La Romagne et l’occupation russe après les guerres napoléoniennes


Armoiries de la Russie.
Blason de la Russie.

Bien que les Ardennes aient été très souvent ravagées par les conflits, le département n’a pas été un champ de bataille napoléonien. Cependant, la population locale a subi aussi bien le recrutement militaire par Napoléon Ier que l’occupation par les troupes d’Alexandre Ier de Russie. Dans les deux cas, La Romagne a payé son tribut.

Après les guerres napoléoniennes, dont le poids s’est fait sentir par des levées en masse et un moindre entretien des terres, la population endure à partir de 1814 la présence de l’armée impériale étrangère.

Portrait d'Alexandre Ier de Russie.
Portrait d’Alexandre Ier de Russie.

L’arrondissement de Rethel doit faire face au logement de la cavalerie de l’Empire russe, ce qui pose un véritable problème pour les cantons et les communes puisque, d’après le traité de Paris du 20 novembre 1815, le séjour des troupes doit durer 5 ans.

Au départ, ces dernières sont cantonnées dans différents villages (Asfeld, Doumely) et logent chez l’habitant. Cette situation ne peut pas durer, si bien que l’on établit des casernements en mettant la population à contribution : on lui demande notamment de « fournir les matériaux (principalement du bois) pour la construction des bâtiments[1] ». L’un des campements est établi à quelques kilomètres de La Romagne, non loin de Bégny.


[1] Jadart, Henri, « Mélanges : le casernement des troupes russes dans le canton d’Asfeld, en 1817 », in Revue historique ardennaise, Paris : A. Picard et fils, 1894-1914, tome neuvième, 1902, p. 300-304. [Nota bene : ce périodique bimestriel édité entre 1894 et 1914 est un titre mort. Il ne saurait être confondu avec la Revue historique ardennaise publiée depuis 1969 à Charleville-Mézières par la Fédération des sociétés savantes des Ardennes, la Société d’études ardennaises (devenue la Société d’histoire des Ardennes) et la Société d’histoire et d’archéologie du Sedanais].


Le général-comte Dupont de l'Étang, ministre de la Guerre.

Les Russes qui sont installés dans le canton de Chaumont-Porcien sont toujours présents en 1816, comme en témoigne le compte rendu établi lors d’une cérémonie de confirmation qui a lieu à Chaumont. En effet, le pro-vicaire et le curé de ce lieu, à la demande de l’évêque, se rendent auprès du lieutenant-colonel ennemi « pour le complimenter de sa part[1] ». Ces politesses induites par les autorités ecclésiastiques ne doivent pas faire oublier que, dans le même temps, le commandant de la IIe division du quartier général de Mézières adresse au ministre de la Guerre, le général-comte Dupont de l’Étang, une missive d’importance. Il s’y fait le porte-parole des souffrances des Ardennais car « les campagnes sont ruinées, les habitants battus, les autorités méconnues, avilies et courbées sous le fouet des Russes et de leurs alliés[2] ».


[1] Archives départementales de la Moselle, 29J 1355 [série J = archives privées, sous-série 29J = évêché de Metz (1093-1999)].

[2] Archives départementales des Ardennes, 7J 62 [série J = archives d’origine privée (entrées par voie d’achat, don, legs ou dépôt), sous-série 7J = collection Guelliot, érudit local].


Le IIIe corps de l’armée russe (soit environ 16 000 hommes et 800 chevaux) prend son cantonnement dans les arrondissements de Rethel, Vouziers, Sedan et Mézières. Ces troupes consomment une incroyable quantité de viande, de volailles, de fourrages et d’eau de vie : ils n’entendent pas se soumettre à des distributions réglées. Bien au contraire, ils se livrent à la rapine et au pillage !

Armoiries de l'Empire russe.
Armoiries de l’Empire russe.

Le dirigeant du cantonnement de Bégny exige que son entretien repose sur toutes les communes avoisinantes. Le maire de La Romagne, Louis Devie, reste imperméable aux diverses demandes de ce dernier, au point que le sous-préfet le menace (dans une lettre datée du 22 septembre 1817) de lui envoyer des troupes russes en cantonnement, s’il ne cède pas à son tour.

L’édile finit par obtempérer. Afin de stimuler sa coopération lors des demandes suivantes, les mêmes arguments sont employés pour que la commune participe : des voitures doivent convoyer des pierres destinées à la réalisation d’un chemin entre « la caserne et le magasin neuf » ; transporter du pain, ou encore de nombreux tonneaux d’eau de vie.

Quand ce ne sont pas des vivres qui sont réclamés, c’est du bois de chauffage qui est exigé, ou des contraintes liées à l’organisation d’un déménagement qui sont imposées (le capitaine commandant le casernement russe de Bégny devant rejoindre sa nouvelle affectation à Machault) !

Blason communal de Machault.
Le blason communal de Machault est gironné d’argent et de sable de dix pièces, chaque giron de sable chargé de trois croisettes recroisetées aussi d’argent ordonnées un deux dans le sens du giron ; au franc-quartier d’or chargé d’un lion aussi de sable, au bâton de gueules brochant en bande sur le tout.

L’année 1818 marque la fin de l’occupation russe et le déclin de la disette qui est présente dans tout l’arrondissement depuis plusieurs années, car les récoltes sont enfin abondantes dans tout le département.

Pièce de cinq roubles or de 1818 type Alexandre Ier de Russie (avers).
Aigle bicéphale russe, avers d’une pièce de cinq roubles or émise par Alexandre Ier en 1818.
Catégories
Guerre mondiale (1914-1918) Militaires

La Grande Guerre (1914-1918) à La Romagne


Le samedi 1er août 1914, à 16 heures, la guerre est déclarée. Le lendemain, tous les hommes de La Romagne en âge de l’être sont mobilisés et doivent rejoindre leurs régiments. Pour beaucoup d’entre eux, c’est le 332e régiment d’infanterie de Reims. Certains de ces mobilisés (principalement ceux qui sont cheminots à la Compagnie des chemins de fer de l’Est) se voient confirmés dans leur activité de temps de paix puisqu’ils sont affectés à l’acheminement des troupes et à l’entretien des voies ferrées de la zone des combats. Quant aux mobilisés les plus âgés, ce sont des territoriaux ; ils gardent les ponts, les gares.

Médaille de la Compagnie des chemins de fer de l’Est par Jean Vernon, 41 mm, avers (femme aux seins nus assise sur une locomotive, jetant des grains de la main gauche et tenant une corne d’abondance de la main droite).

L’entrée en guerre se fait au moment des moissons, ce qui inquiète la population du village, essentiellement paysanne. Dans son manifeste, le gouvernement français demande « de faire la moisson et de se mettre à la culture » mais on peut imaginer les difficultés que cela représente avec le bouleversement des cultures, du fait de l’absence d’une grande partie de la main-d’œuvre masculine. Désormais, les travaux agricoles vont être confiés aux femmes ou aux hommes non mobilisables (donc âgés de plus de 48 ans).

Dès le lendemain (2 août), des trains de troupes et de matériel passent en gare de Liart en direction de la frontière. En même temps, les chevaux sont réquisitionnés pour l’armée française, mais lorsque les Allemands envahissent la région rethéloise, ces derniers procèdent à de nouveaux prélèvements parmi les chevaux qui restaient.


Le blason communal de Givet est coupé au premier de gueules au sautoir d'or, au fusil du même brochant en pal, la gâchette à dextre, au deuxième d'azur à trois tours d'or, maçonnées de sable, ajourées du champ, celle du milieu ouverte d'argent, celles des flancs ouvertes du champ, rangées et posées sur une terrasse de sinople.
Le blason communal de Givet est coupé au premier de gueules au sautoir d’or, au fusil du même brochant en pal, la gâchette à dextre, au deuxième d’azur à trois tours d’or, maçonnées de sable, ajourées du champ, celle du milieu ouverte d’argent, celles des flancs ouvertes du champ, rangées et posées sur une terrasse de sinople.

Très rapidement la Belgique (quoique neutre) est envahie. Des combats sont livrés et c’est aux environs du fort de Charlemont (près de la frontière belge), à Givet ( dans les Ardennes), qu’Henri Alphonse Mauroy est fait prisonnier avant d’être envoyé en captivité à Königsbrück (Saxe) en Allemagne. Il ne sera rapatrié qu’en décembre 1918. Le récit des combats, fait par une population belge qui fuit les troupes allemandes, sème l’affolement parmi les habitants des villages ardennais qui avaient déjà subi l’invasion de 1870. C’est ainsi que le village de Fraillicourt voit arriver une masse de réfugiés dans le courant du mois d’août 1914.

Blason communal de Königsbrück.

L’étude de la cartographie en ce début de guerre renseigne sur la position des troupes françaises et allemandes. On peut noter que, du côté français, le 274e régiment d’infanterie se trouve, à la date du 13 août 1914, entre Novion-Porcien et Faissault, que le 239e est dans le secteur de Signy-l’Abbaye et Poix-Terron. Les troupes allemandes sont à Signy- l’Abbaye le 28 août et vont englober dans les jours suivants tout le secteur qui s’étend de Signy à Novion en passant par La Romagne, Ecly, etc.

Alors que la bataille entre Signy et Rethel est proche, le curé Aubenton de Fraillicourt voit arriver vers 8 heures du soir le doyen de Chaumont et le curé de La Romagne. Quelque temps après, ils décident (comme le calme est un peu rétabli) de rentrer dans leur village respectif. Ce ne sont pas les seuls à avoir été troublés en cette journée puisque, dans le même temps, « La Romagne » s’en va à Wadimont tandis que des personnes de la rue Gibourdelle (Rocquigny) vont coucher à la Hardoye. D’autres, très nombreuses, partent de Chaumont[1].

La population est terrorisée et ne sait quel parti prendre. Dès que cette première effervescence est passée, les uns et les autres regagnent leur village[2] où ils découvrent des réfugiés du Nord ou de l’Aisne. Un couple originaire d’Aguilcourt (Aisne) passe ainsi toute la durée de la guerre à La Romagne. Les registres de l’état civil témoignent de cette présence par l’inscription d’une naissance.

Durant toute la période de la guerre, le curé reste dans sa paroisse et peut apporter du réconfort à ses paroissiens. Il ne connait pas le sort peu enviable qui est celui du curé de Rocquigny[3]. Arrêté en 1915, puis retenu d’abord à Hirson il est envoyé dans un camp de prisonniers en Westphalie[4].

Blason régional de la Westphalie (Allemagne)
Blason régional de la Westphalie (Allemagne).

[1] Lefebvre, Marie, « Journal d’une jeune fille de Rocquigny pendant la première guerre mondiale », in Terres ardennaises, Charleville-Mézières : Fédération des œuvres laïques, 1982- , n° 64, octobre 1998, p. 6 et suivantes.

[2] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 25J 6 [série J = documents entrés par voie extraordinaire, sous-série 25J = fonds du grand séminaire de Reims (an XII-1945)].

[3] Archives départementales des Ardennes, 1J 534, Miette-Mermoz, Roland, A travers 3 guerres ou les souvenirs d’un Ardennais [série J = archives d’origine privée (entrées par voie d’achat, don, legs ou dépôt), sous-série 1J = pièces isolées et petits fonds d’origine privée].

[4] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 25J 6 [série J = documents entrés par voie extraordinaire, sous-série 25J = fonds du grand séminaire de Reims (an XII-1945)].


Le 27 août, les tunnels des environs sautent, tandis que la ville de Rethel est incendiée le 1er septembre 1914.  Dès le 30 août 1914, le village est traversé par des troupes allemandes (une compagnie cycliste) qui ne s’arrêtent pas. Ce ne sera pas la seule fois. Le dernier jour du mois, le département tout entier est placé dans la « zone des armées » et, à ce titre, des laissez-passer sont désormais nécessaires pour les déplacements dans toutes les Ardennes. L’isolement va se poursuivre avec l’installation de troupes allemandes dans les villages et leur mainmise sur la vie des habitants.

La ville de Rethel, détruite par un incendie le 1er septembre 1914, est toujours en ruines en 1922.

La Romagne reçoit des ordres allemands de Liart, Signy-l’Abbaye et Rethel, puis est rattaché à la Kommandantur de Chaumont-Porcien (ou Kommandantur d’étapes, comme dans tous les chefs-lieux de canton) qui est installée à partir du 19 octobre1914 dans les locaux de la mairie, avant d’être transférée à Rocquigny[1] à partir de décembre 1915 (ou Kommandantur de rattachement, qui contrôle plusieurs villages).

Les réquisitions commencent et sont de plus en plus fortes. Tout est saisi : chevaux, vaches, moutons, porcs, blé, avoine, œufs, lait et même les groseilles qui doivent être ramassées et apportées[2]. Toutes les cultures doivent être obligatoirement déclarées ainsi que les surfaces cultivées et c’est une véritable occupation agraire qui se met en place avec une politique agricole dictée par l’occupant. Durant toute la guerre, le canton de Chaumont-Porcien est occupé intégralement.

Il faut rappeler que le département des Ardennes est le seul en France à être occupé en totalité par les Allemands. De ce fait, tout ce qui y est produit est razzié, réquisitionné en quantité fixée à l’avance et une administration allemande (Etappen-Inspektion) organise tout au long de ces quatre années la production au profit de l’occupant[3]. Ce dernier ira jusqu’à emmener toutes les vaches laitières restant dans les villages.

Ces réquisitions posent le problème de la nourriture des habitants et de leur ravitaillement car les produits de première nécessité manquent. Le conseil municipal décide de participer à « un syndicat intercommunal » formé entre les communes des Ardennes qui adhèrent aux statuts du « Syndicat ardennais de ravitaillement pour la région de Rethel » et fixe la première année la part contributive à 30 francs par habitant, part qui augmentera régulièrement tout au long des hostilités pour atteindre dans les derniers mois de la guerre le montant de 100 f.

Maquette du billet de 100 francs créé le 2 janvier 1908 par Luc-Olivier Merson (peintre), Romagnol (gravure) ; Frédéric Florian (filigrane).
Maquette du billet de 100 francs créé le 2 janvier 1908 par Luc-Olivier Merson (peintre), Romagnol (gravure), Frédéric Florian (filigrane).

[1] La Revue rémo-ardennaise : paraissant le 25 de chaque mois. Reims : [s.n.], 1915-1919, n° 1 (25 août 1915) – n° 40 (25 mars 1919), n° 19, 25 février 1917, p. 302, à propos de Rocquigny : « Le presbytère a été pillé à peu près complètement. Le tribunal et un ‘casino’ y sont établis ». Le périodique donne régulièrement des « nouvelles du clergé en pays envahi ».

[2] Archives de la Marne, centre de Reims, 25J 6 [série J = documents entrés par voie extraordinaire, sous-série 25J = fonds du grand séminaire de Reims (an XII-1945)].

[3] BDIC [Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, établissement désormais nommé La contemporaine], dossier Bx.009, Ardennes : réponses au questionnaire sur le territoire occupé par les armées allemandes. [Enquête du 24 mai 1920 au 10 juin 1920, 122 pièces]. Cote du carton à indiquer : F° Ä 1126 / 5. Voir la description du fonds par Battaglia, Aldo, La Guerre dans le ressort de l’Académie de Lille. 1914-1920, Nanterre : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, août 2002, 115 p., p.59, consultable en ligne.


Les Allemands s’installent dans la commune en mars 1915, sans escarmouches ni combats, et sans qu’il n’y ait tout au long de cette occupation des actes de barbarie ou de sauvagerie. Si les troupes ennemies font preuve de suffisance, on ne signale que deux comportements inadmissibles : l’un, d’un officier allemand (pris d’ébriété) qui rudoie et menace un vieillard romanais ; l’autre, consistant en une gifle donnée par un soldat à un gamin.

Néanmoins, les contraintes sont nombreuses pour la population : entre août et octobre 1915, les habitants des lieux isolés du village proprement dit (hameaux du « Bois Diot », de la « Cour Avril » et du « Mont de Vergogne ») sont obligés de quitter leurs maisons et doivent vivre obligatoirement à La Romagne.

Dès leur installation, les Allemands imposent une contribution des habitants aux frais de l’armée allemande. La toute première, de 2500 francs (or, argent et billets de banque), date de novembre 1914 et est exigée par le commandant allemand de Chaumont-Porcien. La municipalité est obligée d’emprunter cette somme pour satisfaire à cette demande.

Avers (ou droit) d'1 Mark Wilhelm II type grand aigle.
Avers (ou droit) d’1 Mark Wilhelm II type grand aigle.

Les contributions suivantes (demandées chaque année) sont encore plus exorbitantes. Par exemple, les autorités allemandes réclament à toutes les communes composant le syndicat de Rethel la somme de 2 100 000 marks. La commune (comme toutes les autres qui sont dans le même cas) n’a pas le choix et accepte le projet d’émission de bons intercommunaux pour solder solidairement cette contribution. A la fin de la guerre la commune est exsangue.

1 Mark Wilhelm II type 2 grand aigle (revers).
1 Mark Wilhelm II type 2 grand aigle (revers).

Il est à noter que l’administration française (civile et militaire) ne fait pas preuve d’une grande perspicacité à l’égard des jeunes gens des classes 1915 et suivantes : étant dans l’impossibilité de répondre à la conscription en raison de l’occupation du village et de son classement en « pays envahi », ils sont déclarés insoumis. Or, ils sont en fait dans l’incapacité de répondre à tout appel. Sans être exhaustif, on peut citer Jules Henri Douce ou Axile Fernand Modeste pour avoir connu cette situation. On peut se demander quel en a été l’impact sur les familles et les intéressés, d’autant que le premier a vu son frère disparaître dans cette guerre. La mention qui figure sur leur fiche matricule est rectifiée pour ces deux-là, assez tardivement (en avril et août 1918), et transformée en « insoumis à tort » puisque « le recensement n’avait pu être fait en temps utile par suite d’un cas de force majeure ».

Les plus anciens mobilisés (comme Pierre Lange, né le 29 août 1867 ; Jules Alcide Lelong né le 16 octobre1869 ; Célestin Marandel, né le 28 octobre 1870) ont été libérés le 2 septembre 1914. Mais ils ont été pris dans les lignes allemandes et sont restés en pays envahi, comme l’attestent des avis de la gendarmerie de Chaumont-Porcien. Deux autres soldats natifs du village (Jean-Baptiste Alfred Devie et Antoine Elie Pagnié) se sont retrouvés prisonniers civils :

  • le premier à la fin août 1914, à l’issue d’un congé de convalescence ;
  • le second en octobre de la même année : après avoir tout d’abord été renvoyé dans ses foyers le 18 août, il ne peut répondre à son rappel par l’armée en novembre, en raison de la situation du village occupé.

Dans les Kommandanturen, on recense les hommes qui n’ont pas été mobilisés et on les convoque en groupe ou individuellement à se présenter à un endroit convenu pour que les autorités allemandes constatent leur présence. Ce genre de réunion se déroule au moins deux fois par mois si ce n’est plus. Les Allemands prennent des otages (sur une liste établie par les autorités occupantes) dans les villages du canton de Chaumont et les envoient à Liart où ils restent trois mois. Au bout de ce délai, ils regagnent leurs villages et sont remplacés par d’autres[1]. La docilité de la population est ainsi acquise. Ils réquisitionnent également dans le village des habitants et des habitantes pour former chaque jour la « colonne » ; ils sont contraints d’effectuer des journées de plus de 10 heures d’un dur labeur.

Tout d’abord, ce sont les élèves des écoles (tant en 1917 qu’en 1918) qui, à partir de 12 ans, sont contraints au travail : ramassage d’orties, destruction de chardons, fenaison, cueillette de mûres, etc. Ces jeunes manifestent leur aversion de plusieurs manières : en se tenant à l’écart des troupes de passage lorsque celles-ci veulent se montrer agréables aux enfants, en travaillant le moins  et le plus mal possible, ou en jetant à l’eau tout ce qu’il trouvent appartenant aux soldats (armes ou cartouches, etc.). Ensuite, ce sont des habitants valides qui n’ont pas été mobilisés soit en raison de leur situation militaire comme Alfred Devie ou Théophile Bocquet (réformés), soit à cause de leur jeune âge, comme pour André Carbonneaux[2]. Décrit comme jeune et fort, il décède à la veille de ses 18 ans après avoir reçu quelques soins d’un infirmier allemand et avoir été contraint de travailler alors qu’il était malade. Les femmes ne sont pas épargnées non plus.

La population subit une très forte pression psychologique car elle est sans cesse menacée d’amendes ou d’emprisonnement. De plus, il lui est interdit de communiquer avec les villages voisins ou de correspondre avec les siens. Il semblerait qu’un léger adoucissement ait été apporté à partir de 1916 puisque l’Allemagne permet que « fussent envoyés de l’intérieur des télégrammes transmis par la Croix-Rouge ». Mais bon nombre de ces messages n’ont jamais atteint les destinataires[3].

Ce vitrail de l’ossuaire de Douaumont (monument à la mémoire des soldats de la bataille de Verdun), réalisé par le peintre George Desvallières et le maître-verrier Jean Hébert-Stevens, représente une infirmière de la Croix-Rouge.
Ce vitrail de l’ossuaire de Douaumont, réalisé par le peintre George Desvallières et le maître-verrier Jean Hébert-Stevens, représente une infirmière de la Croix-Rouge.

[1] Archives départementales des Ardennes, 1J 534, Miette-Mermoz, Roland, A travers 3 guerres ou les souvenirs d’un Ardennais [série J = archives d’origine privée (entrées par voie d’achat, don, legs ou dépôt, sous-série 1J = pièces isolées et petits fonds d’origine privée].

[2] Archives départementales des Ardennes, 3R 3-4 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 3R = anciens combattants et victimes de guerre].

[3] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 25J 6 [série J = documents entrés par voie extraordinaire, sous-série 25J = fonds du grand séminaire de Reims (an XII-1945)].


L’infanterie allemande passe le mois de février 1916 à La Romagne, Montmeillant et ses environs. A partir du 6 juin 1916, arrivent à La Romagne des pontonniers et des fantassins allemands venant de Verdun. On fait aussitôt des logements pour les chevaux d’artillerie et les hommes en proportion[1]. La vie est particulièrement difficile avec les restrictions de toutes sortes mais, en 1917, s’ajoute à tout cela un hiver rigoureux.

Le blason communal de Verdun est d’azur à une cathédrale avec quatre flèches, derrière laquelle s’élève un beffroi, entouré de murailles, le tout d’or, maçonnée de sable.

En octobre 1918, deux ordres mettent en émoi le village : le premier est interprété comme « l’enlèvement de jeunes gens pour les conduire en Belgique » (et même peut-être plus loin) et le second comme « l’enlèvement de 26 jeunes femmes et jeunes filles ». En réalité les premiers sont de retour quelques jours après. Quant aux jeunes femmes, elles ont été conduites à Marlemont, où elles restent deux semaines pour faire le terrassement d’un champ d’aviation.

Portrait du général Adolphe Guillaumat.

Des offensives sont lancées à partir de juillet 1918 pour arracher dans une lutte acharnée la ligne Hindenburg mais surtout les défenses de la Hundig Stellung qui bordait la rive occidentale de l’Oise, de Mont-d’Origny jusqu’au confluent de la Serre. Les 31e, 116e et 149e régiments d’infanterie qui, pour certains, comprennent des troupes coloniales sénégalaises, participent aux combats pour ouvrir un passage sur l’Aisne. Le 31e, après avoir livré bataille à Nizy-le-Comte, libère Saint-Quentin-le-Petit, Sevigny et atteint Maranwez le 7 novembre avant de cantonner dans le secteur de Saint-Jean-aux-Bois. Le 6 novembre 1918, Chaumont-Porcien et Rethel sont enlevés par le général Guillaumat, aidé du premier corps d’armée américain.


[1] Lefebvre, Marie, « Journal d’une jeune fille de Rocquigny pendant la première guerre mondiale » in Terres ardennaises, Charleville-Mézières : Fédération des œuvres laïques, 1982- , n° 64, octobre 1998, p. 5-68 ; n° 65, décembre 1998, p. 1-75.


Les Français arrivent à La Romagne très exactement le 7 octobre 1918 à 7 heures du matin et progressent successivement dans cette même journée à Wasigny et Novion-Porcien, avant de se diriger sur Renwez. En parallèle, il faut noter dans ce secteur les interventions de certaines compagnies (les 5/1, 5/3 du 21e régiment du génie), chargées d’ouvrir la voie en détruisant les réseaux puis de rétablir des communications entre Sevigny-Waleppe, Renneville, Wadimont et Rocquigny (des routes étaient coupées par des entonnoirs de mines)[1].


[1] Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-6440036, Campagne 1914-1918. Historique des 1er et 21e régiments du génie, Versailles : Imprimeries Jupas et Machard, [19..], 199 p., p. 44, texte numérisé d’après le document original du Service historique de la Défense, 2011-320108, consultable en ligne sur Gallica.


Le conflit prend fin le 11 novembre 1918 mais ses traces dans les esprits ne disparaîtront jamais. Des rumeurs de « fraternisation » circulent et atteignent principalement des femmes. Sept habitants mobilisés trouvent la mort durant ces combats. Ils figurent sur le monument aux morts (ainsi qu’une victime civile, René Dubois). Quant à ceux qui en sont revenus et qui ont été blessés parfois à plusieurs reprises, ils restent hantés par d’horribles visions, dont ils n’ont pas toujours pu parler leur vie durant.

La joie de l’armistice du 11 novembre 1918 fait oublier temporairement aux soldats les traumatismes subis.

Ensuite, il faut dresser un bilan des pertes matérielles tant pour le village que pour les particuliers. C’est l’architecte de l’arrondissement de Rethel qui est chargé de procéder à l’estimation des dommages de guerre aux immeubles communaux. Quant à l’enquête de la commission cantonale de Chaumont-Porcien, elle fait apparaître que la commune de La Romagne a subi la somme de 560 122 francs de dommages agricoles et que toutes les exploitations avaient été touchées par des dégâts dont la moyenne était d’environ de 25 à 40%[1].

Médaille de la Compagnie des chemins de fer de l’Est par Jean Vernon, 41 mm, revers (train roulant dans un paysage vallonné.

La ligne de chemin de fer est endommagée dès le début de la guerre. Des réparations[2] sont nécessaires en divers points du territoire de La Romagne : c’est le cas des deux ponts qui permettent le passage au-dessus de la ligne pour les communications de La Romagne et Givron avec Draize et Wasigny et la voie le long de La Bouloie, aux Minières et au ruisseau Commelet. A l’issue de ce conflit, des enquêtes diligentées par le juge d’instruction de Rethel demandent aux diverses gendarmeries et en particulier pour les villages du canton de dresser un bilan des comportements individuels et économiques des habitants. Il en ressort que « dans les 20 communes du canton » (parmi lesquelles La Romagne est incluse), aucune personne n’a été désignée comme « ayant fait commerce avec l’ennemi en échangeant de l’or, des billets de banque ou des valeurs contre des bons de monnaie moyennant une certaine prime[3] ».


[1] Archives départementales des Ardennes, 10R 81 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 10R = services temporaires de la période de guerre 1914-1918].

[2] Archives départementales des Ardennes, 9O 21 [série O = administration et comptabilité communales, sous-série 9O = reconstruction et urbanisme].

[3] Archives départementales des Ardennes, 5U 470 [série U = justice, sous-série 5U = tribunal de première instance de Rethel].


Bien que l’armistice soit effectif, la démobilisation ne va pas se faire immédiatement, même pour ceux qui habitent les régions envahies et qui n’ont pas pu durant ces quatre ans retrouver les leurs. Seuls les mobilisés des classes 1887 à 1889 peuvent rentrer chez eux dès la fin novembre 1918. Pour les autres, le retour a lieu entre le premier et le troisième trimestre de 1919. Cela a été très certainement une période compliquée à vivre pour ceux qui venaient de passer des mois et des années difficiles et éprouvants loin de leur foyer, d’autant qu’ils souhaitaient reprendre leur vie d’avant.

Blason régional de la province de Haute-Silésie (Allemagne).
Blason régional de la province de Haute-Silésie (Allemagne).

Il reste que les hommes des classes 1916, 1917 et 1918 doivent accomplir néanmoins un service militaire de trois ans et c’est ainsi que des jeunes gens de ce village se trouvent impliqués dans les conséquences de ce conflit, ne serait-ce que par leur participation au cours de leur service à l’occupation de la Haute-Silésie et de la Rhénanie (Marcel Carbonneaux) ou dans la Sarre (Albert Victor et Paul Emile Devie).

Blason de la Rhénanie du Nord-Westphalie (Allemagne)

Cette occupation se veut dissuasive. Elle a pour but d’empêcher les Allemands de reprendre les armes. Mais elle met à jour bien d’autres sentiments (tant chez les occupés que chez les occupants qui, pour certains, rêvent de vengeance et de loi du talion) quand elle ne fait pas découvrir d’autres façons de vivre.

Blason régional de la Sarre (Allemagne).

Un autre problème surgit encore : c’est celui des prisonniers de guerre. Certes, leur rapatriement est imposé par l’article 10 des clauses de l’armistice, mais leurs souffrances sont masquées voire niées puisqu’ils sont assimilés à des non-combattants. Il leur faudra attendre une bonne dizaine d’années pour qu’ils soient enfin reconnus à l’égal des combattants et puissent percevoir, comme ces derniers, des primes compensatrices…

A l'occasion des cérémonies commémoratives de l'armistice du 11 novembre 1918, les communes pavoisent les édifices publics.
A l’occasion des cérémonies commémoratives de l’armistice du 11 novembre 1918, La Romagne pavoise ses édifices publics.
Catégories
Guerre mondiale (1914-1918) Militaires Monuments commémoratifs militaires Patrimoine culturel

Le monument aux morts de La Romagne


Après la première guerre mondiale, la municipalité de La Romagne élève un monument aux morts contre le mur de l’école limitant la cour de récréation et la place du village. Une simple liste gravée sur pierre repose sur un obélisque. Elle est ornée de la croix de guerre et de palmes, dont l’une avec ses feuilles très serrées symbolise la victoire et le sacrifice.

Le monument aux morts de la Romagne se trouvait autrefois sur le mur de la mairie-école.
Le monument aux morts de la Romagne se trouvait autrefois sur le mur de la mairie-école.

En 1929, à la suite de la demande d’un des conseillers, une délibération du Conseil municipal prévoit de placer un coq (emblème de la nation et du patriotisme) à son sommet. Cette réalisation n’a semble-t-il pas vu le jour. Ce monument aux morts est donc d’une très grande simplicité. Contrairement à celui d’autres villages, où les éléments commémoratifs sont déposés dans l’église, lui a été dissocié de la sphère religieuse pour se trouver au centre de l’espace villageois.

Aux enfants de la Romagne morts pour la patrie (1914-1918 et 1939-1945) !
Aux enfants de la Romagne morts pour la patrie (1914-1918 et 1939-1945) !

En 1957, à la suite de la construction de la nouvelle mairie-école, la plaque a été déplacée et apposée sur le mur de ce bâtiment qui fait face à la rue principale. Les passants peuvent y découvrir les enfants de La Romagne tombés pour la patrie lors des guerres de 1914-1918 et de 1939-1945.


Les fiches ci-dessous sont, en ce jour de commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918, toutes issues de la base des morts pour la France de la première guerre mondiale présente sur le site Mémoire des hommes.

Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Carbonneaux, Adolphe Alfred Edmond, classe 1898, né le 17 avril 1878 à La Romagne, mort pour la France le 26 septembre 1915 dans les tranchées du bois 402, soldat du 150e régiment d’infanterie. Dès le début septembre 1915, cette unité militaire se trouve dans  le secteur de Saint-Hilaire-le-Grand. Le 26 de ce même mois, l’ennemi est repoussé sur les crêtes qui dominent la vallée de la Py.

Portrait d'Adolphe Carbonneaux
Adolphe Alfred Edmond Carbonneaux (1878-1915), photographie ancienne (collection privée, avec l’aimable autorisation de madame Marie-Helène Beltrami Albertini).

Début octobre, le régiment attaque à L’Épine. La bataille est rude, nombre d’hommes sont tués mais le régiment se maintient sur le terrain conquis tout en étant au contact des défenses ennemies. Il est inhumé par le 94e régiment d’infanterie territoriale à Mourmelon-le-Grand.

.


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Créquy, Marcel Jean, classe 1908, né le 28 juin 1888 à Sévigny-Waleppe, mort pour la France le 6 juillet 1916 à Revigny, caporal au 41e régiment d’infanterie. Son régiment se trouve à Verdun le 24 juin 1916. Le lendemain, il est dans le secteur de Fleury, entre Souville et Froideterre.

Le surlendemain, malgré un violent bombardement, le régiment se met en position de récupérer le village de Fleury. La reprise est un échec malgré des assauts multiples jusqu’au 5 juillet 1916 qui occasionnent de multiples pertes. Marcel Jean Créquy succombe à ses blessures de guerre le lendemain. Ce même 6 juillet, le régiment est relevé afin de se retirer jusqu’au 20 juillet à Pargny-sur-Saulx.


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Davenne, Léon, classe 1916, né le 9 mai 1896 à Condé-lès-Herpy, mort pour la France le 9 juillet 1915 à Aix-Noulette, soldat de 2e classe, puis cavalier de 2e classe de l’escadron du 2e hussard, il est tué à l’ennemi. Ce régiment se retrouvera à Beauval, Givenchy-le-Noble, etc. C’est à cette époque que les Allemands font usage pour la première fois  de  gaz asphyxiants.

Le 20 juin 1915, c’est le départ pour aller sur la Somme à Villers-Mareuil. Dès le début juillet, le 2e hussard se retrouve dans un secteur beaucoup plus dur à Neuville-Saint-Vaast et à Aix-Noulette (lieu-dit de la « fosse 10 »). Les tranchées sont bouleversées. Les soldats n’ont aucun abri contre la pluie.

Les pertes de l’escadron s’élèvent rapidement : pour les périodes du 8 au 11 juillet 1915 et du 13 au 21, le Journal des marches et opérations (JMO) du 2e régiment de hussards [1] mentionne 44 blessés et 13 morts, dont Léon Davenne. Le soldat tué à l’ennemi a été cité à l’ordre de la 4e division de cavalerie.


[1] Service historique de la Défense, 26N 894/10 [série N (1871-1940), sous-série 26N = JMO (Journal des marches et opérations des corps de troupes), cotes 26N 571 à 1370 = JMO des régiments et des bataillons, JMO du 2e régiment de hussards [cavalerie], 1er avril 1915-31 décembre 1916, consultable en ligne sur le site Mémoire des hommes].


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Douce, Jean-Baptiste Emile, classe 1910, né le 21 novembre 1890 à La Romagne, mort pour la France le 1er juin 1917, au mont Cornillet, soldat de 2e classe au 166e régiment d’infanterie, 6e compagnie. Cette unité militaire relève à la fin du mois de mai 1917 le 9e régiment territorial dans le secteur du mont Blond (massif de Moronvilliers).

L’ennemi a d’excellentes troupes et une forte artillerie. Les positions françaises sont soumises début juin à de violents bombardements et tirs ininterrompus. Mais le secteur est conquis. C’est au cours d’un de ces combats que Jean-Baptiste Emile sera tué dans une  tranchée.


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Dubois, Victor Gabriel, classe 1916, né le 19 avril 1896 à Bazeilles, mort pour la France le 31 mai 1918 à Blanzy-lès-Fismes, soldat au 14e régiment d’infanterie, porté disparu, réputé mort à cette date à la suite par un jugement du tribunal de Sedan rendu le 6 décembre 1921.


Fortin, Henri Louis Adalbert, classe 1909, né le 16 juillet 1889 à Sermaize-les-Bains, marié avec Marie Rose Varlet le 2 mai 1914 à La Romagne, mort pour la France le 13 janvier 1917 à Fère-en-Tardenois dans l’ambulance 3/69, sous-lieutenant au 161e régiment d’infanterie. Louis Henri Fortin est décédé à la suite d’une maladie contractée au front, d’après l’acte transcrit le 14 février 1919.


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Quentin, Stéphane Gaston, classe 1910, né le 6 février 1890 à Sery, marié le 23 février 1914 avec Marie Elisa Mauroy, mort pour la France le 17 juillet 1916 au lieu-dit « la  Maisonnette » devant Biaches, caporal au 164e régiment d’infanterie. Dès le 6 juillet 1916, cette unité militaire est cantonnée à La Neuville-lès-Bray et doit se porter sur Herbécourt, où elle s’établit dans des tranchées.

A partir du 9 juillet, elle tente d’enlever des tranchées allemandes. C’est là que Stéphane Quentin trouve la mort à la mi-juillet.  Cité à l’ordre de son régiment le 27 juillet 1916 n° 252, il est décrit comme un soldat très dévoué a été tué à son poste de combat après avoir fait preuve du plus grand courage. Il est décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze.

 Il a été inhumé « au coin est de la Maisonnette ». Ce lieu était une propriété située au sud-est de Biaches et dominant Péronne.


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.
Une recherche sur la base des morts pour la France de la première guerre mondiale permet d’accéder aux fiches des soldats tombés au champ d’honneur en 1914-1918.
Croix de Maurice Trochain, caporal 230e RI, mort pour la France le 16 octobre 1918.

Trochain, Maurice Albert, classe 1898, né le 29 avril 1878 à Grandrieux, marié en 1902 à La Romagne avec Berthe Emma Mauroy, mort pour la France le 16 octobre 1918 à proximité du lieu-dit « bois de la Sarthe » à Olizy-Primat, caporal au 230e régiment d’infanterie. Son décès est transcrit à Revin le 22 février 1921. Il est inhumé à la nécropole nationale de Chestres dans la tombe n° 515, où il repose au milieu de 2484 soldats Français.

Catégories
Guerre mondiale (1914-1918) Militaires Monuments commémoratifs militaires Patrimoine culturel

Le carré militaire allemand du cimetière communal de La Romagne


Carré militaire allemand du cimetière communal de La Romagne [aujourd'hui disparu].

Un plan tiré au bleu, coté H3 (série « clergé régulier ») des Archives départementales des Ardennes, montre les tombes de 28 soldats allemands inhumés dans le cimetière communal de La Romagne (celle qui est non numérotée et marquée d’un point blanc correspond à un soldat français).

Drapeau de guerre (Kriegsflagge) de l'Empire allemand.
Kriegsflagge (drapeau de guerre) du Deutsches Kaiserreich (Empire allemand).

Leurs décès sont intervenus entre le 17 octobre et le 3 novembre 1918, avec des « pointes » les 25 et 30 octobre. Ce qui montre la violence des combats lors du dernier repli ennemi.


Les tombes ont été enlevées en 1923, et 27 dépouilles alors transférées de La Romagne au cimetière militaire allemand d’Asfeld (l’une d’entre elles aurait été rendue directement à la famille). En 2020, elles sont toujours sous la responsabilité du VDK (Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e. V.), connu en France sous l’acronyme SESMA (Service pour l’entretien des sépultures militaires allemandes).


Cette association à visée humanitaire, reconnue d’utilité publique, a envoyé depuis l’Allemagne à l’auteure du blog laromagne.info une liste complète des soldats allemands concernés, assortie des mentions suivantes :

  • Verlustame (nom de la victime de guerre) ;
  • Verlustvorname (prénom de la victime de guerre) ;
  • Todestag (date de la mort) ;
  • Block (bloc = division du cimetière militaire d’Asfeld) ;
  • Grab (tombe du cimetière militaire d’Asfeld avec son numéro de registre) ;
  • Erstbestattungs-Ort (premier lieu d’inhumation avant transfert) ;
  • Truppenteil (unité militaire).
Cimetière militaire allemand d'Asfeld.
Cimetière militaire allemand d’Asfeld.

Frédéric-Guillaume Ier de Prusse.
Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, ici peint par Samuel Theodor Gericke (1665-1730), a donné son nom à un régiment de grenadiers.

Le vendredi 25 octobre 1918, temps perturbé dans les Ardennes pour le régiment de grenadiers « Frédéric-Guillaume Ier de Prusse », 2e de Prusse-Orientale et 3e de l’Empire allemand !

Armoiries du Reich allemand entre 1889 et 1918.
Armoiries de l’Empire allemand entre 1889 et 1918.
  • Bahr, Eduard, † le 25 octobre 1918, soldat du 4. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 356 bloc 6).
  • Hoffmann, Gustav, † le 25 octobre 1918, soldat du 1. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 355 bloc 6).
  • Kneifel, Paul, † le 25 octobre 1918, soldat du 4. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 360 bloc 6).
Armoiries du Reich allemand entre 1889 et 1918.
Armoiries de l’Empire allemand entre 1889 et 1918.
  • Wegner, Fritz, † le 25 octobre 1918, soldat du 4. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 331 bloc 5).
  • Wolff, Hermann, † le 25 octobre 1918, soldat du 2. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 335 bloc 5).
  • Zipprick, Gustav, † le 25 octobre 1918, soldat du 2. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 333 bloc 5).

Blason municipal de Brême.

Mourir au combat entre la Toussaint et le Jour des Morts est très singulier. C’est pourtant ce qui est arrivé à cinq soldats allemands du régiment d’infanterie « Brême ».

Drapeau de Brême (Allemagne).
Brême est à la fois une ville hanséatique et un Etat fédéré d’Allemagne.

Cette unité, la première de la ligue hanséatique et la 75e de l’Empire allemand, voit tomber ses fantassins « brémois » :

  • Brandt, Friedrich, † le 1e novembre 1918, soldat du 3. IR 75 [Infanterie-Regiment n° 75 = régiment d’infanterie n° 75], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 350 bloc 6) ;
  • Mett, Friedrich, † le 31 octobre 1918, soldat du 7. IR 75 [Infanterie-Regiment n° 75 = régiment d’infanterie n° 75], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 335 bloc 6) ;
  • Scharein, Hermann, † le 31 octobre 1918, soldat du 7. IR 75 [Infanterie-Regiment n° 75 = régiment d’infanterie n° 75], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 357 bloc 6) ;
  • Stehmeyer, Hinrich, † le 30 octobre 1918, soldat du 1. IR 75 [Infanterie-Regiment n° 75 = régiment d’infanterie n° 75], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 349 bloc 6) ;
  • Wetter, August, † le 30 octobre 1918, soldat du 4. IR 75 [Infanterie-Regiment n° 75 = régiment d’infanterie n° 75], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 348 bloc 6).
Blason communal de Bremerhaven (Allemagne), dont le nom signifie « port de Brême ».
Blason communal de Bremerhaven (Allemagne), qui signifie « port de Brême » et qui en reprend les gueules à la clef d’argent.

Versöhnung über den Gräbern - Arbeit für den Frieden (réconciliation par-delà les tombes - travail pour la paix) est la devise du VDK (SESMA).
Le SESMA, représentation en France du VDK, assure l’entretien des tombes des soldats allemands inhumés dans notre pays en application de la convention franco-allemande du 19 juillet 1996 relative aux sépultures de guerre allemandes en territoire français.

Versöhnung über den Gräbern – Arbeit für den Frieden (réconciliation par-delà les tombes – travail pour la paix) est la devise du VDK (SESMA). Ce mercredi 11 novembre 2020, le blog laromagne.info la fait sienne, en présentant les soldats allemands ensevelis en terre romanaise :

  • Bahn, Heinrich, † le 3 novembre 1918, soldat du 6. RIR 237 [Reserve-Infanterie-Regiment n° 237 = régiment d’infanterie de réserve n° 237], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 342 bloc 6) ;
  • Bodenstein, Otto, † le 29 octobre 1918, soldat du 3. Fuß-AB 144 [Fußartillerie-Bataillon n° 144 = Bataillon d’artillerie à pied n° 144], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 346 bloc 6) ;
  • Habermann, Emil, † le 3 novembre 1918, soldat de la 5. F. Kp. PB 9 [Feld-Kompanie Pionier-Bataillon n° 9 = compagnie de campagne du bataillon du génie n° 9], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 334 bloc 6) ;
  • Hils, Josef, † le 2 novembre 1918, soldat du 11. Gren. R 89 [Grenadier-Regiment n° 89 = régiment de grenadiers n° 89], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 340 bloc 6) ;
Croix noires du cimetière militaire allemand d'Asfeld.
Croix noires du cimetière militaire allemand d’Asfeld.
  • Hoffmann, Walter, † le 28 octobre 1918, soldat du 11. IR 43 [Infanterie-Regiment n° 43 = régiment d’infanterie n° 43], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 345 bloc 6) ;
  • Joppe, Willi, † le 3 novembre 1918, soldat du 5. PB 9 [Pionier-Bataillon n° 9 = bataillon du génie n° 9], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 341 bloc 6) ;
  • Kieckel, Jakob, † le 3 novembre 1918, soldat du 2. MG Esk. DR 8 [Maschinengewehr Eskadron – Dragoner Regiment n° 8 = escadron de mitrailleuses du régiment de dragons n° 8], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 351 bloc 6) ;
  • Kraus, Heinrich, date de mort inconnue, soldat du 1. MGKW [Maschinengewehr Kanone Werfer = groupe de canonniers-mitrailleurs], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 334 bloc 5) ;

  • Lang, Wilhelm, † le 3 novembre 1918, soldat du 6. Bayer. RIR 23 [Bayerische Reserve-Infanterie-Regiment n° 23 = régiment d’infanterie bavaroise de réserve n° 23], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 339 bloc 6) ;
La Bavière ou État libre de Bavière est un des seize Länder allemands.
La Bavière ou État libre de Bavière est un des seize Länder allemands.

  • Maier, Oskar, † le 29 octobre 1918, unité militaire non précisée, inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 333 bloc 6) ;
  • Rehfeld, Gustav, † le 30 octobre 1918, soldat de la Flak Battr. 719 [Flak Batterie 719 = batterie antiaérienne 719], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 353, bloc 6) ;
  • Schmidhuysen Gerhard, † le 17 octobre 1918, soldat du 5. FAR 100 [Feldartillerie-Regiment n° 100 = régiment d’artillerie de campagne n° 100], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 343 bloc 6) ;
Le blason communal de La Romagne est d'argent à la feuille de marronnier de sinople, au chef d'azur chargé d’une croisette d'argent accostée de deux roses du même.
Le blason communal de La Romagne est d’argent à la feuille de marronnier de sinople, au chef d’azur chargé d’une croisette d’argent accostée de deux roses du même.
  • Schmidt, Friedrich, † le 19 octobre 1918, soldat du 10. IR 53 [Infanterie-Regiment n° 53 = régiment d’infanterie n° 53], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 344 bloc 6) ;
  • Sprekelsen, Claus † le 27 octobre 1918, soldat du 7. FR 90 [Füsilier-Regiment n° 90 = régiment de fusiliers n° 90], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 354 bloc 6) ;
  • Traber, Josef, † le 30 octobre 1918, soldat du 3. RFAR 50 : [Reserve Feldartillerie Regiment n° 50 = régiment d’artillerie de campagne de réserve n° 50], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 352 bloc 6) ;
  • Voss, Georg, † le 30 octobre 1918, soldat du 1. FR 90 [Füsilier-Regiment n° 90 = régiment de fusiliers n° 90], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 332 bloc 6).
Le blason communal d'Asfeld est écartelé au premier et au quatrième de gueules à la bande cousue d'azur chargée de trois couronnes d'or et accompagnée de deux palmes du même, au deuxième et au troisième d'azur au lion naissant d'argent couronné du même, celui du troisième contourné ; sur le tout d'or aux quatre pals de gueules, le petit écu timbré d'une couronne ducale d'or au cimier d'un griffon issant du même.
Le blason communal d’Asfeld est écartelé au premier et au quatrième de gueules à la bande cousue d’azur chargée de trois couronnes d’or et accompagnée de deux palmes du même, au deuxième et au troisième d’azur au lion naissant d’argent couronné du même, celui du troisième contourné ; sur le tout d’or aux quatre pals de gueules, le petit écu timbré d’une couronne ducale d’or au cimier d’un griffon issant du même.