Catégories
Anecdotes Guerre mondiale (1939-1945) Victimes de guerre

L’exode de 1940 à La Romagne à travers un journal intime


La famille Devie-Vadez a fait don à l'église Saint-Jean du vitrail d'Éloi de Noyon. Le saint est le patron des ouvriers qui se servent d'un marteau, et plus particulièrement des forgerons, mécaniciens, chaudronniers, cloutiers, ferblantiers, maréchaux-ferrants, charrons, maquignons, fermiers, laboureurs, valets de ferme. Prise de vue effectuée le dimanche 3 septembre 2017 à La Romagne (Ardennes). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
La famille Devie-Vadez a fait don à l’église Saint-Jean du vitrail d’Éloi de Noyon. Le saint est le patron des ouvriers qui se servent d’un marteau, et plus particulièrement des forgerons, mécaniciens, chaudronniers, cloutiers, ferblantiers, maréchaux-ferrants, charrons, maquignons, fermiers, laboureurs, valets de ferme. Prise de vue effectuée le dimanche 3 septembre 2017 à La Romagne (Ardennes). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Les autobiographies, les journaux intimes[1], les mémoires, les récits personnels peuvent relater des événements extérieurs, recueillir des faits historiques, dresser une chronique de leur époque, présenter un témoignage. A ce titre, ils constituent une source primaire.


[1] Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, 2006-91433, Lejeune, Philippe ; Bogaert, Catherine, Le journal intime : histoire et anthologie, Paris : Textuel, 2005, 506 p. [Note : contient également un grand choix d’extraits de journaux de divers auteurs. – Bibliographie pages 459-494. Index].


La famille Devie-Vadez a fait don à l'église paroissiale Saint-Jean du vitrail de saint Eloi (détail). Prise de vue effectuée le dimanche 3 septembre 2017 à La Romagne (Ardennes). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
La famille Devie-Vadez a fait don à l’église paroissiale Saint-Jean du vitrail de saint Eloi (détail). Prise de vue effectuée le dimanche 3 septembre 2017 à La Romagne (Ardennes). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Un récit de l’exode de 1940 à La Romagne a pu être établi[1] à partir de la lecture du journal manuscrit inédit de Marie-Louise Devie, fille de Jean-Baptiste Alfred Devie et de Reine Alice Vadez. Jeune femme qui atteint ses dix-sept ans pendant cette période, elle a noté son quotidien du 14 mai 1940 au 11 juillet 1941.


[1] Avec l’aimable autorisation de monsieur Martial Bertrand, fils de Marie-Louise Devie et de René Bertrand.


Ancien coq de l'église Saint-Jean, déposé à la mairie. Prise de vue effectuée le vendredi 13 mai 2011 à La Romagne (Ardennes). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Ancien coq de l’église Saint-Jean, déposé à la mairie. Prise de vue effectuée le vendredi 13 mai 2011 à La Romagne (Ardennes). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Le 14 mai 1940, pressentant l’arrivée imminente des Allemands, une partie de la famille[1] de Jean-Baptiste Devie, cultivateur à la Bouloi[2], décide de quitter le village. Elle le fait malgré les quolibets des gens du pays, tandis que d’autres membres[3] restent sur place.


[1] La mère Reine Alice Vadez, la grand-mère Marie-Louise Vadez, le fils Louis, la fille Marie-Louise et Reine Marie Lefèvre, cousine germaine de Marie Louise.

[2] Ferme de La Romagne.

[3] Le père Jean-Baptiste Devie, le fils cadet Victor, et l’autre grand-mère Marie Ursule Jennepin (qui ne veut pas partir).


Cheval ardennais, héliogravure en quadrichromie, timbre dessiné par Roxane Jubert d'après une photographie de Varin-Visage Frères (Agence Jacana).
Cheval ardennais, héliogravure en quadrichromie, timbre dessiné par Roxane Jubert d’après une photographie de Varin-Visage Frères (Agence Jacana).

C’est ainsi que, dans une charrette attelée de chevaux et conduite par Louis[1], ces cinq personnes partent sur les routes ardennaises avant de traverser le département de l’Aisne. Elles y subissent, dès le lendemain, les premiers bombardements aux environs d’Evergnicourt, avant d’être confrontées aux voies encombrées le surlendemain.


[1] Le fils aîné.


Timbre illustrant l'été, d'après Nicolas Mignard dessiné par Pierre Gandon et gravé par Pierre Béquet en taille-douce brun-jaune.
Timbre illustrant l’été, d’après Nicolas Mignard dessiné par Pierre Gandon et gravé par Pierre Béquet en taille-douce brun-jaune.

Il leur faut quatre jours pour atteindre Montdauphin (Seine-et-Marne), non sans avoir passé des nuits parfois écourtées et fraîches sous un hangar, dans la paille d’une grange, ou dans une maison au confort très rudimentaire.


Détail du clocher de l'église Saint-Jean. Prise de vue effectuée le dimanche 3 septembre 2017 à La Romagne (Ardennes). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Détail du clocher de l’église Saint-Jean. Prise de vue effectuée le dimanche 3 septembre 2017 à La Romagne (Ardennes). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

Lors d’une halte d’une journée, ils rencontrent fortuitement des Romanais[1]. Ces derniers leur annoncent la mort d’Aimé Vuillemet et de Marthe Mauroy à la suite de l’explosion d’une bombe sur l’église. Plus tard, d’autres habitants de La Romagne croisés en chemin leur apprennent que « la maison Lucie Bonpart sert de Kommandantur ».


[1] Modeste et Guillaume Marandel.


L'église paroissiale de Courceaux (Seine-et-Marne) est rattachée à Notre-Dame de la Visitation.
L’église paroissiale de Courceaux (Seine-et-Marne) est rattachée à Notre-Dame de la Visitation.

Ils se remettent en route dès le 20 mai et arrivent le lendemain dans le village de Courceaux (Yonne). Ils restent dans les environs jusqu’au 4 juin, où ils reçoivent un bon accueil et sont logés dans des maisons inhabitées.

Durant tout ce temps, ces réfugiés cherchent et trouvent du travail dans les fermes environnantes, soit en fanant ou en conduisant des voitures de foin (les femmes en particulier font de la couture ou des lessives).

En échange, ils reçoivent de la nourriture, de la boisson et parfois un peu d’argent. Durant cette période, ils ont le bonheur de recevoir des nouvelles du chef de famille qui a, à son tour, quitté La Romagne pour les rejoindre.


Cheval ardennais, héliogravure en quadrichromie, timbre dessiné par Elodie Dumoulin.
Cheval ardennais, héliogravure en quadrichromie, timbre dessiné par Elodie Dumoulin.

Le 5 juin, nouveau départ ! La famille délaisse Courceaux pour arriver deux jours plus tard entre Bellegarde et Lorris (Loiret). Elle y reste jusqu’au 11 juin, chacun travaillant durant ces longues journées. Lors du déplacement suivant, elle croise de nombreux soldats et doit se séparer d’un des chevaux[1] qui, blessé, ne peut continuer. La pauvre bête est vendue à un boucher.


[1] La jument Dragonne.


La guerre éclair (der Blitzkrieg) s'impose dans la bataille de France de 1940. Elle s'appuie sur le Junkers Ju 87, communément appelé Stuka (de l’allemand Sturtzkampfflugzeug = bombardier en piqué).
La guerre éclair (der Blitzkrieg) s’impose dans la bataille de France de 1940. Elle s’appuie sur le Junkers Ju 87, communément appelé Stuka (de l’allemand Sturtzkampfflugzeug = bombardier en piqué).

Le 13 juin, le département du Cher est atteint mais les parcours qui couvraient journellement une petite cinquantaine de kilomètres sont réduits à une douzaine comme d’Argent-sur-Sauldre à Aubigny-sur-Nère, ou de cette dernière ville à Lury-sur-Arnon. Ces ralentissements sont dus aux bombardements, au reflux de soldats et à la proximité des Allemands qui sont à Châteauroux.


A Issoudun, Notre-Dame est liée à une personne (le Christ) et non à un lieu, comme ce peut être le cas pour d'autres sanctuaires.
A Issoudun, Notre-Dame est liée à une personne (le Christ) et non à un lieu, comme ce peut être le cas pour d’autres sanctuaires.

Quand elle arrive enfin à Issoudun (Indre) le 17 juin, jour de l’armistice, la famille Devie-Vadez retrouve d’autres réfugiés de La Romagne. Elle se stabilise jusqu’au 5 juillet dans les environs, logeant tantôt à Condé, Sarzay ou Fougerolles, en fonction des travaux des champs et des lieux disponibles.


Timbre de Bruno Ghiringhelli illustrant les vendanges, héliogravure polychrome.
Timbre de Bruno Ghiringhelli illustrant les vendanges, héliogravure polychrome.

Le début du mois de juillet marque pour elle le départ pour La Romagne. Le retour est envisagé avec joie. Celle-ci est de courte durée car c’est sans compter sur la décision allemande de faire des Ardennes une zone interdite. La nécessité d’avoir des laissez-passer ne se discute pas.

Du jour au lendemain, l’espoir de retrouver bientôt la terre natale s’éteint. La famille retourne dans une ferme où elle a déjà logé. La vie s’organise une nouvelle fois entre les travaux et les soins de la terre, les récoltes, les vendanges et les rencontres amicales entre Romanais, que ce soit avec les Malherbe, monsieur Cugnart, Les Bonhomme.

Les semaines et les mois passent quand, le 11 juillet 1941, les papiers nécessaires sont enfin en règle. Le retour à La Romagne est désormais une certitude…

Vue panoramique du clocher du village. Prise de vue effectuée le dimanche 3 septembre 2017 à La Romagne (Ardennes). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.
Vue panoramique du clocher du village. Prise de vue effectuée le dimanche 3 septembre 2017 à La Romagne (Ardennes). Crédits photographiques : © 2020 laromagne.info par Marie-Noëlle ESTIEZ BONHOMME.

DateDépartementsCommunes et lieux-dits
14 mai 1940ArdennesLa Romagne – Givron – Doumely – Chappes – Saint-Fergeux – Hannogne-Saint-Rémy – Banogne-Recouvrance – Le Thour
15 maiArdennesAisneVillers-devant-le-Thour – Avaux-le-Château – Asfeld
 
Evergnicourt – Neufchâtel-sur-Aisne – Menneville – Guignicourt[1]PontavertConcevreux


[1] Ancienne commune, qui a fusionné avec Menneville pour devenir Villeneuve-sur-Aisne.
16 maiAisneMaizy – Villers-en-Prayères – Viel-Arcy – Braine – Limé – Quincy-sous-le-Mont – Jouaignes – Loupeigne – Villemoyenne – Fère-en-Tardenois – Beuvardes
17 maiAisneMont-Saint-PèreMézy-Moulins – Crézancy – Saint-Eugène – Celles-sur-AisneCondé-en-Brie
18 maiAisneSeine-et-MarnePargny-la-Dhuys – Artonges – Marchais-en-Brie
 
La Celle-sur-MorinMontdauphin
19 maiHalte
20 maiSeine-et-MarneMontolivet – Meilleray – La Chapelle-Véronge[1] – [Prellay[2]] – Marchais – Voigny – Villiers-Saint-Georges – Léchelle – Sourdun


[1] Ancienne commune, devenue La Chapelle-Moutils suite à sa fusion-association avec Moutils.
[2] Lieu non identifié.
21 maiSeine-et-MarneHermé – Sancy-lès-Provins – Noyen-sur-Seine, Fontaine-Fourches – Courceaux
22 mai-4 juinHalte
5 juinYonnePlessis-du-Mée – Pailly – Plessis-Saint-Jean – SerginesMichery – Compigny – Pont-sur-Yonne – Saint-Sérotin – Brannay
6 juinYonneLoiretFontaines – Saint-ValérienLa BellioleDomats – [Chantecoq[1]] – Champgrand – Savigny-sur-Clairis
 
Courtenay La Chapelle-Saint-SépulcreMontargisVillemandeur

[1] Lieu-dit non identifié.
7 juinLoiretPannesSaint-Maurice-sur-FessardBellegardeLorris
8-9 juinHalte
10 juinLoiretMontereau – Gien
11 juinHalte
12 juinCherArgent-sur-SauldreAubigny-sur-Nère
13 juinCherLa Chapelle-d’AngillonVierzonLury-sur-Arnon
14 juinCherIndreMéreau
 
ReuillySainte-LizaigneIssoudun
15-16 juinHalte
17 juinIndreCondé – Saint-Léger – Ambrault Saint-Août
18 juinIndreSaint-Chartier – Sarzay – Fougerolles
19 juin-4 juilletHalte
5 juilletIndreFougerolles – Sarzay – Nohant-Vic – Saint-Chartier
6 juillet 1940IndreSaint-Août – Meunet-Planches   – Villaines – Issoudun.
7 juillet 1940-10 juillet 1941Halte
11 juillet 1941IndreArdennesDépart pour La Romagne
De La Romagne (Ardennes) à Issoudun (Indre), l’itinéraire de l’exode de 1940 par la famille Devie-Vadez.
Catégories
Anecdotes Criminalité Faits divers Justice

Quelques faits divers, crimes, délits et suicides à La Romagne


Carpe commune (Cyprinus carpio). Le carême conduit les moines à développer la carpiculture. En dehors des raisons théologiques, les étangs offrent un meilleur rendement que les terres.
Carpe commune (Cyprinus carpio). Le carême conduit les moines à développer la carpiculture. En dehors des raisons théologiques, les étangs offrent à surface égale un meilleur rendement que les terres.

En 1510, la pauvreté est si grande à La Romagne que certains des habitants, poussés par cette misère, sont pris à pêcher « à engins et harnois » dans l’étang de Pute Peine[1] qui se situait entre La Romagne, Montmeillant et Angeniville (ancien village proche de La Romagne depuis longtemps disparu). Celui-ci appartenait aux Cisterciens de Signy. Les villageois capturent plusieurs carpes.

Après avoir copieusement  insulté les moines, ils doivent promettre de  payer l’amende (20 sols[2] pour chacun) et de s’agenouiller devant l’autel de l’église de Signy, afin de demander pardon à Dieu et à Notre-Dame, en disant chacun deux prières (un Notre Père et un Je vous salue Marie).


[1] Peu de peine.

[2] Soit une livre.


Le blason communal de Liège est de gueules à une colonne posée sur trois degrés soutenus de trois lions couchés et sommée d'une pomme de pin soutenant une croix pattée ; la dite colonne accostée à dextre de la lettre L et à senestre de la lettre G, le tout d'or.
Le blason communal de Liège est de gueules à une colonne posée sur trois degrés soutenus de trois lions couchés et sommée d’une pomme de pin soutenant une croix pattée, ladite colonne accostée à dextre de la lettre L et à senestre de la lettre G, le tout d’or.

Lors de sa visite, Monseigneur Le Tellier prescrit contre deux cousins germains[1] de La Romagne qui se sont  mariés dans le diocèse de Liège[2].


[1] Il n’a pas été possible d’identifier pour l’instant les personnes en question, en raison d’une indication géographique trop vaste (échelle diocésaine) et trop vague.

[2] Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, Français 6025 [ensemble de 193 feuillets, plus le feuillet A préliminaire. Les feuillets A, 40-51, 87-100, 118-129, 156-192 sont blancs], Visites des doyennés de Fismes (fol. A v°), La Montagne (fol. 52 v°), Saint-Germainmont (fol. 101 v°) et Rumigny (fol. 130 v°), 1672-1679, texte numérisé d’après un microfilm en noir et blanc de la Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, MF 32172, consultable en ligne sur Gallica. Voir aussi Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, Français 6026 [ensemble de 178 feuillets, cotés A, 1-151, 151 bis, et 152-176. Les feuillets 31-39, 85-95, 133-139, 151 bis et 175 sont blancs], Visites des doyennés de Mézières (fol. A v°), Mouzon (fol. 40 v°), Grand-Pré (fol. 96 v°) et Rethel (fol. 140 v°), 1673-1682, texte numérisé d’après un microfilm en noir et blanc de la Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, MF 8174, consultable en ligne sur Gallica. [Nota bene : les cotes Français 6025-6028 correspondent à la série I des registres et journaux de Charles-Maurice Le Tellier, archevêque de Reims, écrits de sa main, relatifs à l’administration de son diocèse et à ses tournées pastorales].


Hoffmann, Nicolas, Régiment d'Infanterie (Royal-Comtois) au règlement de 1786, planche gravée et coloriée à la gouache sur vélin, rehauts d'or et d'argent.
Hoffmann, Nicolas, Régiment d’Infanterie (Royal-Comtois) au règlement de 1786, planche gravée et coloriée à la gouache sur vélin, rehauts d’or et d’argent.

La justice royale s’applique dans toute sa rigueur à l’encontre de Nicolas Mereaux, boucher demeurant à La Romagne. Avec d’autres complices, dont Nicolas Germain (soldat au régiment Royal-Comtois) et Pierre Camus (cabaretier à Villers-le-Tourneur), il assassine en août 1779 Jean-François Boutillier, lieutenant des Fermes du roi, à proximité du village dont le dernier mis en cause était originaire.


Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-3382806, Briais, Bernard, Galères et galériens, Saint-Malo : Éditions l'Ancre de marine, 1995, texte numérisé d’après l’original de la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, 8-D1 MON-1557, bientôt consultable dans les salles de lecture sur Gallica intra muros.
Bibliothèque nationale de France, document numérique, NUMM-3382806, Briais, Bernard, Galères et galériens, Saint-Malo : Éditions l’Ancre de marine, 1995, texte numérisé d’après l’original de la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, 8-D1 MON-1557, bientôt consultable dans les salles de lecture sur Gallica intra muros.

Avant sa condamnation, Nicolas Mereaux se voit appliquer la question ordinaire et extraordinaire. Il est conduit le 8 mars 1780 sur la place du marché de Reims pour y être flétri[1], avant de purger sa peine (il est condamné à vie aux galères[2]).

De plus, il doit payer 500 livres envers l’adjudicataire des Fermes du roi, 3000 livres de dommages et intérêts pour les enfants mineurs, tandis que le reste de ses biens est confisqué au profit de la royauté. A l’époque, ce jugement (et la condamnation qui s’ensuit) ne peut être ignoré de la population : il est lu, affiché, publié , non seulement à La Romagne, mais aussi dans un grand nombre de villages du ressort de la Commission du roi établie à Reims[3] : Rocquigny, Lalobbe[4], Wasigny, etc.


[1] La flétrissure est une marque au fer rouge.

[2] Appliquées sur l’épaule droite, les trois lettres GAL désignent le galérien.

[3] Médiathèque Georges-Delaw (Sedan), fonds Gourjault, carton 72, division 2 [arrêts du Conseil d’Etat, édits concernant les Ardennes], Jugement souverain du 10 mai 1780 [condamnation de Nicolas Mereaux pour un assassinat commis dans les environs de Villers-le-Tourneur], pièce imprimée, notice descriptive consultable en ligne sur le Catalogue collectif de France (CCFr).

[4] Dont était originaire Nicolas Germain, dit la Neuville.


Tribunal de Rethel (Ardennes) et musée du Rethélois, carte postale ancienne.

Il ne faut pas croire que, quels que soient les temps, les villages ne connaissent aucune affaire relevant de la justice. Bien au contraire, une violence plus ou moins latente sourd, et n’attend qu’un moment propice pour se révéler.

Ainsi, le 7 juillet 1808 se déroule aux Houis un fait divers qui a pour victime une jeune femme, âgée de vingt-huit ans et mère d’une petite fille de neuf mois. A la demande de son « bon ami », elle se rend auprès de lui en fin d’après-midi alors qu’il est en train de labourer un champ. C’est à ce moment-là que celui-ci, entré en furie, jette l’enfant à terre. Armé d’un couteau, il se précipite sur la jeune femme et la blesse à la tête, provoquant un « ruissellement de sang ».

La mère et la sœur de la victime se portent à son secours. Après le dépôt d’une plainte, divers témoignages, et le résultat des examens ordonnés par le juge de paix, l’agresseur est traduit une quinzaine de jours plus tard devant le tribunal de police correctionnel de Rethel[1]  (audience du 20 juillet 1808).


[1] Archives départementales des Ardennes, 1J 86 2 [série J = archives d’origine privée (entrées par voie d’achat, don, legs ou dépôt), sous-série 1J = pièces isolées et petits fonds d’origine privée, articles 1 J 86 = documents relatifs au Rethélois (don de monsieur Lefranc, janvier 1951, entrées 163 et 164, articles 1J 86 2 = pièces de procédure et divers], procès pour Marie Simonne Bolle, de La Romagne, pour coups et blessures (1808).


La prison de Clairvaux est une maison centrale située sur l'emplacement de l'ancienne abbaye à Ville-sous-la-Ferté (Aube) en Champagne-Ardenne.
La prison de Clairvaux est une maison centrale située sur l’emplacement de l’ancienne abbaye à Ville-sous-la-Ferté (Aube) en Champagne-Ardenne.

Une autre affaire montre que les sanctions sont extrêmement lourdes en cour d’assises. Ainsi, un jeune habitant de La Romagne, âgé de vingt et un ans, s’introduit nuitamment dans une maison habitée. Il vole de la farine et d’autres denrées. Jugé, il est condamné au carcan et à une exposition en public, ainsi qu’à dix ans de travaux forcés[1].

Le vol domestique est lui aussi sévèrement puni à travers les époques, comme le prouve la condamnation à cinq ans de réclusion d’une Romanaise âgée de cinquante ans. Entrée le 28 août 1829, à la maison centrale de Clairvaux[2], elle y décède quelque temps plus tard.


[1] Archives départementales des Ardennes, 2U 2 [série U = justice, sous-série 2U = cour d’assises des Ardennes : comptes-rendus, arrêts], décision du 7 juillet 1817.

[2] Archives départementales des Ardennes, 5Mi 7 R 41 [série Mi = reproductions d’archives sous forme de microfilms, sous-série 5 Mi = microformes d’état civil réalisés par Family History Library, la société généalogique de Salt Lake City].


Le tribunal correctionnel de Rethel juge périodiquement quelques délits concernant des habitants. Les peines sont effectuées à la prison de la ville. De 1841 à 1857, la justice rethéloise s’occupe de vingt-deux affaires, dont quatorze concernent des hommes et sept des femmes[1]. Toutes les condamnations, quel que soit le motif, sont passibles d’une peine de prison variant de quelques jours (vol de récoltes) jusqu’à six mois (vol avec récidive).

MotifNombre d’affaires
Vol12
Coups et blessures involontaires4
Rébellion2
Homicide par imprudence1
Ouverture d’un cabaret sans autorisation1
Mendicité1
Banqueroute simple1
Bien que peu importante, la délinquance est tout de même présente à La Romagne.

[1] Archives départementales des Ardennes, 5U 466 [série U = justice, sous-série 5U = tribunal de première instance de Rethel].


La pomme Rambour d'hiver (très bonne cuite, cru ou à jus) est une variété typique des Ardennes, utilisée pour les rabottes.
La rambour d’hiver est une variété typique des Ardennes, utilisée pour la râbotte (dessert à base de pâte à tarte et de pommes).

Périodiquement, les habitants de La Romagne sont victimes de ce que l’on appelle de nos jours la petite délinquance : ils sont en butte à des sollicitations diverses (vente de petits objets comme des allumettes, demande de gîte pour la nuit dans une grange, etc.) au cours desquelles des individus indélicats en profitent pour dérober du linge, des souliers… D’autres voient disparaître les lapins qu’ils élevaient, constatent des vols de fruits et même des mutilations d’arbres[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 25, « Ardennes– La scie des lapins » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien, Charleville : [s.n.], 1880-1944, treizième année, n° 3977, jeudi 28 janvier 1892, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne]. Voir aussi Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 58, « La Romagne– Fruits enlevés » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien, Charleville : [s.n.], 1880-1944, vingt-neuvième année, n° 9903, dimanche 15 novembre 1908, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/6, consultable en ligne].


Depuis la décision de Colbert en 1675, la fabrication et la vente du tabac sont un monopole d’État.
Depuis la décision de Colbert en 1675, la fabrication et la vente du tabac sont un monopole d’État.

La contrebande constitue aussi un délit et, à proximité de la frontière belge, la plus active est celle du tabac. Elle peut se réaliser parfois à l’aide d’un chien, et certains Romanais (et non des plus jeunes) s’y sont livrés parfois. La condamnation pour colportage de « tabac étranger » coûte à l’un d’entre eux une amende de 300 francs[1], alors qu’un autre est condamné non seulement à une amende de 1500 francs, mais aussi à six mois de prison ferme[2]. La précarité de la situation de chacun de ces mis en cause, manouvrier et domestique, peut être une explication à la transgression de la loi.


[1] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 21, « Police correctionnelle de Rethel : audience du 7 janvier 1890 » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien, Charleville : [s.n.], 1880-1944, onzième année, n° 3249, jeudi 9 janvier 1890, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].

[2] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 58, « La Romagne– Arrestation » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien, Charleville : [s.n.], 1880-1944, vingt-neuvième année, n° 9802, mercredi 5 août 1908, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].


Revolver à six coups (Paul Verlaine en aurait utilisé un de ce type lors de son altercation avec Arthur Rimbaud).
Revolver à six coups (Paul Verlaine en aurait utilisé un de ce type lors de son altercation avec Arthur Rimbaud).

Les procès-verbaux des tribunaux ont disparu en partie, mais le dépouillement de la presse locale permet d’identifier de nombreuses violences, telle cette altercation qui éclate entre deux voyageurs (originaires de Rocquigny) en gare de Draize–La Romagne, et qui se règle, aux dires des protagonistes, par la menace d’un revolver et des coups de bâton bien appliqués[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 55, « Draize– Coup de bâton » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien, Charleville : [s.n.], 1880-1944, vingt-huitième année, n° 9265, mardi 29 janvier 1907, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].


Tribunal de Rethel (Ardennes), carte postale ancienne.
Tribunal de Rethel (Ardennes), carte postale ancienne.

On peut aussi évoquer les violences exercées contre les femmes (on ne citera que quelques cas), surtout dans le cadre de procédures de divorce : l’une, habitante du Mont de Vergogne, n’hésite pas à porter plainte contre son mari, avec qui elle est en instance de séparation, pour injures et bastonnade[1].

Une autre plaide contre son gendre (duquel sa fille est séparée) car, devant le refus des deux femmes de le voir, il ne se contente pas de fracturer la porte de la maison et de briser des vitres, mais aussi de les molester. Parfois, c’est une querelle de voisinage qui entraîne une plainte[2].


[1] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 52, « La Romagne– Coups et blessures » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien, Charleville : [s.n.], 1880-1944, vingt-sixième année, n° 8839, samedi 11 novembre 1905, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/4, consultable en ligne].

[2] Archives départementales des Ardennes, DEP/ARDENNAIS 53, « La Romagne– Violences légères » [chronique locale et régionale], in Le Petit Ardennais : journal politique [« puis » journal républicain] quotidien, Charleville : [s.n.], 1880-1944, vingt-septième année, n° 9035, jeudi 7 juin 1906, p. 2 [presse locale ancienne, vue 2/6, consultable en ligne].


Le profil de la délinquance romanaise est assez divers, comme en témoignent plusieurs cas entre 1933 et 1949 :

Motifs des délitsNombre d’affaires
Vols2
Coups et blessures volontaires5
Délit de chasse2
Délit de faux poids1
Outrage1
Escroquerie1
Défaut d’autorisation de circuler1
Blessures involontaires2
Détention d’armes de guerre1
Par rapport aux époques précédentes, on note l’évolution du motif des délits.

A un siècle d’écart environ, on constate quelques changements notoires. Tout d’abord, le nombre d’affaires diminue et, pour quatre d’entre elles, trois relaxes et un acquittement sont prononcés. Une seule affaire fait l’objet d’une condamnation à une peine de prison, tandis que des amendes sont davantage infligées. De plus, une seule femme est impliquée pour quinze hommes. Cela montre ainsi une transformation de la société, même si les affaires de coups et blessures restent tout aussi nombreuses[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 5U 468, 5U 671, 5U 672, 5U 688 [série U = justice, sous-série 5U = tribunal de première instance de Rethel]. Voir aussi Archives départementales des Ardennes, 1050W 50 [série W, archives publiques entrées par voie ordinaire, hors état civil, officiers publics et ministériels, postérieures au 10 juillet 1940, sous-série 1050W = tribunal de première instance de Rethel, 1794-1959].


Un différend entre Romanais et Givronais se traduit par des plaintes et met les villages en émoi.
Un différend entre Romanais et Givronais se traduit par des plaintes et met les villages en émoi.

On retrouve périodiquement cette même violence, exacerbée par exemple par  la guerre ou par l’intolérance : une altercation met aux prises deux habitants (un homme et une femme) des Houis. Après un vigoureux échange d’insultes, mettant en doute pour l’un son courage et pour l’autre sa moralité, le premier est prévenu d’avoir porté des coups et blessé la seconde, en provoquant une incapacité de travail de vingt jours. Plainte est portée, et l’agresseur est assigné à comparaître devant le tribunal correctionnel. Dans l’intervalle, un arrangement est trouvé, et la plainte est retirée[1].

Dans un autre cas, le motif officiel des violences physiques est dû à l’empiétement sur une propriété privée, mais plus probablement à un conflit latent de voisinage et à de profondes rancœurs entre des habitants du Mont de Vergogne et de Givron. En témoignent plusieurs plaintes déposées par les protagonistes. L’un de ceux-ci, après avoir appliqué quelques claques, montre un certain acharnement : la victime a des plaies au cuir chevelu qui doivent être suturées, et des ecchymoses et blessures sur plusieurs parties du corps, ce qui entraîne une incapacité de travail de plus de quinze jours[2].


[1] Archives départementales des Ardennes, 1050W 102 [série W, archives publiques entrées par voie ordinaire, hors état civil, officiers publics et ministériels, postérieures au 10 juillet 1940, sous-série 1050W = tribunal de première instance de Rethel, 1794-1959].

[2] Archives départementales des Ardennes, 1050W 115 [série W, archives publiques entrées par voie ordinaire, hors état civil, officiers publics et ministériels, postérieures au 10 juillet 1940, sous-série 1050W = tribunal de première instance de Rethel, 1794-1959].


Le cardinal Fesch, oncle de Napoléon Bonaparte, a légué à Ajaccio son terrain de Castelluccio, transformé en pénitencier pour enfants et adolescents en 1855.
Le cardinal Fesch, oncle de Napoléon Bonaparte, a légué à Ajaccio son terrain de Castelluccio, transformé en pénitencier pour enfants et adolescents en 1855.

Le Second Empire durcit les peines à l’égard des mineurs. Depuis 1840, sous le règne de Louis-Philippe, des colonies agraires, le plus souvent privées, accueillent de jeunes délinquants jusqu’à leur majorité. Mais, avec le changement de régime, ces institutions sont placées sous l’autorité de l’administration pénitentiaire.

Un jeune homme de La Romagne, tout juste âgé de dix-huit ans, y trouve la mort, probablement à cause des conditions de vie et du paludisme (qui règne de façon endémique dans la station de Castelluccio en Corse où il a été envoyé). Il avait été condamné pour incendie dans une ferme de Fleury où il était domestique, alors qu’il avait quatorze ans[1].


[1] Archives départementales des Ardennes, 3U 1280 [série U = justice, sous-série 3U = cour d’assises des Ardennes, dossiers de procédure].


Les suicides appartiennent eux aussi aux faits-divers. Ils sont souvent occultés, mais l’un d’entre eux a particulièrement marqué le village, sans que les causes en aient été élucidées. Le percepteur du lieu s’est tiré « tout d’abord un coup de fusil dont la balle lui a mutilé le visage et comme la mort n’avait pas fait son œuvre en s’emparant ensuite d’un de ses rasoirs pour se trancher la gorge au point que la tête a presque été séparée du tronc[1] ».

Qu’est-ce qui a pu pousser un homme âgé d’une trentaine d’années à mettre fin à ses jours d’une manière aussi violente dans la nuit du 14 au 15 mars 1855 ?


[1] Bibliothèque Carnegie, PER CH Atlas 2, « Nouvelles locales » in Le Courrier de la Champagne : journal de Reims, Reims : [s.n.], 1854-1921, lundi 19 mars 1855, n° 407, p. 3 [presse locale ancienne, vue 3/4, consultable en ligne]. [Note sur les numéros : les collections rémoises comprennent les exemplaires n°1, 25 janvier 1854 – 25 décembre 1869 ; 29 septembre 1870 – 10 septembre 1871 [lac.] ; 1er-2 janvier 1876 ; 1er semestre 1878 ; mars-avril 1895 ; 31 décembre 1913 ; 18 avril 1914 ; 7 juin 1914 ; 28 juin 1914 ; 14-15 juillet 1914 ; 22 juillet 1914 – 6 avril 1917 [lac.] ; 30 avril 1919 – 25 septembre 1921].