Catégories
Métiers Professions Sapeurs-pompiers

Incendies à La Romagne


Les départs de feux sont assez fréquents à La Romagne jusqu’à la première guerre mondiale, compte tenu des matériaux utilisés dans la construction d’une part, et le stockage de paille et de foin d’autre part. Ils permettent également (dans l’inconscient collectif d’une société étroite) des accusations à l’encontre de personnes peu appréciées. Ces griefs ne sont pas toujours fondés, loin s’en faut, ce qui se traduit au XIXe siècle (lorsque ces affaires sont jugées devant les divers tribunaux) par un certain nombre d’acquittements, faute de preuves recevables.

Jusqu’en 1764, les habitants qui avaient le malheur d’être incendiés n’obtenaient pour tout secours que d’être exemptés de taille et de corvées de chemin pendant trois ans. A partir de cette date, l’intendant décide qu’il sera octroyé des secours pécuniaires, à condition que les bâtiments ne soient plus recouverts de paille.


Portrait de monseigneur Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord, cardinal de la Sainte Église romaine, archevêque-duc de Reims (1777-1816).
Monseigneur Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord, cardinal, archevêque-duc de Reims (1777-1816).

Concomitamment, dès 1779 dans le diocèse de Reims, on établit un bureau des incendiés composé essentiellement d’ecclésiastiques. Des quêtes sont faites plusieurs fois par an, afin de pouvoir distribuer dans les paroisses du matériel contre l’incendie (pompes, seaux, échelles, etc.). Elles permettent aussi d’accorder des indemnités pour le changement des couvertures des bâtiments, afin de rendre moins fragiles les maisons et les granges.

Armoiries de monseigneur Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord, cardinal, archevêque-duc de Reims (1777-1816).
Armoiries de monseigneur Alexandre Angélique de Talleyrand-Périgord.

Le 24 mars 1780, Claude Lambert, habitant de La Romagne, perd sa maison et ses meubles. La même année, Jean-Baptiste Bienfait et sa femme sont à leur tour victimes d’un incendie, dans lequel une partie de leurs meubles et effets disparaît. En 1783, ils sont exonérés de taille pour la troisième et dernière année[1]. Vers 1782, un incendié de La Romagne refuse de se conformer aux instructions du bureau des incendiés, relativement à la reconstruction de ses bâtiments : il est privé du secours auquel il avait droit.

Ce n’est pas le seul village à être touché par les incendies : Wasigny en l’espace de quelques mois en est victime deux fois (décembre 1798 et février 1799), Sery est concerné en 1807. Draize en 1832 voit disparaître douze de ses maisons, tandis qu’une dizaine brûle à Saint-Jean-aux-Bois en juillet 1833.


[1] Archives départementales de la Marne, centre de Châlons-en-Champagne, C 953 [série C =  administrations provinciales, cotes C 749-965 = intendance de Champagne, fonds concernant les finances, l’assiette et la répartition des impositions, la taille (1593-1793)].


Armoiries de monseigneur Jean-Charles de Coucy.
Monseigneur Jean-Charles de Coucy, archevêque de Reims (1817-1824).

La première caisse des incendiés née à l’initiative du diocèse avant la révolution pâtit de cette période troublée, mais une institution quelque peu semblable renaît en 1805 sous l’Empire et est renouvelée en 1818 lors de la Restauration. Elle est sous la responsabilité du préfet et sous la protection de l’archevêque de Reims. Elle comprend dans chaque canton un ou plusieurs correspondants : messieurs Beaudet (maire de Remaucourt) et Macquart (juge de paix à Saint-Jean-aux-Bois) le sont durant quelque temps.

Armoiries de monseigneur Jean-Charles de Coucy, archevêque de Reims (1817-1824).
Armoiries de monseigneur Jean-Charles de Coucy.

Tout comme précédemment, il est fait une collecte annuelle : au niveau du canton de Chaumont-Porcien la somme récoltée est d’environ 1100 francs, tout en sachant que cette somme progresse en fonction de l’intérêt croissant des habitants pour cette institution. Dans chaque commune, lorsque la collecte est terminée, l’argent recueilli est versé entre les mains du percepteur. Tout habitant qui a fait une offrande, s’il est victime d’un incendie, reçoit un secours proportionnel à son versement, à condition, s’il s’agit de l’incendie d’un bâtiment, de le recouvrir de tuiles ou d’ardoises lors des réparations. Pour La Romagne, on n’a aucun versement en 1827, mais un en 1828, qui s’élève à 14,75 francs pour 9 participants, alors qu’à Draize on notait 79 participants et 43 à Adon[1].

Les infractions en relation avec le fléau qu’était un incendie étaient dûment répertoriées et faisaient l’objet de poursuites auprès du juge de paix. Plusieurs habitants de La Romagne et de bien d’autres villages se trouvent poursuivis comme l’est un des habitants le 7 avril 1859 pour imprudence et pour « avoir circulé dans les granges avec une chandelle allumée ». Il est condamné à une amende et au paiement des frais. Il n’y a pas, heureusement, de conséquences (justice de paix du canton de Chaumont-Porcien).

Le blason communal de Chaumont-Porcien est d'azur à la croisette surmontée d'un croissant, accosté de deux fleurs de lis et soutenue d'un lion, le tout d'argent.
Le blason communal de Chaumont-Porcien est d’azur à la croisette surmontée d’un croissant, accosté de deux fleurs de lis et soutenue d’un lion, le tout d’argent.

[1] Archives départementales de la Marne, centre de Reims, 7J 58 [série J = archives privées, documents entrés par voie extraordinaire, sous-série 7J = fonds de l’archevêché de Reims (1637-1963)].


Vers 1860, un incendie éclate un dimanche aux Houïs et l’un des habitants de ce hameau est accusé par certains de ses voisins d’en être l’incendiaire, d’autant qu’il avait souscrit une police d’assurance (ce qui était loin d’être courant à l’époque). Il est arrêté et, après un jugement en cours d’assises, il est acquitté non sans avoir passé plusieurs mois en prison.

Un important incendie entre le 4 et 5 décembre 1895 semble avoir nécessité l’aide des sapeurs-pompiers des villages voisins[1]. Un autre éclate dans la nuit du 4 au 5 janvier 1897 vers minuit et prend dans le grenier à foin d’une maison. Une remise, un cellier, et le grenier au-dessus de celui-ci sont touchés, mais l’incendie a pu être maîtrisé. Les dégâts sont importants et s’élèvent à plus de 1400 francs.

Un autre, dont la cause est inconnue, éclate à la fin de cette même année et ravage des bâtiments à usage de culture, ne laissant indemne que le corps de logis. Les pertes sont importantes (2500 francs) mais couvertes[2].


[1] Archives départementales des Ardennes, compte rendu du conseil municipal en date du 16 août 1896.

[2] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 36, « Chronique locale et régionale », in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. 1re année, n° 1 du 31 mars 1880-35e année, n° 11991 du 25 août 1914. Charleville : [s.n.], 1880-1944, n° 6058, 7 décembre 1897, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].


Pompe à bras Champenois (circa 1840) du musée des sapeurs-pompiers Lyon-Rhône.
Pompe à bras Champenois (circa 1840) du musée des sapeurs-pompiers Lyon-Rhône.

Trois mois après, c’est une tentative d’incendie criminel qui vise un Romanais, alors qu’il était absent. En effet, l’incendiaire avait placé une torche allumée dans un tas de bois près du fournil. Mais sa manœuvre est déjouée, grâce à l’intervention d’un habitant qui réussit à éteindre, seul, ce début d’incendie[1].  Un petit incendie éclate le 31 juillet 1906, entrainant la destruction d’une meule de paille appartenant à un cultivateur   qui perd ainsi une somme égale à 130 francs.

Une nouvelle fois, en septembre 1909, c’est un incendie volontaire (selon les dires d’un gamin qui a vu s’enfuir l’auteur des faits vers Draize). Deux meules de paille appartenant à l’aubergiste sont détruites[2]. Le 28 septembre 1910, débute un nouvel incendie à La Romagne. Il est d’une telle violence qu’il dure plusieurs heures, faisant disparaître un bâtiment et son contenu de foin et d’avoine avant de gagner une maison voisine qui s’enflamme à son tour, ce qui nécessite l’intervention de pompiers « étrangers » (entendons d’autres villages)[3]. En mai 1963, un début d’incendie dans l’ancienne école (devenue une salle des fêtes) est très vite éteint, ne causant que quelques dégâts mineurs.

Véhicules de lutte contre l'incendie utilisés actuellement par les sapeurs-pompiers de La Romagne (collection privée, avec l'aimable autorisation de madame Véronique Sené et de monsieur Daniel Sené).
Véhicules de lutte contre l’incendie utilisés autrefois par les sapeurs-pompiers de La Romagne (collection privée, avec l’aimable autorisation de madame Véronique Sené et de monsieur Daniel Sené).

Chacun de ces incendies soulève la nécessité pour les particuliers de s’assurer. Il faudra du temps pour responsabiliser les habitants et faire évoluer les mentalités, mais aussi le concours du législateur et de particuliers, qui font désormais figurer dans des actes notariés de prêt une clause qui garantit que celui-ci est obligatoirement assuré jusqu’à l’extinction de la dette[4].

Casque tradition porté par les sapeurs-pompiers lors des cérémonies.
Casque tradition porté par les sapeurs-pompiers lors des cérémonies.

[1] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 37, « Chronique locale et régionale », in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. 1re année, n° 1 du 31 mars 1880-35e année, n° 11991 du 25 août 1914. Charleville : [s.n.], 1880-1944, n° 6157, 18 mars 1898, p.2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].

[2] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 60, « Chronique locale et régionale », in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. 1re année, n° 1 du 31 mars 1880-35e année, n° 11991 du 25 août 1914. Charleville : [s.n.], 1880-1944, n° 10211, 25 septembre 1909, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].

[3] Archives départementales des Ardennes, PERH149, L’Espoir [Texte imprimé] : journal politique, littéraire et commercial de l’arrondissement de Rethel [« puis » journal républicain], n° 10200, 1e octobre 1910, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].

[4]  Archives départementales des Ardennes, 3E14/23 [série E = État civil, officiers publics et ministériels, sous-série 3E14/1-324 = archives notariales de Chaumont-Porcien et Seraincourt].

Catégories
Fêtes Métiers Professions Sapeurs-pompiers

La Sainte-Barbe et les pompiers de La Romagne


Les incendies sont depuis toujours un véritable fléau pour les villages. C’est pour pouvoir les combattre que le premier corps des sapeurs-pompiers est organisé en 1670 à Paris. Ce n’est cependant qu’en 1755 que les premières pompes apparaissent dans les Ardennes à Sedan.

Blason communal de Sedan.
Le blason communal de Sedan est d’argent à un chêne de sinople englanté d’or, posé sur une terrasse aussi de sinople et traversé au pied d’un sanglier de sable armé d’argent, le boutoir (le groin) de gueules.

Ce corps est réorganisé par le décret du 29 décembre 1875. Les officiers sont nommés par le président de la République. On trouve dans les villes les plus importantes et les gros bourgs un capitaine et un lieutenant, dans les communes de moindre importance (comme à Château-Porcien), uniquement un lieutenant et, dans toutes les autres communes, un sous-lieutenant.

Maurice Druart, lieutenant du corps des sapeurs-pompiers de La Romagne (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe).

La date de création à La Romagne du premier corps de sapeurs-pompiers reste assez énigmatique. Mais on peut penser qu’il existe au moins depuis 1878 puisque Jean Bompart, sergent-fourrier à la subdivision de La Romagne reçoit en 1908 un diplôme d’honneur accordé à un sapeur-pompier qui « compte plus de 30 ans de service et qui a fait constamment preuve de dévouement[1] ».

Diplôme de reconnaissance décerné au corps de sapeurs-pompiers de La Romagne (mairie de La Romagne, avec l’aimable autorisation de monsieur René Malherbe, maire de la commune).

[1] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 58, « Chronique locale et régionale », in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien. 1re année, n° 1 du 31 mars 1880-35e année, n° 11991 du 25 août 1914. Charleville : [s.n.], 1880-1944, n° 9921, 3 décembre 1908, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].


Jusqu’après la première guerre mondiale, et toujours à cause de la disparition de documents, il est bien difficile de donner plus d’explications en matière de lutte contre l’incendie dans la commune. Néanmoins, lors de la délibération du 11 juin 1882, le maire suggère « qu’il serait bon de rétablir la compagnie de sapeurs-pompiers », ce qui permet de confirmer qu’une unité existait antérieurement à cette date.

L’organisation générale se structure encore plus à partir de 1890. Sur la totalité des communes que compte le département, il y a 250 compagnies de pompiers. En effet, les municipalités doivent prendre les mesures nécessaires pour disposer du matériel suffisant pour lutter au plus tôt contre les incendies, et sans attendre le secours des communes voisines. Cependant, on peut s’interroger sur l’importance et la disponibilité de celle de La Romagne, lorsque des incendies éclatent dans le canton de Chaumont entre 1890 et 1895. La relation qui en est faite dans la presse (Le Petit Ardennais en particulier) ne mentionne jamais le village. Pourquoi ?

Casque de sapeurs-pompiers de Paris, modèle 1895.
Casque des sapeurs-pompiers de Paris, modèle 1895.

De plus, pour lutter plus efficacement contre les sinistres les plus graves, une inspection départementale (créée à partir de 1891) veille à l’instruction des différents corps. Son objectif est de la rendre la plus uniforme possible, pour qu’elle puisse être employée utilement lorsque plusieurs compagnies sont nécessaires pour lutter contre les incendies les plus importants.

La mission des sapeurs-pompiers d’une commune est entièrement gratuite, voire coûteuse. Ces derniers ne reçoivent aucune indemnité pour la perte de leur salaire, voire pour les chaussures ou les vêtements endommagés lors de la lutte contre l’incendie (au fil des années, ces points vont changer).


En 1905, l’effectif de la commune est de 21 hommes mais il sera porté à 23 pour diverses raisons : la pompe est difficile à manœuvrer. Et deux jeunes gens souhaitent réintégrer le corps des sapeurs-pompiers après leur service militaire. Quatre années plus tard, le conseil municipal souhaite mobiliser 25 hommes[1].

Bocquet, ArthurDevie, Alfred
Bocquet, ErnestDevie, Jean
Bompart, CharlesDouce, Henri
BONHOMME, Désiré VitalDruart, Maurice
Boudsocq, GastonLange, Pierre
Carbonneaux, AristideLegros, André
Carbonneaux, MarceauMarquigny, Henri
Carbonneaux, MauriceModeste, Fernand
Chrétien, FirminQuentin, Omer
Cugnard, AlcideTrochain, Marcel
Devie, AlbertVuilmet, Aimé
L’effectif de 22 sapeurs-pompiers est conforme à l’arrêté préfectoral du 22 mars 1923.

Pour La Romagne, comme pour les autres communes ardennaises, l’arrêté préfectoral en date du 22 mars 1923 réorganise les corps de sapeurs-pompiers. Celui du village se compose de 22 hommes (un lieutenant, un sergent-fourrier, un caporal, un clairon, un tambour et des sapeurs). L’uniforme choisi est en toile. A partir de 1925, la municipalité contracte une assurance au profit des pompiers contre les accidents et maladies qui pourraient survenir pendant le service[2].


[1] Archives départementales des Ardennes, délibérations du conseil municipal de La Romagne des 19 mars 1905 et 14 mars 1909.

[2] Archives départementales des Ardennes, délibération du conseil municipal de La Romagne du 26 février 1925.


Chaque homme recruté doit répondre à des obligations précises : une moralité et une probité reconnues, posséder les aptitudes physiques nécessaires, et s’engager pour cinq ans. En cas de rupture, le démissionnaire doit verser une somme de 50 francs qui sera utilisée lors d’un achat de matériel ou d’uniformes.

Billet de 50 francs bleu et rose type 1889 en date du 28 juillet 1923.

Tous ces hommes exercent par ailleurs une profession et, parmi eux, on trouve douze cultivateurs, deux maréchaux-ferrants, deux vanniers, un boulanger, un charpentier, un domestique, un employé, un journalier et un peintre. Cet engagement au service du village ne concerne pas uniquement des adultes, car des jeunes gens souhaitent également en faire partie et pour cela doivent avoir l’accord de leurs parents.

L’accord des parents est nécessaire pour intégrer le corps des sapeurs-pompiers de La Romagne (mairie de La Romagne, avec l’aimable autorisation de monsieur René Malherbe, maire de la commune).

Quinze ans plus tard (en 1938), lorsque l’on compare les effectifs, certains sont encore présents, ce qui montre ainsi leur implication dans la vie de la commune.

Bart, JeanDudur
Bolle, A.Ledouble
BONHOMME, Désiré VitalLegros
Boudsocq, GastonLelong
Carbonneaux, AristideMalherbe
ChicheMauroy
ChrétienRaymond, Jules
Devie, AlbertVuilmet
Devie, Alfred
Douce, Henri
Druart, Maurice
Les sapeurs-pompiers de La Romagne s’engagent pour longtemps : de nombreux noms sont communs aux effectifs de 1923 et de 1938.

A cette date, le conseil municipal s’engage (sur une durée de 15 ans) à subvenir aux dépenses du service, et accorde une subvention aux sapeurs-pompiers chaque année.


Détail du casque d’Emile Sené, sapeur-pompier de La Romagne, (collection privée, avec l’aimable autorisation de madame Véronique Sené et de monsieur Daniel Sené).
Casque d’Emile Sené, sapeur-pompier de La Romagne, blason et phylactère (collection privée, avec l’aimable autorisation de madame Véronique Sené et de monsieur Daniel Sené).

L’uniforme obligatoire change. Il se compose désormais d’une veste, d’un pantalon de drap, et d’une ceinture. L’entraînement, depuis la formation du corps en 1923, se fait, par diverses manœuvres, chaque premier dimanche du mois. C’est aussi l’occasion de vérifier l’état des accessoires et de la pompe qui se trouvent dans la remise jouxtant l’église. En cas d’incendie, les pompiers sont alertés par la sonnerie des cloches, tant que celles-ci seront en usage, ou par le clairon par la suite.

Les pompiers de La Romagne à l'entraînement, photographie prise par monsieur l'abbé Pierre Médéric Buché et léguée à la mairie de La Romagne, avec l’aimable autorisation de monsieur René Malherbe (maire de la commune) et de monsieur Yves Albertini.
Les pompiers de La Romagne à l’entraînement (photographie prise par monsieur l’abbé Pierre Médéric Buché et léguée à la mairie de La Romagne, avec l’aimable autorisation de monsieur Yves Albertini et de monsieur René Malherbe, maire de la commune).

Lorsqu’en 1927, la remise à pompe où était entreposé le matériel menace de s’écrouler dans la mare voisine (en raison de ses murs crevassés), la seule solution à prendre est de la démolir.

Plan de la mare et de la remise à pompe, mairie de La Romagne, avec l'aimable autorisation de monsieur René Malherbe (maire de la commune).
Plan de la mare et de la remise à pompe (mairie de La Romagne, avec l’aimable autorisation de monsieur René Malherbe, maire de la commune).

Pour la reconstruire, on utilise certains des matériaux et on confie l’exécution des travaux à M. Hayot. Le matériel dont disposent les pompiers est soigneusement répertorié, et l’inventaire dressé en 1939 permet de dire que la commune possède au moins :

  • une pompe aspirante et foulante ;
  • une pompe à bras foulante plus ancienne ;
  • des tuyaux de cuir, de toile et de caoutchouc ;
  • deux lances en cuivre ;
  • une quarantaine de seaux en toile ;
  • les valises pour les ranger ;
  • une hache et une pioche ;
  • les tenues d’officier et de sapeurs ;
  • les ceintures de feu ;
  • trois clairons, un tambour et le drapeau.

La Romagne ne disposant pas alors de bornes à incendie, les pompiers prennent l'eau dont ils ont besoin dans les mares du village, ce qui sera un souci à terme (collection privée, avec l'aimable autorisation de monsieur René Malherbe (maire de la commune).
La Romagne ne disposant pas alors de bornes à incendie, les pompiers prennent l’eau dont ils ont besoin dans les mares du village, ce qui sera un souci à terme (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur René Malherbe, maire de la commune).

L’alimentation en eau est un véritable problème à partir de cette époque : les mares, au centre du village, et qui servent depuis longtemps de « réserve d’eau », voient leur niveau baisser et ont besoin d’être curées. De plus, il n’existe aucun autre réseau de distribution d’eau avec des bornes d’incendie.

Grand-rue de La Romagne, (collection privée, avec l'aimable autorisation de monsieur René Malherbe, maire de la commune).
Grand-rue de La Romagne, (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur René Malherbe, maire de la commune).

Durant les années de guerre, le système de défense contre l’incendie sera très précaire[1]. Après la guerre, le matériel va devoir être remplacé. Pour cela, on utilise une partie des sommes consacrées aux dommages de guerre. En 1948, la commune remplace la motopompe hors d’usage (en rachetant celle que Rumigny revend et, par la suite, celle de Remaucourt).

Blason communal de Rumigny.
Le blason communal de Rumigny est d’or au double trescheur fleurdelysé et contre fleurdelysé de sinople, à la bande de gueules brochant sur le tout.

[1] Archives départementales des Ardennes, 9R 1-17 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 9R = service de défense contre les incendies, les sapeurs-pompiers, la défense passive].


A partir de 1950, c’est une bonne partie du matériel qui est racheté. Le village a un nouvel équipement constitué de lances, tuyaux, dévidoirs, etc. Ces achats s’élèvent à peu près à la somme de 483 000 francs.

Les sapeurs-pompiers sur la place de La Romagne le 14 juillet 1952 (collection privée, avec l’aimable autorisation de monsieur Pierre Malherbe).

De 1952 à 1958, ce sont de nouvelles tenues et des vestes de cuir qui viendront équiper les pompiers[1]. Les interventions pour des incendies à La Romagne s’espacent (en raison du développement de nouveaux critères de sécurité), mais l’entraînement régulier perdure.


[1] Archives départementales des Ardennes, 9R 86 [série R = affaires militaires, organismes de temps de guerre, sous-série 9R = service de défense contre les incendies, les sapeurs-pompiers, la défense passive].


Afin de renforcer les liens qui existent entre les pompiers des diverses communes d’un canton, les officiers et sous-officiers forment des associations amicales, comme c’est le cas pour le canton de Chaumont-Porcien dès 1907. Elles se réunissent périodiquement, et notamment chaque 4 décembre, lors d’un banquet où ils honorent sainte Barbe[1] (la patronne de tous ceux qui travaillent avec le feu ou la foudre).

Les pompiers fêtent leur patronne sainte Barbe le 4 décembre.

[1] Nota bene : si on cite le personnage de sainte Barbe, l’adjectif « sainte » s’écrit avec une minuscule et n’est pas suivi d’un trait d’union. Si, en revanche, le nom de la sainte contribue à la dénomination d’une rue, d’un édifice, d’un ordre religieux, d’une fête, etc., majuscule et trait d’union s’imposent. Et donc, dans ce cas, on écrira « fête de la Sainte-Barbe ».