Catégories
Guerre mondiale (1914-1918) Militaires Monuments commémoratifs militaires Patrimoine culturel

Le monument aux morts de La Romagne


Après la première guerre mondiale, la municipalité de La Romagne élève un monument aux morts contre le mur de l’école limitant la cour de récréation et la place du village. Une simple liste gravée sur pierre repose sur un obélisque. Elle est ornée de la croix de guerre et de palmes, dont l’une avec ses feuilles très serrées symbolise la victoire et le sacrifice.

Le monument aux morts de la Romagne se trouvait autrefois sur le mur de la mairie-école.
Le monument aux morts de la Romagne se trouvait autrefois sur le mur de la mairie-école.

En 1929, à la suite de la demande d’un des conseillers, une délibération du Conseil municipal prévoit de placer un coq (emblème de la nation et du patriotisme) à son sommet. Cette réalisation n’a semble-t-il pas vu le jour. Ce monument aux morts est donc d’une très grande simplicité. Contrairement à celui d’autres villages, où les éléments commémoratifs sont déposés dans l’église, lui a été dissocié de la sphère religieuse pour se trouver au centre de l’espace villageois.

Aux enfants de la Romagne morts pour la patrie (1914-1918 et 1939-1945) !
Aux enfants de la Romagne morts pour la patrie (1914-1918 et 1939-1945) !

En 1957, à la suite de la construction de la nouvelle mairie-école, la plaque a été déplacée et apposée sur le mur de ce bâtiment qui fait face à la rue principale. Les passants peuvent y découvrir les enfants de La Romagne tombés pour la patrie lors des guerres de 1914-1918 et de 1939-1945.


Les fiches ci-dessous sont, en ce jour de commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918, toutes issues de la base des morts pour la France de la première guerre mondiale présente sur le site Mémoire des hommes.

Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Carbonneaux, Adolphe Alfred Edmond, classe 1898, né le 17 avril 1878 à La Romagne, mort pour la France le 26 septembre 1915 dans les tranchées du bois 402, soldat du 150e régiment d’infanterie. Dès le début septembre 1915, cette unité militaire se trouve dans  le secteur de Saint-Hilaire-le-Grand. Le 26 de ce même mois, l’ennemi est repoussé sur les crêtes qui dominent la vallée de la Py.

Portrait d'Adolphe Carbonneaux
Adolphe Alfred Edmond Carbonneaux (1878-1915), photographie ancienne (collection privée, avec l’aimable autorisation de madame Marie-Helène Beltrami Albertini).

Début octobre, le régiment attaque à L’Épine. La bataille est rude, nombre d’hommes sont tués mais le régiment se maintient sur le terrain conquis tout en étant au contact des défenses ennemies. Il est inhumé par le 94e régiment d’infanterie territoriale à Mourmelon-le-Grand.

.


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Créquy, Marcel Jean, classe 1908, né le 28 juin 1888 à Sévigny-Waleppe, mort pour la France le 6 juillet 1916 à Revigny, caporal au 41e régiment d’infanterie. Son régiment se trouve à Verdun le 24 juin 1916. Le lendemain, il est dans le secteur de Fleury, entre Souville et Froideterre.

Le surlendemain, malgré un violent bombardement, le régiment se met en position de récupérer le village de Fleury. La reprise est un échec malgré des assauts multiples jusqu’au 5 juillet 1916 qui occasionnent de multiples pertes. Marcel Jean Créquy succombe à ses blessures de guerre le lendemain. Ce même 6 juillet, le régiment est relevé afin de se retirer jusqu’au 20 juillet à Pargny-sur-Saulx.


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Davenne, Léon, classe 1916, né le 9 mai 1896 à Condé-lès-Herpy, mort pour la France le 9 juillet 1915 à Aix-Noulette, soldat de 2e classe, puis cavalier de 2e classe de l’escadron du 2e hussard, il est tué à l’ennemi. Ce régiment se retrouvera à Beauval, Givenchy-le-Noble, etc. C’est à cette époque que les Allemands font usage pour la première fois  de  gaz asphyxiants.

Le 20 juin 1915, c’est le départ pour aller sur la Somme à Villers-Mareuil. Dès le début juillet, le 2e hussard se retrouve dans un secteur beaucoup plus dur à Neuville-Saint-Vaast et à Aix-Noulette (lieu-dit de la « fosse 10 »). Les tranchées sont bouleversées. Les soldats n’ont aucun abri contre la pluie.

Les pertes de l’escadron s’élèvent rapidement : pour les périodes du 8 au 11 juillet 1915 et du 13 au 21, le Journal des marches et opérations (JMO) du 2e régiment de hussards [1] mentionne 44 blessés et 13 morts, dont Léon Davenne. Le soldat tué à l’ennemi a été cité à l’ordre de la 4e division de cavalerie.


[1] Service historique de la Défense, 26N 894/10 [série N (1871-1940), sous-série 26N = JMO (Journal des marches et opérations des corps de troupes), cotes 26N 571 à 1370 = JMO des régiments et des bataillons, JMO du 2e régiment de hussards [cavalerie], 1er avril 1915-31 décembre 1916, consultable en ligne sur le site Mémoire des hommes].


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Douce, Jean-Baptiste Emile, classe 1910, né le 21 novembre 1890 à La Romagne, mort pour la France le 1er juin 1917, au mont Cornillet, soldat de 2e classe au 166e régiment d’infanterie, 6e compagnie. Cette unité militaire relève à la fin du mois de mai 1917 le 9e régiment territorial dans le secteur du mont Blond (massif de Moronvilliers).

L’ennemi a d’excellentes troupes et une forte artillerie. Les positions françaises sont soumises début juin à de violents bombardements et tirs ininterrompus. Mais le secteur est conquis. C’est au cours d’un de ces combats que Jean-Baptiste Emile sera tué dans une  tranchée.


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Dubois, Victor Gabriel, classe 1916, né le 19 avril 1896 à Bazeilles, mort pour la France le 31 mai 1918 à Blanzy-lès-Fismes, soldat au 14e régiment d’infanterie, porté disparu, réputé mort à cette date à la suite par un jugement du tribunal de Sedan rendu le 6 décembre 1921.


Fortin, Henri Louis Adalbert, classe 1909, né le 16 juillet 1889 à Sermaize-les-Bains, marié avec Marie Rose Varlet le 2 mai 1914 à La Romagne, mort pour la France le 13 janvier 1917 à Fère-en-Tardenois dans l’ambulance 3/69, sous-lieutenant au 161e régiment d’infanterie. Louis Henri Fortin est décédé à la suite d’une maladie contractée au front, d’après l’acte transcrit le 14 février 1919.


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.

Quentin, Stéphane Gaston, classe 1910, né le 6 février 1890 à Sery, marié le 23 février 1914 avec Marie Elisa Mauroy, mort pour la France le 17 juillet 1916 au lieu-dit « la  Maisonnette » devant Biaches, caporal au 164e régiment d’infanterie. Dès le 6 juillet 1916, cette unité militaire est cantonnée à La Neuville-lès-Bray et doit se porter sur Herbécourt, où elle s’établit dans des tranchées.

A partir du 9 juillet, elle tente d’enlever des tranchées allemandes. C’est là que Stéphane Quentin trouve la mort à la mi-juillet.  Cité à l’ordre de son régiment le 27 juillet 1916 n° 252, il est décrit comme un soldat très dévoué a été tué à son poste de combat après avoir fait preuve du plus grand courage. Il est décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze.

 Il a été inhumé « au coin est de la Maisonnette ». Ce lieu était une propriété située au sud-est de Biaches et dominant Péronne.


Les illustrations des fiches sont toutes issues de la base des morts pour la France de la première Guerre mondiale et du site Mémoire des hommes.
Une recherche sur la base des morts pour la France de la première guerre mondiale permet d’accéder aux fiches des soldats tombés au champ d’honneur en 1914-1918.
Croix de Maurice Trochain, caporal 230e RI, mort pour la France le 16 octobre 1918.

Trochain, Maurice Albert, classe 1898, né le 29 avril 1878 à Grandrieux, marié en 1902 à La Romagne avec Berthe Emma Mauroy, mort pour la France le 16 octobre 1918 à proximité du lieu-dit « bois de la Sarthe » à Olizy-Primat, caporal au 230e régiment d’infanterie. Son décès est transcrit à Revin le 22 février 1921. Il est inhumé à la nécropole nationale de Chestres dans la tombe n° 515, où il repose au milieu de 2484 soldats Français.

Catégories
Guerre mondiale (1914-1918) Militaires Monuments commémoratifs militaires Patrimoine culturel

Le carré militaire allemand du cimetière communal de La Romagne


Carré militaire allemand du cimetière communal de La Romagne [aujourd'hui disparu].

Un plan tiré au bleu, coté H3 (série « clergé régulier ») des Archives départementales des Ardennes, montre les tombes de 28 soldats allemands inhumés dans le cimetière communal de La Romagne (celle qui est non numérotée et marquée d’un point blanc correspond à un soldat français).

Drapeau de guerre (Kriegsflagge) de l'Empire allemand.
Kriegsflagge (drapeau de guerre) du Deutsches Kaiserreich (Empire allemand).

Leurs décès sont intervenus entre le 17 octobre et le 3 novembre 1918, avec des « pointes » les 25 et 30 octobre. Ce qui montre la violence des combats lors du dernier repli ennemi.


Les tombes ont été enlevées en 1923, et 27 dépouilles alors transférées de La Romagne au cimetière militaire allemand d’Asfeld (l’une d’entre elles aurait été rendue directement à la famille). En 2020, elles sont toujours sous la responsabilité du VDK (Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e. V.), connu en France sous l’acronyme SESMA (Service pour l’entretien des sépultures militaires allemandes).


Cette association à visée humanitaire, reconnue d’utilité publique, a envoyé depuis l’Allemagne à l’auteure du blog laromagne.info une liste complète des soldats allemands concernés, assortie des mentions suivantes :

  • Verlustame (nom de la victime de guerre) ;
  • Verlustvorname (prénom de la victime de guerre) ;
  • Todestag (date de la mort) ;
  • Block (bloc = division du cimetière militaire d’Asfeld) ;
  • Grab (tombe du cimetière militaire d’Asfeld avec son numéro de registre) ;
  • Erstbestattungs-Ort (premier lieu d’inhumation avant transfert) ;
  • Truppenteil (unité militaire).
Cimetière militaire allemand d'Asfeld.
Cimetière militaire allemand d’Asfeld.

Frédéric-Guillaume Ier de Prusse.
Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, ici peint par Samuel Theodor Gericke (1665-1730), a donné son nom à un régiment de grenadiers.

Le vendredi 25 octobre 1918, temps perturbé dans les Ardennes pour le régiment de grenadiers « Frédéric-Guillaume Ier de Prusse », 2e de Prusse-Orientale et 3e de l’Empire allemand !

Armoiries du Reich allemand entre 1889 et 1918.
Armoiries de l’Empire allemand entre 1889 et 1918.
  • Bahr, Eduard, † le 25 octobre 1918, soldat du 4. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 356 bloc 6).
  • Hoffmann, Gustav, † le 25 octobre 1918, soldat du 1. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 355 bloc 6).
  • Kneifel, Paul, † le 25 octobre 1918, soldat du 4. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 360 bloc 6).
Armoiries du Reich allemand entre 1889 et 1918.
Armoiries de l’Empire allemand entre 1889 et 1918.
  • Wegner, Fritz † le 25 octobre 1918, soldat du 4. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 331 bloc 5).
  • Wolff, Hermann, † le 25 octobre 1918, soldat du 2. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 335 bloc 5).
  • Zipprick, Gustav, † le 25 octobre 1918, soldat du 2. Gren. R 3 [Grenadier-Regiment n° 3 = régiment de grenadiers n° 3], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 333 bloc 5).

Blason municipal de Brême.

Mourir au combat entre la Toussaint et le Jour des Morts est très singulier. C’est pourtant ce qui est arrivé à cinq soldats allemands du régiment d’infanterie « Brême ».

Drapeau de Brême (Allemagne).
Brême est à la fois une ville hanséatique et un Etat fédéré d’Allemagne.

Cette unité, la première de la ligue hanséatique et la 75e de l’Empire allemand, voit tomber ses fantassins « brémois » :

  • Brandt, Friedrich, † le 1e novembre 1918, soldat du 3. IR 75 [Infanterie-Regiment n° 75 = régiment d’infanterie n° 75], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 350 bloc 6) ;
  • Mett, Friedrich, † le 31 octobre 1918, soldat du 7. IR 75 [Infanterie-Regiment n° 75 = régiment d’infanterie n° 75], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 335 bloc 6) ;
  • Scharein, Hermann, † le 31 octobre 1918, soldat du 7. IR 75 [Infanterie-Regiment n° 75 = régiment d’infanterie n° 75], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 357 bloc 6) ;
  • Stehmeyer, Hinrich, † le 30 octobre 1918, soldat du 1. IR 75 [Infanterie-Regiment n° 75 = régiment d’infanterie n° 75], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 349 bloc 6) ;
  • Wetter, August, † le 30 octobre 1918, soldat du 4. IR 75 [Infanterie-Regiment n° 75 = régiment d’infanterie n° 75], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 348 bloc 6).
Blason communal de Bremerhaven (Allemagne), dont le nom signifie « port de Brême ».
Blason communal de Bremerhaven (Allemagne), qui signifie « port de Brême » et qui en reprend les gueules à la clef d’argent.

Versöhnung über den Gräbern - Arbeit für den Frieden (réconciliation par-delà les tombes - travail pour la paix) est la devise du VDK (SESMA).
Le SESMA, représentation en France du VDK, assure l’entretien des tombes des soldats allemands inhumés dans notre pays en application de la convention franco-allemande du 19 juillet 1996 relative aux sépultures de guerre allemandes en territoire français.

Versöhnung über den Gräbern – Arbeit für den Frieden (réconciliation par-delà les tombes – travail pour la paix) est la devise du VDK (SESMA). Ce mercredi 11 novembre 2020, le blog laromagne.info la fait sienne, en présentant les soldats allemands ensevelis en terre romanaise :

  • Bahn, Heinrich, † le 3 novembre 1918, soldat du 6. RIR 237 [Reserve-Infanterie-Regiment n° 237 = régiment d’infanterie de réserve n° 237], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 342 bloc 6) ;
  • Bodenstein, Otto, † le 29 octobre 1918, soldat du 3. Fuß-AB 144 [Fußartillerie-Bataillon n° 144 = Bataillon d’artillerie à pied n° 144], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 346 bloc 6) ;
  • Habermann, Emil, † le 3 novembre 1918, soldat de la 5. F. Kp. PB 9 [Feld-Kompanie Pionier-Bataillon n° 9 = compagnie de campagne du bataillon du génie n° 9], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 334 bloc 6) ;
  • Hils, Josef, † le 2 novembre 1918, soldat du 11. Gren. R 89 [Grenadier-Regiment n° 89 = régiment de grenadiers n° 89], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 340 bloc 6) ;
Croix noires du cimetière militaire allemand d'Asfeld.
Croix noires du cimetière militaire allemand d’Asfeld.
  • Hoffmann, Walter, † le 28 octobre 1918, soldat du 11. IR 43 [Infanterie-Regiment n° 43 = régiment d’infanterie n° 43], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 345 bloc 6) ;
  • Joppe, Willi, † le 3 novembre 1918, soldat du 5. PB 9 [Pionier-Bataillon n° 9 = bataillon du génie n° 9], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 341 bloc 6) ;
  • Kieckel, Jakob, † le 3 novembre 1918, soldat du 2. MG Esk. DR 8 [Maschinengewehr Eskadron – Dragoner Regiment n° 8 = escadron de mitrailleuses du régiment de dragons n° 8], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 351 bloc 6) ;
  • Kraus, Heinrich, date de mort inconnue, soldat du 1. MGKW [Maschinengewehr Kanone Werfer = groupe de canonniers-mitrailleurs], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 334 bloc 5) ;

  • Lang, Wilhelm, † le 3 novembre 1918, soldat du 6. Bayer. RIR 23 [Bayerische Reserve-Infanterie-Regiment n° 23 = régiment d’infanterie bavaroise de réserve n° 23], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 339 bloc 6) ;
La Bavière ou État libre de Bavière est un des seize Länder allemands.
La Bavière ou État libre de Bavière est un des seize Länder allemands.

  • Maier, Oskar, † le 29 octobre 1918, unité militaire non précisée, inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 333 bloc 6) ;
  • Rehfeld, Gustav, † le 30 octobre 1918, soldat de la Flak Battr. 719 [Flak Batterie 719 = batterie antiaérienne 719], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 353, bloc 6) ;
  • Schmidhuysen Gerhard, † le 17 octobre 1918, soldat du 5. FAR 100 [Feldartillerie-Regiment n° 100 = régiment d’artillerie de campagne n° 100], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 343 bloc 6) ;
Le blason communal de La Romagne est d'argent à la feuille de marronnier de sinople, au chef d'azur chargé d’une croisette d'argent accostée de deux roses du même.
Le blason communal de La Romagne est d’argent à la feuille de marronnier de sinople, au chef d’azur chargé d’une croisette d’argent accostée de deux roses du même.
  • Schmidt, Friedrich, † le 19 octobre 1918, soldat du 10. IR 53 [Infanterie-Regiment n° 53 = régiment d’infanterie n° 53], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 344 bloc 6) ;
  • Sprekelsen, Claus † le 27 octobre 1918, soldat du 7. FR 90 [Füsilier-Regiment n° 90 = régiment de fusiliers n° 90], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 354 bloc 6) ;
  • Traber, Josef, † le 30 octobre 1918, soldat du 3. RFAR 50 : [Reserve Feldartillerie Regiment n° 50 = régiment d’artillerie de campagne de réserve n° 50], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 352 bloc 6) ;
  • Voss, Georg, † le 30 octobre 1918, soldat du 1. FR 90 [Füsilier-Regiment n° 90 = régiment de fusiliers n° 90], inhumé au cimetière communal de La Romagne, puis transféré au cimetière militaire allemand d’Asfeld (sépulture n° 332 bloc 6).
Le blason communal d'Asfeld est écartelé au premier et au quatrième de gueules à la bande cousue d'azur chargée de trois couronnes d'or et accompagnée de deux palmes du même, au deuxième et au troisième d'azur au lion naissant d'argent couronné du même, celui du troisième contourné ; sur le tout d'or aux quatre pals de gueules, le petit écu timbré d'une couronne ducale d'or au cimier d'un griffon issant du même.
Le blason communal d’Asfeld est écartelé au premier et au quatrième de gueules à la bande cousue d’azur chargée de trois couronnes d’or et accompagnée de deux palmes du même, au deuxième et au troisième d’azur au lion naissant d’argent couronné du même, celui du troisième contourné ; sur le tout d’or aux quatre pals de gueules, le petit écu timbré d’une couronne ducale d’or au cimier d’un griffon issant du même.